La personne passe avant la société ? Pas toujours !

//La personne passe avant la société ? Pas toujours !

La personne passe avant la société ? Pas toujours !

L’éditorial du journal Ouest France de ce jour titre : « la personne passe avant la société ». Avec tout le respect que je porte à l’auteur François Régis Hutin, je reste perplexe devant cette affirmation. Elle se fonde sur un message du Pape François relatif à la situation des migrants. Peut-on résumer une question aussi fondamentale par ce titre ? Pas sûr. En tous cas, pas toujours.

Issu de la pensée d’Emmanuel Mounier sur le personnalisme communautaire, j’ai longuement étudié la question de la personne et de son rapport à la société. J’affirme, à mon tour, la primauté de la personne humaine, mais sans oublier que l’homme vit dans la société envers laquelle il est redevable d’un engagement. « La société est dans l’homme autant que l’homme est dans la société ».

Or, nos sociétés sont confrontées actuellement à de nombreux défis, ceux des grandes migrations, mais aussi ceux du terrorisme. Et il me semblerait bien naïf de penser qu’une nouvelle civilisation de la fraternité pourrait s’édifier seulement à coup d’idéal, même chrétien. Le concret et le matériel sont la condition de la réalisation de tout bel objectif.

Cet absolu de la personne ne coupe l’homme ni du monde ni des autres hommes. C’est même au nom de la personne que l’individualisme échevelé économique s’est organisé contre une société qu’il a considéré comme tyrannique. C’est encore au nom de leurs conceptions fanatiques que certains criminels veulent imposer un système communautariste dans la République pour la faire renoncer à ses valeurs communes et règles applicables à tous.

Le maniement de tous ces concepts est délicat. Veillons, dans la période troublée que nous traversons, à ne pas conférer à chaque individu le droit d’imposer sa propre conception de la vie à tous les autres. La paix dans le monde est à ce prix. Sans ignorer combien la générosité doit nous porter au secours de ceux qui souffrent. Tout en considérant, respectueusement, que le message d’un Chef spirituel ne peut servir de loi politique. Car dans la vie profane, il n’existe pas de voie pour la personne en dehors de la société.

http://www.ouest-france.fr/debats/editorial/edito-la-personne-passe-avant-la-societe-5206759

By | 2017-08-26T18:13:36+00:00 26 août 2017|Orne|0 Comments

Leave A Comment