Blog

/Blog/

Quand l’ignominie tutoie le ridicule, mieux vaut en rire !

Faire d’une banalité un événement Victime d’un pépin de santé assez grave, en août dernier, j’ai bien cru ma dernière heure arrivée. C’était pénible à la pensée de quitter les miens. Mais je ressentais presque une forme de soulagement, face à l’ampleur des empoisonnements incessants d’une vie d’élu. Le journal Ouest-France, dans sa livraison d’aujourd’hui, nous en donne une belle illustration. Me voilà rangé au banc des voyous, des bandits, des forbans. Oh, ce n’est pas tant l’article lui-même qui est en cause, mais l’interprétation qui en est déjà faite sur les réseaux sociaux. Et parfois même émanant de signatures honorables de Ouest-France Rennes, que je croyais mieux inspirées. La démocratie chrétienne à la mode Ouest-France, c’est la morale pour les autres et l’audience pour nous. Un thriller hollywoodien de pacotille Éloigné de France actuellement pour me soigner et me reposer, il se trouve qu’une visite m’a été rendue par des enquêteurs ! Je dis bien des enquêteurs. C’est-à-dire des gendarmes chargés de procéder à une enquête.  De se renseigner. Non pas de m’arrêter, ni de me signifier une condamnation. Non, simplement de se renseigner. Et voilà que cela devient un scénario policier, une sorte de thriller hollywoodien, faisant frémir le lecteur, le mettant sous tension afin de le tenir en haleine, et surtout lui faire acheter le journal jusqu’au dénouement de l’intrigue. Grâce à un mélange d’espionnage et d’épouvante. Une dispute entre plaideurs professionnels La réalité est infiniment plus simple. À Nonant le Pin, une guerre d’intérêts purement privés est menée avec des moyens financiers d’un niveau tel que l’on peine à en imaginer le montant. Il est même surprenant que la presse n’ait jamais pensé à en évaluer le niveau. Mon sentiment est qu’en comptant les coûts des procédures passées et celles à venir, le million d’euros sera dépassé, c’est dire si nous [...]

By | 18 novembre 2016|Non classé|1 Comment

Pourquoi je soutiens Alain Juppé !

Une amitié fidèle et de longue date nous unit. Élu Rapporteur Général du Budget au Sénat, lui étant Premier ministre, je l’ai souvent rencontré, et nous nous sommes liés d’amitié. En toute simplicité. Sans calcul ni stratégie. Uniquement dans l’esprit de servir notre pays du mieux que nous pouvons. Et nous ne nous sommes jamais perdus de vue. Je l’ai même reçu à Alençon, comme collègue, lorsque nous étions ensemble présidents de nos communautés urbaines. L’homme privé est bien différent de l’homme public. Ce qui me surprend toujours, malgré nos 20 ans de connaissance mutuelle, c’est la différence entre l’homme privé et l’homme public. L’homme privé est chaleureux, simple, respectueux et fidèle en amitié. L’homme public paraît parfois rigide, distant. Ma conviction est qu’il est d’une pudeur excessive. Il n’aime pas se livrer en public. Je le comprends. La communication politique moderne conduit au déshabillage un peu indécent pour l’intégrité de la personnalité des élus. À mon très modeste niveau, je l’ai vécu tant de fois. Pour exister entre Trump et Poutine, la France doit jouer son meilleur atout. Dans la période dangereuse que traversent le monde, l’Europe et la France, Alain Juppé est, de loin, le plus expérimenté de tous les candidats. Il a été Premier ministre, ministre des Affaires Étrangères, ministre de la Défense. Il restera dans l’histoire aussi comme un grand maire de Bordeaux. Il connaît les affaires publiques du bas jusqu’en haut. Oui, pour exister entre Trump et Poutine, la France doit jouer son meilleur atout. Ne l’opposons pas à François Fillon. Depuis quelques jours, la presse et les sondeurs habituels nous rebattent les oreilles d’une concurrence entre Alain Juppé et François Fillon. Ils sont, certes candidats, tous les deux. Légitimement. Ce sont deux personnes éminemment respectables. Personnellement, si l’un des deux n’avait pas été candidat, [...]

By | 17 novembre 2016|Non classé, Politique|0 Comments

Le déclin de l’empire américain ?

