2012… Etat d’urgence par François Bayrou

//2012… Etat d’urgence par François Bayrou

2012… Etat d’urgence par François Bayrou

François Bayrou m’a adressé son livre intitulé 2012 Etat d’urgence  très chaleureusement dédicacé et je l’en remercie vraiment beaucoup.

Il aurait toutes les raisons de m’en vouloir.

En 2002, je ne l’ai pas soutenu au premier tour, comme je l’avais fait dans toutes les campagnes précédentes. Mais la vérité m’oblige à reconnaître que la suite de 2007, où ses choix ne m’ont pas alors convaincu, justifie que nous réfléchissions à la manière de lui donner une nouvelle chance de s’expliquer devant les Français.

Son livre est vraiment très intéressant, fin et direct. Il énonce des vérités qu’il est bon de nous obliger à entendre pour réaliser avec succès le redressement urgent et nécessaire de notre pays. Lequel, selon l’auteur, a tout en lui pour réussir :

  • De très belles entreprises prêtes à produire pour renouer avec la croissance et avec la bonne santé de nos comptes publics. Pour en terminer, enfin, avec le déficit et la dette.
  • Une école de la République qui peut être performante si elle est remodelée avec les enseignants, si elle retrouve sa vocation première, notamment en primaire : la transmission des fondamentaux.

Pour François Bayrou, l’état d’urgence est là : gagner le combat de la production, retrouver un système éducatif à la hauteur de son histoire et qui forme les jeunes à l’autonomie, qui fait d’eux des citoyens responsables et de futurs professionnels compétents et heureux.

L’état d’urgence ne durera pas, il est, exclusivement, le temps pendant lequel on peut encore faire quelque chose.

  • À condition d’avoir une vraie union européenne qui aide ses membres. C’est à dire une Europe politique dotée d’un réel esprit communautaire et coopératif.
  • À condition de créer une majorité nouvelle, qui sache dépasser ses réflexes partisans au nom de l’intérêt général.
  • À condition de respecter la séparation des pouvoirs et l’indépendance du gouvernement et du Parlement.
  • À condition de changer les règles de l’exercice du pouvoir avec un président de la République représentant la France dans la diversité de ses opinions, au-dessus de la mêlée, libéré  de l’influence des lobbies, pédagogue.
  • À condition de prendre les citoyens pour des adultes responsables et de leur dire la vérité.

Bon sens, transparence, audace et responsabilité : la clé de notre réussite collective selon F Bayrou qui signe là un ouvrage qui ressemble à un programme… Il mériterait d’être soumis aux Français.
Il ne tient qu’à nous de le permettre.
On en reparlera sur ce blog.

By | 2017-03-13T11:28:36+00:00 26 septembre 2011|Réflexion|0 Comments

No Comments

  1. Gautier Barbe 26 septembre 2011 at 12 h 52 min

    Alain Lambert rejoignant le Modem, une réalité ? 🙂
    Bon et sinon, il serait pertinent de vous représenter à la présidence du Sénat, il me semble que votre candidature serait plus appropriée que celle de Mme Jouanno.

    Bon courage.

  2. lesexiles2012 26 septembre 2011 at 13 h 43 min

    La position que François Bayrou a eu en 2007 était absolument nécessaire. En effet, elle a permis de montrer à la Droite Classique que le centre n’était plus vassal. En montrant que le Centre peut s’allier avec la Gauche, François Bayrou obligera Nicolas Sarkozy à de très importantes concessions, notamment au niveau budgétaire et européen, pour accepter de le soutenir. C’est une excellente chose.

  3. Cyril 26 septembre 2011 at 15 h 54 min

    Bien que fortement condescendant, cet article a le mérite de la lucidité retrouvée.
    Mieux vaut tard -et opportunément- que jamais.

    Les hommes d’états tels que vous seront naturellement les bienvenus au côtés de Bayrou s’ils renoncent provisoirement aux perspectives essentiellement carriéristes que leurs « divergences stratégiques » avec le Mouvement Démocrate leur ont permis de poursuivre le temps de toutes les concessions à la droite conservatrice et s’ils respectent tels des égaux ceux qui, du fait de leur choix d’indépendance ont moins profité des ors de la république, pendant ce temps.

  4. Machu Picchu 29 septembre 2011 at 5 h 47 min

    Personnellement, j’adore François Bayrou et si en 2007, j’avais possédé ma carte d’électeur, c’est bien pour lui que j’aurai voté et non pas pour sarko, dont je savais qu’il allait foutre le bordel en France avec ses acoquinements avec les patrons du CAC40 !

    A ma connaissance M. le Ministre, vous êtes issu du centre droit. Beaucoup estime que vous êtes plutôt une figure du centre gauche. Vous aspirez souvent à revendiquer votre liberté politique et je sais que vous détestez être catalogué dans un parti politique en particulier.

