Blog

Home/Blog/

Les #Normes à l’affiche de la présidentielle !

Les candidats à la présidentielle ont passé le « grand oral » hier devant l’Association des Maires de France. Localtis-info nous rapporte les échanges intervenus avec les Maires. Je me réjouis que la question des #normes ait été traitée. Vous trouverez ici en lecture l’article de Localtis-Info. Plusieurs candidat ont proposé de renforcer les pouvoirs du CNEN, nous verrons si une suite est donnée. Merci à François Fillon d’avoir repris notre proposition depuis longtemps formulée. Celle d’un rescrit « Normes » qui serait essentiel, afin que les Maires puissent enfin agir sans le harcèlement permanent et étouffant des administrations d’Etat. Lesquelles semblent ne plus avoir d’autres préoccupations que d’empêcher les collectivités territoriales d’agir. Puisque le mot révolution est aussi à la mode, faisons la révolution pour nous libérer des chaines de la tyrannie des #normes inutiles ou excessives.

By | 2017-03-23T12:48:41+00:00 23 mars 2017|Normes|0 Comments

Petite promenade dans Paris

Au Palais Royal Le soleil, hier, invitait irrésistiblement à se promener dans Paris, plus particulièrement dans le Quartier du Palais Royal. Les musiciens Sur les places qui l’environnent, des musiciens offrent leur art aux passants pour leur plus grand bonheur.   Le salon de lecture Le soleil revenu invite les promeneurs à s’arrêter au milieu des fleurs pour se reposer, lire, bavarder.   Sous l’œil attentif de ma photographe   Les jardins attendent le printemps avec impatience   Une galerie d'origine notariale A proximité, la Galerie Vivienne dont j'avais totalement oublié l'origine notariale. Comme dans toutes les villes du monde, il n'est pas d'autre bonne manière pour  goûter les charmes de Paris que de le faire à pied.  

By | 2017-03-13T11:23:25+00:00 12 mars 2017|Paris|0 Comments

Pour ne jamais oublier !

Le Conseil départemental de l’Orne, la commune de Damigny, et l’Association Histoire et Patrimoine de Damigny, organisent l’exposition ‘‘Damigny, le camp de prisonniers 1939/1948’’ dans la salle d’exposition de la bibliothèque municipale. En ces temps dangereux, où les guerres nous menacent, faisons-en sorte de ne pas oublier notre histoire et les chemins de misères et de sang nécessaires pour retrouver notre liberté. Le Débarquement, la Bataille de Normandie et son dernier chapitre ornais, la poche de Falaise-Chambois, sont inscrits dans notre mémoire collective et nous rappellent la valeur de la liberté ! Mais la plupart d’entre nous n’a pas connu cette époque et ne mesure pas l’ampleur du danger et l’héroïsme qu’il a fallu déployer pour sortir de l’enfer de la barbarie. C’est pourquoi, je vous invite ardemment à aller visiter cette exposition retraçant l’histoire du camp de Damigny. En 2014, à l’occasion du 70e anniversaire, nous avions inauguré la plaque commémorative de ce camp, inscrite dans notre histoire. L’Orne, comme beaucoup de départements français, a accueilli dans la période de la Seconde Guerre mondiale un camp de prisonniers. En visitant cette exposition, vous vous instruirez mais aussi vous militerez contre la barbarie. Allez- nombreux. Vous verrez des documents d’époque et des dessins de Bil Spira, caricaturiste autrichien de grand talent. Allez donc à la découverte du camp de Damigny qui a accueilli, entre 1939 et 1948, des Français, Anglais, Américains et Allemands. On peut y lire des témoignages touchants et percutants. Au cours de l’Occupation, le camp a regroupé les prisonniers de guerre français, avant de devenir un hôpital vétérinaire pour chevaux malades de l’armée allemande. À partir de 1941, il est utilisé pour le regroupement des requis pour le STO et des juifs avant leur départ pour l’Allemagne. Les résistants arrêtés par les nazis passeront par ce camp, de même [...]