L’apport des civilisations aura presque toujours été la culture et la prospérité. Une fois un certain niveau de développement atteint, elles se gâtent et déclinent. En cela, elles ressemblent aux êtres humains dont elles sont le produit. Avec l’élection de Donald Trump, assiste-t-on à « la chute de l’empire américain » ? Et donc d’une certaine forme de civilisation occidentale ? Comme l’annonçait un célèbre film franco-québécois, il y a déjà 30 ans. Il ne faut certes pas précipiter notre analyse. Cependant, soyons conscients que nous sommes face à un séisme, à interpréter comme un dernier avertissement avant l’accident démocratique. Nous dansions joyeusement au bord du gouffre, sans bien nous rendre compte que notre démocratie représentative était malade. Désormais nous sommes prévenus. Note civilisation, comme toutes, recèle de nombreuses choses critiquables, mais elle a cependant produit de nombreux fruits. Il serait dommage de les voir anéantis en une seule génération. Son premier péché est de s’être crue éternellement supérieure aux autres. Alors que toutes sont vulnérables, à l’image des humains dont elles sont le portrait. Leur évolution passe généralement par trois stades : l’avènement, l’apogée et le déclin. Nous avons dépassé depuis longtemps le stade de l’avènement. Personne n’oserait prétendre que nous traversons l’apogée. Alors gardon-nous de ne pas nous précipiter vers le déclin. Il est vrai que le thème du déclin de l’Occident n’est pas nouveau. Il s’agit d’un thème récurrent, qu’on ne cesse de comparer à la chute de l’Empire romain. Mais ce n’était jusqu’alors qu’une hypothèse, une parole en l’air. N’est-elle pas en train de devenir réalité ? Une disqualification aussi fracassante du politique en est un symptôme inquiétant. Nos contemporains sont déboussolés. La politique traditionnelle a perdu à leurs yeux sa crédibilité d’organisatrice irremplaçable du système démocratique. Ils sont à la recherche d’une autre voie, plus franche, plus vraie, plus proche. Plus [...]

By | 9 novembre 2016|Non classé|0 Comments

Présidentielles : vite de la transparence pour garantir la sincérité !

Lors de la dernière élection présidentielle de 2012, François Bayrou m’a proposé de rejoindre son équipe de campagne afin de lui apporter, en binôme avec mon ami Jean Peyrelevade, mon conseil dans la préparation de la stratégie de finances publiques de son quinquennat, s’il était élu Président de la République. Même si son élection ne figurait pas parmi les probabilités, nous étions convenus, en total accord avec lui, et c’était une des conditions de mon engagement, de nous obliger à un exercice exigeant de sincérité, au milieu de cette kermesse médiatique en forme de concours de promesses aussi fallacieuses que mensongères. Dans la solitude la plus déprimante, j’avais suggéré que tous les candidats présentent un graphique de leurs prévisions pour le quinquennat à venir illustrant ainsi, de manière compréhensible par tous, lesdites prévisions de chacun, afin que leurs engagements soient vérifiables, année après année. Nous fûmes seuls à le faire. Le billet que j’avais posté le 9 avril 2012 sur mon blog n’eut qu’un très modeste succès d’estime. Il était pourtant un exercice minimal et indispensable d’éthique démocratique. Examinons, ce qu’il en résulte quatre ans et demi après l’élection. Les graphiques ci-dessous vont permettre la pédagogie indispensable si nous voulons progresser sur le chemin de la sincérité, du redressement et de la responsabilité financière ; c’est à dire le chemin de la vraie démocratie. Et non ce qui en tient lieu, comme actuellement.   Les prévisions du Programme de stabilité sont révisées chaque année, alors que celles émanant des candidats ont été établies pour les 5 ans en 2012 S’agissant des dépenses, celles mirobolantes annoncées par le Président élu François Hollande, comme généreuses promesses de campagne, n’ont pas été intégralement tenues, Dieu-merci ! Puisqu’il a dépensé au 31 décembre 2016, 64 milliards d’euros de moins que ce qu’il avait [...]

By | 4 novembre 2016|Economie & Finances, Politique|0 Comments

Tourisme : l’Orne mise sur la voie verte

L’Orne hebdo, paru ce jour, fait écho du projet de voie verte Alençon-Pré-en-Pail. Le dossier avance trop lentement mais il avance sûrement. Je confirme les propos repris par la presse : oui, le département est prêt. Aucun doute là-dessus. Pourquoi miser sur une voie verte ? C’est un équipement qui correspond exactement aux besoins de notre temps, destiné à toutes les générations et propice à une découverte enchanteresse des atouts de notre territoire. La voie verte favorise une mobilité douce, à pied, en vélo et à cheval, dans le respect de notre cadre de vie. Vous l’aurez compris, la voie verte inscrit notre département dans un créneau très prisé par nos visiteurs : la détente et le bien-être. C’est d’ailleurs une priorité de notre stratégie pour l’Orne au cœur de la Normandie, votée à l’unanimité par l’assemblée départementale en 2015. Voilà pourquoi vous  pouvez compter sur moi pour y déployer toute mon énergie.