    En 2007, vous étiez un pro sarko car vous possédiez l’espoir. Pour un sage de votre trempe, j’ai tout de même trouvé remarquable que vous possédiez quelques espoirs alors même que celui-ci avait annoncé quelques temps avant sa campagne, qu’il allait nettoyer au karcher la racaille des cités. Surtout qu’en terme de nettoyage démocratique, il est souvent difficile de faire le tri dans la racaille entre les bicots qui prennent comme principe la discrétion et les autres bougnoules qui tapent sur tout ce qui bougent (j’utilise ces termes à bon escient car je suis moi-même un bicot)

    Enfin, je vous pardonne votre fourvoiement car vous faîtes parti des près de 54% d’abrutis qui ont votés pour un président qui considère que le France est une entreprise où les choix démocratiques n’ont absolument aucune légitimité. Le Roi est maître de ses sujets et ceux qui partent en couillent sont immédiatement fusillés.

    Dès le jour de son élection, le président est allé fêté sa victoire avec les patrons du CAC40.
    Le plus grand symbole de la Sarkozye. J’ai manifesté ce jour-là mon désarroi et votre blog m’a mouché en me lançant : « Fallait-il que sarko aille au Mc Do ! »

    Aujourd’hui, la France est entrain de changer. Les partis de gauches mettent en évidence la valeur des citoyens qu’ils soient de classe modeste ou moyenne. Les promesses des politiques de gauche font la part belle aux citoyens moyens et modestes. Les classes pauvres ne sont plus abandonnées.
    La jeunesse est en passe de devenir la principale proposition de campagne. Les banques seront bientôt à l’amende et la France de gauche est prête à sévir.

    J’apprécie cet espoir démocratique et républicain ou chaque citoyen possède le pouvoir de voter pour son candidat de gauche. J’aurai apprécié que la droite face de même mais la démocratie va dans un sens mais pas dans l’autre.

    Franchement, reconnaissons-le, le PS possède le système de nomination des candidats à la présidentielle le plus démocratique du monde !

    Et ça M. le Ministre, c’est encore la gauche qui l’a créé, comme le RMI d’ailleurs.*

    Avec la gauche, la France possède quelque espoir, avec la droite, ce sont les riches et les multi-nationales qui sont protégés. Avec la gauche, les citoyens lèvent le menton, la redistribution des richesses est plus juste. Avec la droite et sarko, il n’existe pas de système de redistribution des richesses.

    A mon sens, tous ceux qui ont votés pour sarko en 2007 devraient voter sarko en 2012 ou s’abstenir de voter. En effet, des personnalités capables de voter pour une telle ordure ne méritent pas de posséder une carte d’électeur…

    Quand à la gauche, vous savez bien M. le Ministre que vos enseignements budgétaires sont intra-partisanes. François Hollande vous ressemble plus que vous ne pouvez l’imaginer. La réduction des déficits budgétaires est une priorité pour François Hollande : Rappelez-vous, la politique Hollande est de favorisez l’enseignement par l’ajout de 60000 fonctionnaire dans l’éduc nationale en 5 ans. Les économies concerneront le reste : en l’occurence : l’armée. Nos enfants reviendront en France pour arrêter de se faire tuer pour rien, ou peut-être, les beaux yeux de carla !

    Je possède aujourd’hui ma carte d’électeur et j’irai voter en 2012. Si Hollande ne s’était pas présenté, j’aurai voté Bayrou.

    Parce que si Hollande est élu, il disposera d’une machine électorale infernale, susceptible de renverser sarko, je voterai de tout mon cœur Hollande, simplement pour renverser sarko !

    Je l’avoue sincèrement : Je suis un anti-sarkozyste primaire.

  5. Naouak 1 octobre 2011 at 13 h 02 min

    @ Machu Pichu
    Quand on entend les promesses des candidats à la candidatures PS, on peut être légitiment inquiet : le fantasme nourrit leur démagogie. Et d’aucun, comme Montebourg, sombre même dans le social lepenisme.
    Au final, Sarkozy, Hollande, Melechon ou Beyrou, il n’y aura qu’un grand gagnant : la hausse de la pauvreté !

  6. Machu Picchu 2 octobre 2011 at 5 h 08 min

    @Naouak ! Justement, la différence entre la gauche et la droite selon la conception que je possède depuis l’origine de mes tendances politiques, c’est que la droite porte une plus grande attention aux riches et couches sociales favorisées alors que la gauche attache plus d’importance aux défavorisés et aux classes populaires. Si vous aviez la volonté de me détromper, je vous répondrai qu’avec la politique de sarkozy depuis 2007, cette tendance s’est incroyablement exacerbée et les faits sont là pour le démontrer. Il paraîtrait même que désormais, le citoyen français soit obligé de payer 35€ de timbre fiscal pour se porter en justice afin de financer les coûts de garde à vue (A ce stade, une question prioritaire de constitutionnalité ne me semblerait pas exagérée).