By | 2017-03-13T11:23:25+00:00 11 mars 2017|Canton de Damigny|0 Comments

Un nouveau président et une nouvelle directrice au Haras du Pin

Le Conseil d’administration de l’Établissement Public du Haras National du Pin s’est tenu ce jeudi 9 mars. Christophe de Balorre, élu vendredi dernier président du Conseil départemental, a été élu président de l’Etablissement Public du Haras National du Pin. Au cours de cette réunion, une nouvelle directrice a été nommée.  Le 20 février, le Ministre de l’Agriculture a proposé la nomination de Séréna Poucet, jusqu’alors responsable du Pôle Tourisme de l’EPA au Haras national du Pin. L’Etat, la Région et le Département ont donné un avis favorable à la nomination de Séréna Poucet qui  succède à Sophie Lemaire. Après des études d’ingénieur des Techniques Agricoles à l’ENSEAD, Séréna Poucet a été assistante du directeur de la stratégie des haras nationaux à Paris, responsable communication et marketing au sein du cabinet conseil de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation à Blois. Elle assurait l’intérim depuis le départ de Sophie Lemaire. Lire le communiqué de presse

By | 2017-03-13T11:23:25+00:00 9 mars 2017|Haras national du Pin|0 Comments

Orne-métropole à l’honneur dans la revue des Collectivités Locales

Orne-Métropole est née le 10 janvier 2017, fruit d’une volonté très forte d’innovation et d’efficacité de l’action publique au service de l’Orne et des Ornais. Nous pouvons être heureux et fiers que notre création originale ait les honneurs de la presse nationale experte en matière de collectivités locales. En effet, La très sérieuse Revue des Collectivités locales lui consacre un très bel article, saisissant parfaitement la philosophie de notre projet. Vous le savez, l’Orne ne possède pas de villes d’une taille permettant d’accéder au statut de « métropole » tant convoité. C’est en se rassemblant entre collectivités ornaises que nous avons le plus de chances de nous approcher des avantages attachés à ce statut. L’Orne s’est fixé un objectif et n’en démordra pas : devenir le premier département-métropole !  Nous avons bon espoir d’y parvenir ! Je compte, plus que jamais, sur la force du collectif. Pour lire l’article, c’est ici.

By | 2017-03-13T11:23:26+00:00 8 mars 2017|Orne-Métropole|0 Comments

Présidentielle : Sortir de l’impasse, vite !

Les effets secondaires imprévus du processus des primaires. La droite française, et le Centre sont dans une impasse politique qui fait courir les pires dangers à la démocratie. Pas plus que la gauche, ils n’ont été en mesure de maitriser les effets secondaires du processus des primaires. La gauche n’a pas sélectionné son meilleur candidat, aux yeux de l’ensemble des Français. Les ennuis du candidat de la droite se sont révélés après les primaires. Aucun des arguments avancés n’est totalement convaincant Aucun des arguments avancés par les uns et les autres n’est totalement convaincant. Chacun s’accroche à sa propre lecture des faits et des interprétations, sans jamais tenir compte des conséquences électorales. Le destin des candidats semble avoir pris le dessus sur le destin de la France. Pour les uns, ce sont les primaires qui comptent, voire les affluences aux meetings, les partis, mais pas les élus, pour les autres, ce sont les sondages. Retourner aux sources de notre Constitution Un élément substantiel de la Constitution, qui seule régit vraiment la présidentielle, mériterait être davantage mis en avant. Pour être candidat à la Présidentielle, il faut d’abord être « présenté ». Cette « présentation » des candidats (couramment appelée parrainage ou signature) est une procédure par laquelle les candidats sont « présentés » auprès du Conseil Constitutionnel par des élus. Ceux qui peuvent signer sont plus de 40.000. Proposer aux élus autorisés à "présenter" les candidats de trancher Pour arbitrer l’embrouillamini de la droite qui mène tout droit à son élimination au 1er tour, la solution ne consisterait-elle pas à proposer aux 40.000 élus de trancher le différend ? François Fillon dispose déjà largement des 500 signatures nécessaires, cela ne lui porterait donc pas préjudice. En revanche, il serait intéressant de savoir si un autre candidat, par exemple Alain Juppé, recueillerait plus, voire beaucoup plus de « présentations » ou [...]

By | 2017-03-13T11:23:26+00:00 5 mars 2017|Politique|0 Comments

Transmettre à temps ce que la vie nous a appris.