By | 25 octobre 2016|Orne|0 Comments

Route solaire : top départ des travaux !

Les projets innovants ne doivent pas attendre ! Lundi 24 octobre  a eu lieu le lancement officiel des travaux de la route solaire à Tourouvre. Guy Monhée, vice-président du Conseil départemental et président de la Commission route et développement durable, a accueilli pour cet événement Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. A Tourouvre-au-Perche, s’ouvre le chantier du revêtement routier photovoltaïque, capable de fournir de l’énergie en quantité suffisante pour alimenter une ville entière ! Imaginons, une route qui produit de l’électricité… C’est une première mondiale ! La Ministre de l’Environnement, de l'Energie et des transports ne sera pas déçue de nous avoir fait confiance. Le projet se réalise dans l’Orne, sur une voie départementale, et sera le premier kilomètre de « route solaire ». Ce chantier de démonstration associe les savoir-faire d’une entreprise locale, SNA, retenue pour la fabrication des panneaux photovoltaïques. Colas, leader de la route, et l’INES, Institut National de l’Energie Solaire, ont signé ensemble une belle innovation française aux termes de 5 années de recherche. La « Wattway » est une dalle solaire qui fournit une énergie propre et renouvelable. En associant les techniques de la construction routière avec celles de la production photovoltaïque, ce produit durable permet la circulation de tout type de véhicule. Le Conseil départemental vient de valider les termes d’une convention avec l’Etat. Tout a été fait pour travailler en confiance mutuelle dans l’esprit le plus coopératif possible La convention précise la mise à disposition de la chaussée et l’organisation de la maîtrise d’ouvrage. Le projet s’inscrit dans le cadre de la politique de transition énergétique. Son coût est estimé à 5M€, entièrement financé par l’Etat, au titre du développement des « Territoires à énergie positive pour la croissance verte ». Que cette route « intelligente » puisse être le commencement d’une longue histoire de croissance verte et économique [...]

By | 24 octobre 2016|Énergie|0 Comments

Affirmer notre ambition pour le Haras du Pin !

Au cœur de l’Orne, le Haras national du Pin offre à notre beau département son Versailles du Cheval. Son avenir est désormais entre les mains d’un Établissement public administratif (EPA) que j’ai l’honneur de présider. Son Conseil d’administration mesure tout l’intérêt, mais aussi l’urgence, d’agir vite pour réaliser la renaissance de cette merveille, forgée par 300 ans d’histoire. Et autant d’un futur qui nous tend les bras. Il y a quelques semaines, nous nous sommes retrouvés au Haras du Pin pour célébrer notre double-médaillé olympique ornais Astier Nicolas, et ses amis, de retour des Jeux olympiques de Rio. Sous leurs yeux, nous avons prononcé le « serment du Pin », aux côtés de plusieurs milliers de spectateurs enthousiastes, témoins heureux de notre engagement à faire renaître le site, au plus vite, et à lui redonner son éclat et son rayonnement d’antan, avec de nouvelles promesses d’avenir.. Lundi après-midi, nous avons posé les bases d’une expérimentation visant à changer d’échelle pour améliorer l’accueil et le confort du public. Nous voulons étoffer, et diversifier les activités, en plus des manifestations équestres sportives. L’ouverture du Haras du Pin à des séminaires et autres réceptions est un autre formidable gisement de visiteurs ; en attendant d’autres surprises.. Une véritable salle de spectacle équestre, sur le modèle de Versailles, et sa tribune de 300 places ; une carrière de démonstrations et spectacles, avec tribune couverte de 2 000 places ; de nouvelles salles d’accueil attractives et leurs espaces traiteurs : des projets émergent. Mandat a également été donné au Conseil d’étudier la faisabilité et les modalités de l’installation de l’institut Blondeau sur le site. Cet Institut, dans le prolongement de l’École Blondeau, permettrait de développer des activités de services, de formation et de recherche, répondant pleinement aux attentes de nombreux professionnels de la filière équine ayant [...]