    Pour autant, je possède beaucoup de respect pour certains politiques de droites tels qu’Alain Lambert (mon politique préféré toute tendance partisane confondue), François Bayrou ou feu, le premier président de la cour des comptes : Philippe Segin.

    Il n’empêche que la gauche prend désormais en considération un certain nombre de thématique politique traditionnellement de droite, telle que la sécurité ou la réduction des déficits publics. Je rappelle à ce sujet que l’un des plus ardents combats de M. le Ministre Lambert, depuis presque deux décennies, se rapporte à la réduction des déficits publics pour éviter une faillite d’Etat. Aujourd’hui, on parle de dette souveraine et de ses conséquences sur les banques et sur les Etats financièrement inter-connectés (mondialisation oblige), susceptibles de provoquer une crise financière systémique des Etats.

    Quant à la hausse de la pauvreté, elle est principalement le fruit de la mondialisation sauvage sans garde-fou protectionniste et c’est aussi la conséquence de la dérégulation des marchés financiers, dont la logique de maximisation des profits entraine inexorablement des conséquences désastreuses à l’endroit des populations les plus fragiles.

    A côté de cela @Naouak, vous me semblez partir perdant et même si personnellement, j’ai conscience que les politiques sont désormais impuissants à garantir notre éco-sécurité, j’ai l’espoir qu’avec un autre président que sarkozy, la République sera plus solidaire. On arrêtera de nous monter les uns contre les autres, de provoquer la haine des Roms contre les citoyens français, de monter les français de souche contre les français de naturalisation plus récente, de provoquer la haine des citoyens à l’encontre de ceux portant le foulard (alors même que les soeurs chrétiennes et les femmes de nos campagnes portent le foulard de façon traditionnelle), de fomenter une guerre entre les artistes de la musique et du cinéma à l’encontre des internautes et consommateurs français de média avec la loi Hadopi qui m’impose depuis la mise en place de la Hadopi, un boycott systématique des produits culturels (excepté les livres que j’achète régulièrement dans certaines librairies spécialisés de Paris).

    D’une façon générale @Naouak, je suis d’accord avec vous et ce n’est pas nos choix des urnes de 2012 qui changera fondamentalement la donne. Néanmoins, faisant en sorte de ne pas tomber dans l’ultra libéralisme à l’image de la Grande Bretagne qui en moyenne attribue potentiellement à peine 120€/semaine de pension de retraite aux 31,1 millions de sujets actifs de sa majesté.

    C’est Chirac qui, à la conférence internationale du travail, disait que l’économie devait être au service de l’homme. Manifestement aujourd’hui (merci sarko), c’est l’homme qui est devenue au service de l’économie et plus précisément, de la finance internationale.

    La pauvreté en France aura une chance de disparaître à partir du moment que les politiques en feront une priorité de société. Je pense qu’avec la gauche et peut-être Hollande, ce choix sera privilégié et je saurais me souvenir des paroles non-tenues.

    Je possède un minimum d’espoir @Naouak car la marque de fabrique de la gauche, c’est justement la lutte contre la pauvreté.

  7. Xavier 11 octobre 2011 at 18 h 45 min

    Je viens de lire votre commentaire sur les propos de N. Sarkozy au sujet des primaires socialiste. J’ai trouve cela très bien dit, et tres juste ! Je découvre sur votre Blog que vous avez apprécier le dernier livre de Bayrou, cela me réjouit encore plus. Si vous vous décidiez a franchir le Rubicon et soutenir Mr. Bayrou lors de l’élection présidentielle, je trouverait cela parfait.

  8. mercey 11 octobre 2011 at 19 h 47 min

    Monsieur Lambert merci de vos propos ce jour sur twitter, enfin quelqu’un qui parle tout haut à l’ ump, merci aussi de votre commentaire sur F Bayrou. Etant au Modem car les idées de cet homme -là ont changé ma vision de la politique j’ espère que sa candidature à la prochaine présidence nous donnera raison en lui donnant enfin le succès qu’ il mérite par son courage et sa mise en garde récurrente face aux débordements de l’ actuel président, je trouverais aussi parfait que vous nous rejoigniez.

  9. Monelpas 12 octobre 2011 at 14 h 07 min

    Monsieur, Je ne suis pas adepte des idées politiques de la droite, mais votre commentaire sur les propos tenus par N.Sarkosy, concernant le Général de Gaulle qui n’ « avait pas voulu une élection à 4 tours », votre commentaire m’a enthousiasmé. De quel droit ce président bling-bling se réclame-t-il de de Gaulle ? Il en est aux antipodes ! Quelle prétention ! De Gaulle, quand il invitait des amis ou des personnes de sa famille, se faisait fort de rembourser les frais occasionnés de ce fait. A cette époque, on ne parlait pas de mallettes encore moins de valises. Il est grand temps de re-moraliser la politique, alors merci à vous et bravo !

Leave A Comment