Après avoir décidé de quitter mes fonctions de Président du Conseil départemental de l'Orne, nous avons élu ce matin pour me succéder Christophe de Balorre. Mes collègues m’ont confié la Présidence de la commission des finances, fil rouge de ma vie publique. Ainsi, je reste mobilisé, au service des Ornais, notamment sur les "dossiers du futur" dont l'aboutissement me tient particulièrement à cœur. Tout engagement de vie offre des temps forts. Certains sont plus heureux que d’autres. J’inscris ce jour de transmission dans les jours heureux.  D’abord parce que j’ai une grande confiance dans mon successeur. Aussi parce que passer le témoin relève pour moi d’une condition essentielle d’une vie réussie. A quoi bon s’épuiser au travail et dans les responsabilités si l’on ne prend pas le temps de léguer ce que nous avons appris, afin que la génération suivante puisse en tirer des enseignements.  Des liens de confiance et d'amitié indestructibles ont été tissés au fil des années avec mes collègues. Ils nous serviront d’atouts précieux pour continuer à faire gagner l'Orne. Après une décennie de présidence au service des Ornais, la page que je tourne m’invite à en écrire une nouvelle, sans doute dans des domaines bien différents, après un temps de repos nécessaire. La détermination et la sérénité que nous partageons au Conseil Départemental de l'Orne nous aideront à poursuivre l'œuvre accomplie ces dix dernières années, dans le sillon courageusement creusé par Gérard Burel, dont nous évoquons la mémoire, avec toujours autant de respect et de reconnaissance. Aux côtés de notre nouveau président, à qui je renouvelle mes sincères compliments et mes encouragements les plus chaleureux, nous abordons l’avenir avec confiance pour construire le Département de demain, au plus près des Ornaises et les Ornais. Nous comptons sur l’aide de tous.

By | 2017-03-13T11:23:26+00:00 3 mars 2017|Orne|0 Comments

Excellent G5 des départements normands au Sénat, ce midi.

La confiance mutuelle qui unit les 5 Présidents des Conseils départementaux de Normandie est exemplaire. J’ai eu la joie de participer ce midi à ma dernière rencontre de ce type. Et cela a été un moment fort de travail harmonieux, efficace, dans une atmosphère d’amitié et de respect mutuel. Nous partageons exactement la même vision de l’importance de la « maille » départementale, pour maintenir des services de proximité, en relation privilégiée avec les communes et intercommunalités. Importance aussi pour tisser notre démocratie qui se nourrit de cette proximité. Un programme de travail ambitieux a été établi pour ce G5 pour l’ensemble de l’année 2017. L’interdépartementalité permet de réaliser le double objectif de taille pertinente, grâce aux mutualisations mais aussi de maintien de la vitalité de tous les territoires. En veillant à ce qu’aucun ne soit privé de ses chances et de ses services publics, comme par exemple la santé. Longue vie au G5 des départements normands.

By | 2017-03-13T11:23:26+00:00 1 mars 2017|G5|0 Comments

Formation pédicure-podologue : je persiste, je signe et j’assume !

Le journal Ouest-France, dans sa livraison de ce jour, fait état d’une protestation de la profession contre l’ouverture d’une formation délivrant le diplôme de pédicure-podologue. Rien de nouveau sous soleil, l’intérêt particulier peine à se hisser au niveau de l’intérêt général. Les procédures administratives ne nous intimident pas, nous sommes habitués, puisque c’est devenu l’écume des jours. Après l’Appel, il y a encore le Conseil d’Etat. La profession semble vouloir nous enseigner la cohérence territoriale ! Ambitieux ! Malheureusement, les arguments suintent le corporatisme traditionnel. Le Président qui s’exprime exerce à Nantes, c’est dire s’il connait de près la situation de la Normandie et celle de l’Orne. J’ai un exemple personnel récent à lui communiquer. Parfaitement satisfait de mon praticien local, il me faut trois semaines pour un rendez-vous. À Paris, je l’obtiens dans la journée ! Je confirme en tous points les propos de Laurent Beauvais. Il est parfaitement exact que je l’ai absolument incité à passer outre l’avis syndical. Comme lui, je pense que l’on manquerait de cohérence à pleurnicher d’une part sur le fait que les étudiants fuiraient la Région, et d’autre part vouloir empêcher l’installation des formations supérieures. Je persiste donc, je signe et j’assume ! L’expérience de l’école de Kiné nous a beaucoup instruits sur la question. Il n’y avait pas de besoins, nous disait-on. Des milliers d’étudiants concourent aujourd’hui pour intégrer cette école. Cette expérience nous permet d’accueillir les critiques d’aujourd’hui avec une tranquillité sereine. Nous verrons bien dans dix ans. La presse s’étonne parfois d’une baisse démographique dans notre département. CQFD : elle a sous les yeux l’exemple type de ceux qui cherchent à affaiblir le maintien des 18-25 ans qui sont précisément la tranche d’âge qui nous manque le plus. L’Orne n’est pas timorée, couarde, pusillanime, elle ose, entreprend, et fonce à la conquête du futur !    