By | 18 octobre 2016|Haras national du Pin|0 Comments

« Dimanche en politique », émission aujourd’hui 17 octobre 2016 : 30 petites minutes pour une parole libre

À titre exceptionnel, à raison du traitement puissant et fatigant que je suis actuellement, j’ai cependant accepté d’être l’invité de l'émission "Dimanche en politique" ce midi.  Je refuse souvent ce type d’émission. C’était toutefois une excellente opportunité pour vous rendre visite à vos domiciles, sur vos écrans, et ainsi pouvoir m'adresser à chacun de vous de manière directe, puisque la maladie m’a éloigné de vous, ces deniers temps. Cette émission, étant pré-enregistrée avant sa diffusion, j’ai eu le temps d’y réfléchir depuis ; Pour être sincère, elle est passée trop rapidement, car les sujets défilent très vite, on saute du coq à l’âne en permanence, et c’est difficile d’articuler une explication, pour éclairer des sujets d’une importance majeure. On passe d’un clip de rap au terrorisme. Bref, c’est une gymnastique plus difficile qu’une émission nationale souvent plus cadrée, avec beaucoup moins de thèmes.  Voici aussi la vidéo de l’émission que je vous invite à regarder : La parole fut libre et sans détours : j'aurais aimé pouvoir plus vanter les atouts de l'Orne, son projet d'innovation territoriale, et son futur prometteur au sein de la grande Normandie. Je reste toujours étonné par la vision erronée que peut avoir la presse régionale des départements les moins peuplés, comme l’Orne. Une forme de suffisance régionale semble transpirer dans toutes les questions, alors que nos capitales régionales en France sont des lilliputiennes. J'aurais aimé aussi parler de la ruralité, de ses angoisses, de la proximité si mal traitée par l’Etat central.  De notre capacité à nous réinventer, notion étrangère aux administrations centrales. Ces sujets sont trop importants pour être galvaudés. Compte-tenu des réponses très lapidaires auxquelles j’étais condamné, bien malgré moi, voici quelques compléments d’informations que j’avais préparés et qui sont restés au fond de ma mémoire. Pourquoi avoir accepté l’émission malgré son état de [...]

By | 16 octobre 2016|Orne|0 Comments

L’Orne : 1er département de France à créer l’appli des applis

L’Orne Hebdo, dans son édition de mardi a superbement bien traité de l’avancement et du lancement de cette application multiservices pour nos concitoyens à l’échelle de tout le département de l’Orne. Le lancement officiel est prévu le 30 novembre prochain au siège du Conseil départemental. Un outil métropolitain au service des Ornais et des touristes La volonté du Département de créer « L’Orne dans ma poche » est née d’une ambition d’amorcer la transformation digitale au bénéfice de nos habitants et de notre territoire.  Le portail multiservices « L’Orne dans ma poche » est une sorte de fenêtre qui ouvre sur tous les services du quotidien de nos citoyens ornais, non ornais et celui des touristes séjournant dans notre département. Avec l’opérateur Orange, nous réunissons le fruit de toutes les expériences menées dans les grandes métropoles françaises en adaptant notre offre aux besoins spécifiques de notre territoire. Cette application mobile est déjà très attendue par les organisateurs d’évènements et par tous ceux qui cherchent à accéder à tous les services disponibles, 7j s/7, 24h s/24. La première version s’enrichira au fil des mois par de nouvelles fonctionnalités et notamment les services de paiement en ligne. Les utilisateurs pourront aussi faire remonter leurs remarques afin d’améliorer en permanence l’outil. Le Département de l’Orne a été désigné comme « territoire pilote » avec une récente nomination aux Victoires d’Acteurs Publics. Les résultats seront connus en décembre. C’est cela, avoir le « mental » du conquérant. Passer du discours à l’acte. Retrouver l’interview complète sur : http://www.orne-hebdo.fr/2016/10/11/innovation-l-orne-dans-ma-poche-les-defis-d-un-departement-qui-veut-jouer-dans-la-cour-des-grands/

By | 12 octobre 2016|NTIC, Orne|0 Comments

Pour les grandes causes, les Ornais savent se mobiliser.

