apropos

A l’heure où les Français sont de plus en plus nombreux à se perdre dans le débat politique, Alain Lambert travaille quotidiennement à l’investissement de chacun dans une discussion, certes dématérialisée, mais non dénuée de bon sens et d’intérêt. Pour le membre honoraire du Sénat et Président du Conseil général de l’Orne (qu’il demeure), parler politique sur la toile revient à créer un lien direct avec les électeurs de façon moderne, tout en veillant à respecter l’esprit et la lettre du Code des Juridictions Financières. Son perpétuel objectif ? Ouvrir l’espace de débat et d’échanges à tous. Ce site Internet, ainsi que tous les autres supports Web d’Alain Lambert, reflètent la démarche tant voulue par l’ancien Ministre délégué au Budget.

Alain Lambert

Alain Lambert est né le 20 Juillet 1946, en Alençon (Orne), Notaire de profession, il a été président du Conseil du Notariat de 1996 à 1998.

Il s’engage en Politique en 1983. De convictions chrétiennes démocrates, il devient conseiller municipal d’opposition, puis conseiller général de l’Orne et conseiller régional de Basse Normandie.

Télécharger la biographie d’Alain Lambert

« Dans un univers où l’on a parfois la circulaire brutale, il apporte beaucoup de chaleur humaine et une vraie attention aux autres »

J-P Raffarin

1989, nouveau Duc d’Alençon

En 1989, il est élu Maire d’Alençon, réélu en 1995 et 2001. Lire le Bilan du triple mandat

Sénateur de l’Orne de 1992 à 2002, membre du groupe de l’Union Centriste. Il a siégé à la Commission des finances, dont il devient le rapporteur général du budget en 1995, puis le président en Octobre 1998. Avec Didier Migaud, il est l’un des pères de la LOLF, nouveau dispositif budgétaire qui a pour but de fixer des objectifs à l’action de l’État.

2002, le Notaire de Bercy

Il démissionne de ses fonctions de Sénateur au bénéfice de sa suppléante Brigitte Luypaert, pour devenir ministre délégué au Budget dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, du 17 juin 2002 au 31 mars 2004, ne restant que président de la communauté urbaine d’Alençon. Durant son passage au gouvernement, il annonce que la réduction du déficit budgétaire est son unique priorité. Il retrouve son poste de sénateur en 2004.

2007, retour aux sources

Il est élu Président du Conseil général de l’Orne le 14 décembre 2007, suite à la démission de Gérard Burel.

Ancien vice Président de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation du Sénat, il a été membre de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations entre 1998 et 2002 et 2008 et 2010.

Il a été Président de la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) depuis sa création en Novembre 2008.

En Février 2009, il est élu conseiller général, canton de Putanges-Pont-Ecrepin.

Il a été Président de la Délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation du Sénat entre octobre 2009 et octobre 2010.

Il est membre du club le Siècle.

Le 13 octobre 2010, sur proposition du Premier ministre, Alain Lambert est nommé conseiller maître à la Cour des comptes, mettant fin ainsi, pour incompatibilité, à son mandat de sénateur.

Le 19 décembre 2012, Alain Lambert et Jean-Claude Boulard, Maire du Mans, se voient confier une mission relative aux normes des collectivités territoriales dans le cadre de la modernisation de l’action publique.