By | 2017-03-13T11:23:26+00:00 20 février 2017|Orne, Santé|0 Comments

Vivre, c’est choisir avec douceur et sérénité.

A l’instant où j’ai signé ma lettre de démission de Président de notre Conseil Départemental, ce qui a dominé ma pensée, c’est un sentiment de gratitude et de reconnaissance, à l’endroit de tous ceux qui m’ont permis de vivre tant d’années d’engagement. D’avoir servi du mieux que nous pouvions l’Orne et ses habitants. D’avoir partagé de grandes ambitions avec la volonté de les réaliser. La vie publique n’a pas son pareil pour nouer des relations d’exception, pour rassembler les bonnes volontés et offrir le meilleur à nos populations. Après presque 30 années de fonctions exécutives, j’ai appris combien l’œuvre ne peut être que collective, que c’est seulement ensemble que nous pouvons écrire l’histoire de notre territoire, parce que les trophées individuels sont fugaces et ne résistent pas à l’épreuve du temps. C’est pourquoi ma reconnaissance est grande envers tous. Je veille à tenir à distance toute nostalgie, car je sais qu’il existe une autre vie après celle que l’on mène parfois comme des robots. Après ma démission du Sénat, j’ai été profondément heureux de mon expérience à la Cour. Elle m’a été utile dans mes fonctions. J’y ai appris beaucoup. Lors de ma réélection en 2015 au Conseil Départemental, j’avais annoncé que ce mandat serait celui de la transmission. Après deux années à la tête de notre Institution, depuis le renouvellement et la transformation de notre nouvelle assemblée, après avoir engagé plusieurs grands projets, l’heure m’a semblé arrivée de passer en douceur le témoin. Vivre, c’est choisir. Ce n’est pas rester prisonnier de ses habitudes, en attendant patiemment la fin. C’est changer avec douceur et sérénité. Membre de l’assemblée départementale, je resterai jusqu’au terme du mandat que m’ont confié les électeurs pour mener à bien mon engagement et ma mission. Chez nous, nous sommes discrets, mais nous avons le sens [...]

By | 2017-03-13T11:23:26+00:00 18 février 2017|Orne|3 Comments

Urgences : la vérité est dans les faits !

Ouest-France a le grand mérite d’avoir établi un dialogue avec le Directeur de l’hôpital. Dialogue impossible jusqu’alors. Au point de lui avoir proposé, lors des vœux du Conseil Départemental, de lui offrir des timbres, s’il n’avait pas les moyens de répondre à mes interrogations. En fait, interrogations des patients et des contribuables. S’il existe des déferlements actuellement, c’est bien les démissions de médecins ! Quant aux supposés mensonges, rumeurs et interprétations, venons-en aux faits ! Les fiches projets du GHT (groupement hospitalier de territoire), adressées à l’Agence Régionale de Santé concernant le SAMU/SMUR ont conduit à la démission des Chefs de service. Il suffit de lire leurs lettres pour comprendre. Mutualiser la nuit profonde, c’est transférer les appels à Caen ou à Rouen, mutualiser les transports secondaires, c’est supprimer l’équipe SMUR n°2 et donc supprimer l’équipe médicale pour l’hélicoptère SMUR. Derrière ces jolis mots technocratiques, c’est tenir pour caduques les accords intervenus à l’automne 2016 ! Si les médecins démissionnaires ont mal interprété les intentions du directeur de l’hôpital, que celui-ci nous l’écrive dans le journal, cela tiendra lieu de procès-verbal, mais dans la réponse de ce jour, on ne lit rien de tel ! Par pure bienveillance, je ne parle même pas du Pôle public de médecine générale sur le site d’Alençon, non concerté avec les médecins libéraux. Les mensonges ou interprétations, à la vérité, sont dans les silences, les expressions ambiguës, les projets de GHT non transparents. Doit-on continuer à cacher le management indigent de ce Directeur ? Alors que les chefs de service démissionnent que les médecins partent. Il suffit d’en faire le décompte depuis deux ans, période durant laquelle la direction a voulu apprendre la médecine aux médecins. Comment expliquer que lors des 12 années antérieures, il n’y a eu aucun désaccord au SAMU SMUR ? Peut-être parce que la direction respectait [...]

By | 2017-03-13T11:23:27+00:00 16 février 2017|Orne|0 Comments

Les produits locaux à l’agenda du Conseil Départemental de l’Orne.

Notre département fourmille de producteurs locaux qui cultivent une qualité d’excellence. La demande du consommateur répond à de nouvelles valeurs, celles de la proximité, de la qualité de la nourriture, de la traçabilité des produits. Nous avons un rôle de premier plan à jouer en ce domaine, à condition d’organiser la complémentarité des acteurs. C’est pourquoi hier soir s’est tenue une rencontre conviviale, créatrice d’opportunités, visant une sorte de confluence réunissant des producteurs, des transformateurs, des distributeurs, des restaurateurs et des chefs. Des Ornais qui concourent à promouvoir des produits d’excellence, sains, locaux, issus de notre terroir et du travail des femmes et des hommes. Des produits qui s’inscrivent à l’inventaire du patrimoine culturel, économique et touristique de notre département. C’est en bougeant les lignes, en faisant se rencontrer, se regrouper nos forces vives autour de notre patrimoine gourmand que l’Orne pourra aussi se distinguer. La rencontre s’est déroulée sous le titre « Délices et tendance », et sur le thème principal du fromage dont notre département est un grand producteur. Les fondamentaux ont été clairement posés : le Conseil départemental n’est pas une entreprise mais une collectivité dynamique qui rassemble et qui s’offre en « ensemblier » des professionnels, lesquels œuvrent autour d’un même produit, sans toujours avoir le temps de bien se connaître. Nous sommes tous trop soumis à la tyrannie de l’urgence et de l’immédiateté. Or, pour faire gagner l’Orne, nous avons besoin d’échanger, de prendre du recul, d’analyser la demande et d’adapter l’offre. Une fois encore, l’Orne joue à plein l’effet réseau et mise sur la coopération. Une fois encore, l’Orne passe en mode agile. Chacun, à sa mesure, apporte une expertise, des idées, des astuces, des méthodes pour mettre en scène les trésors d’une terre d’excellence et d’incessante innovation. Après une évaluation de cette « Première », d’autres éditions pourront être envisagées.

By | 2017-03-13T11:23:27+00:00 16 février 2017|Orne|0 Comments

Non à la casse des Urgences dans l’Orne !

Se taire serait une lâcheté. À cause de l’incompétence ou de la volonté de nuire du directeur de l’hôpital d’Alençon, la médecine d’urgence dans l’Orne est en cours de destruction. Les appels 15 et 18 des Ornais ne seraient plus traités à Alençon mais au SAMU de Caen ou de Rouen. L’hélicoptère serait supprimé au péril des 1.500 patients annuels gravement malades. Nous ne l’accepterons pas ! Car il s’agit de sauver des vies ! Et nous ne laisserons pas organiser un désert médical sur notre territoire. S’il nous faut utiliser des méthodes bretonnes ou corses pour nous faire entendre, nous le ferons. Mais attention, lorsque nous serons dans la rue, il sera impossible de nous faire rentrer, sans le départ de ce Directeur-fossoyeur ! Et sans garantie de l’arrêt immédiat de cet indigne démantèlement. Explications Jeudi 9 février s’est tenue une conférence de presse organisée par les médecins libéraux de l'Association des Praticiens pour la Permanence des Soins et des Urgences Médicales (APPSUM 61) et le Conseil départemental de l'Ordre des médecins de l'Orne. Ils ont soutenu leurs confrères médecins urgentistes. Les démissions désespérées de Julien Trotel, directeur médical du SAMU 61 (Service d’Aide Médicale Urgente) et d’Aurore Destré, chef du service des urgences du Centre hospitalier d’Alençon-Mamers (CHIC AM) ont suscité leur colère. Ces acteurs de santé lancent un cri d’alerte auprès des Ornais et nous interpellent, nous élus, sur la destruction de la médecine d’urgence dans l’Orne et au-delà de ses conséquences sur l’offre de soins pour la population. Ils se sont indignés, révoltés contre la remise en cause des accords de sortie de grève (grève commencée le 19 septembre 2016 par les équipes du SAMU et du Service Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR) d’Alençon) et l’absence d’égard de la direction de l’hôpital d’Alençon à l’endroit [...]

By | 2017-03-13T11:23:27+00:00 13 février 2017|Orne|1 Comment

Les Maires du canton de Damigny en réunion au Conseil Départemental.

C’était un plaisir, hier vendredi soir, d’accueillir les maires du canton de Damigny pour échanger sur la vie de notre département et de notre canton. Notre relation est très amicale et fraternelle car nous nous connaissons, les uns et les autres, depuis très longtemps et souvent nous avons étroitement travaillé ensemble dans des fonctions antérieures. En fait, j’ai avancé notre rencontre annuelle avant que la transmission de la présidence du Conseil Départemental ne s’opère, afin qu’ils soient les premiers informés de motifs de ma décision, et aussi de la manière dont nous allons travailler ensemble demain, dans des conditions tout à fait optimales, puisque je reste conseiller départemental du canton de Damigny. De nombreux sujets d’importance ont été évoqués : le numérique, la santé, la démographie, Orne-Métropole, la formation ou encore le tourisme, autant de leviers d’attractivité pour nos territoires. Mais aussi la future voie verte actuellement laissée à l’abandon par la SNCF et qui nécessiterait un nettoyage urgent de sécurité. Cette belle rencontre me confirme, une fois de plus, que la proximité est le meilleur atout d’une démocratie efficace et harmonieuse. Nous n’avons pas besoin de normes incompréhensibles pour nous répartir les tâches. C’est un bonheur de parler avec des élus responsables qui ne demandent qu’une chose : que l’on cesse de les harceler avec une bureaucratie galopante ! Au moment où l’État cherche à dépouiller les territoires ruraux, nous devons redoubler de vigilance et de créativité pour ensemble faire face et gagner la partie.

By | 2017-03-13T11:23:27+00:00 11 février 2017|Canton de Damigny|0 Comments

Jour de fête à Saint-Léger-sur-Sarthe.

Saint Léger-sur-Sarthe était en fête aujourd’hui. Inauguration de la Mairie, remise de médailles aux élus. La vie de nos communes rurales est un vrai bonheur. C’était pour moi un double plaisir, car j’ai pu, en plus, rendre visite et hommage à mon ami Christophe de Balorre, Maire et Vice-président du Conseil départemental de l’Orne. Il a été procédé à la remise de la Médaille d’Honneur Régionale, Départementale et Communale à trois fidèles serviteurs de l’action publique locale. S’agissant de Christophe, j’ai souhaité saluer son énergie inaltérable comme celle de toute son équipe municipale, au service de Saint-Léger. Et souligner l’importance du Maire et de la mairie, qui sont l’essence même de la démocratie de proximité. Les élus doivent réunir des qualités propres au caractère particulier de leurs fonctions, mais, en plus, avoir des qualités personnelles essentielles. C’est le cas chez Christophe de Balorre, dont j’ai salué l’important travail conduit au Conseil général, où il a été élu pour la première fois  en 2001. Président du Comité départemental du tourisme en 2002, président de la Commission des affaires culturelles en 2004, et désormais, président de la Commission des finances. Ensemble, nous venons d’ouvrir le formidable chantier de l’innovation territoriale, afin de pérenniser l’institution départementale, échelon de proximité indispensable. Et nous entamons la très belle aventure d’Orne-Métropole. Fiable et prévisible, accessible et bienveillant, loyal et fidèle en amitié, Christophe m’a fait l’honneur et l’amitié de me choisir pour lui remettre la médaille d’argent d’Honneur Régionale, Départementale et Communale. Cette distinction est la juste reconnaissance de l’œuvre qu’il a accomplie, collectivement. Nous étions très nombreux à l’applaudir, ce midi, saluant les éminents mérites d’un responsable, qui fait d’abord confiance au bon sens plutôt qu’à la norme et à la règle trop souvent incompréhensibles et inapplicables ; un élu attaché à de vraies valeurs, qui [...]

By | 2017-03-13T11:23:27+00:00 5 février 2017|Orne|0 Comments