La preuve : les « Elles de l’Orne » ! Parfois, nous nous laissons gagner par le pessimisme, craignant que nos concitoyens se laissent entraîner dans la résignation, le renoncement, dans l’idée dangereuse que tout est de la faute des autres, et qu’au final, c’est à l’Etat, la collectivité, la providence de prendre notre destin en mains. C’est sans compter sur la capacité individuelle d’enchantement, d’émerveillement de chacun, en découvrant que, tous ensemble, on peut presque tout. Ce capital d’engagement personnel est insuffisamment rassemblé, mobilisé. Seule la vie associative sait le faire. Les pouvoirs publics, enlisés dans leur bureaucratie, ont perdu toute aptitude à assembler ces incommensurables ressources de bonnes volontés. Le formidable succès des « Elles de l’Orne » aujourd’hui en sont un retentissant exemple. 3.400 Ornaises ou voisines se sont réunies au Campus universitaire d’Alençon-Damigny pour alerter la population sur l’importance du dépistage du cancer du sein, en ce mois dédié à cette grande cause nationale. Le billet posté sur le site Orne.fr résume ce tour de force : http://www.orne.fr/actualites/elles-de-lorne-formidable-succes-pour-cette-2e-edition Grand merci à toutes celles et ceux qui se sont dévoués pour réussir cette magnifique 2ème édition, à l’A3 Alençon, la commune de Damigny, Cristaline, France-Bleu, Harmonie Mutuelle, la Sécurité civile, le SDIS, le Crous de Normandie, les Etablissements d’enseignement supérieur, leurs étudiants, les 160 bénévoles, et plus généralement tous ceux qui ont offert leur générosité pour que nous puissions être collectivement fiers de nous. La Ligue contre le cancer et le Conseil Départemental vous expriment leur plus grande gratitude. L’élan intergénérationnel pour la générosité est notre plus grand espoir. Les émotions partagées sont la plus belle contagion du monde. Elles révèlent l’esprit de conquête qui reste présent dans le cœur de tous les Ornais, pour peu qu’on le libère. Luttons tous ensemble pour nous libérer de nos peurs, pour féconder ensemble les conditions nécessaires à [...]

By | 9 octobre 2016|Orne|0 Comments

Audition en visioconférence avec le Sénat

Jeudi matin, de mon domicile, à 10 heures, j’ai été auditionné en visioconférence par la Délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation sur l’éternel sujet des normes. Nous avons échangé sur la méthodologie de la simplification normative sur la base de l’expérience du CNEN que je préside et sur la réforme des services déconcentrés de l’Etat vue par les départements. Cela a été une joie pour moi de retrouver mes anciens collègues Sénateurs, surtout au sein de cette Délégation que j’ai présidée lors de la sa création. C’est une famille d’élus de toutes sensibilités qui travaillent dans un esprit de coopération pour atténuer les effets indésirables de la prolifération normative qui frappe les collectivités territoriales. L’échange a été très fructueux pour moi car il m’a permis de sensibiliser mes collègues sur l’attention qu’ils doivent porter sur les textes qu’ils votent car ils nous arrivent ensuite sous forme de droit réglementaire au CNEN et les plus belles intentions du monde peuvent se commuer en enfer normatif. Notre confiance mutuelle a permis un moment de grande franchise entre nous sur les biais qu’il nous faut absolument éviter pour épargner aux français le délire juridique qui peut parfois sortir de nos administrations peuplées de merveilleux esprits à Bac +20 qui n’ont aucune idée de la vie réelle au-delà du périphérique. La note introductive dont je me suis servi pour lancer le débat est jointe ici. Merci à Jean-Marie Bockel Président de m’avoir invité, et à tous les participants et intervenants de leur amicale compréhension. Un dernier mot, dans mon état de santé actuel, ces visioconférences sont une vraie bénédiction. J’ai pu échanger pendant une heure entière dans des conditions de sécurité, de facilité, de clarté, de non fatigue, et sans avoir pollué. A méditer dans nos pratiques à venir.   Quelques [...]

By | 7 octobre 2016|CNEN, Normes, Sénat|0 Comments

In memoriam Jackie Legault

Cet après-midi, nous avons accompagné notre ami Jackie Legault, ancien maire de Longny-au-Perche, Conseiller Général Honoraire de l’Orne, ancien Vice-président de notre Assemblée, jusqu’à sa dernière demeure. Un hommage départemental lui a été rendu. Je l’ai prononcé au nom de tous mes collègues, en témoignage de notre amitié et de reconnaissance pour notre ami disparu. Jackie était un homme engagé, droit, loyal, discret, efficace, fidèle à des valeurs. J’ai essayé dans l’éloge que j’ai rédigé de le restituer dans la dimension vraie de son humanité. Que sa famille soit assurée de notre reconnaissance et de notre profond soutien. Qu’elle sache aussi combien Jackie demeure présent, vivant, à travers l’œuvre qu’il a construite au service de tous les Ornais. Lire ici son éloge.  

By | 5 octobre 2016|Non classé|1 Comment

Volontarisme et audace : l’Orne investit massivement pour l’avenir

Beaucoup d’émotion, hier, à l’ouverture de notre session du Conseil départemental de l’Orne. Quelques minutes plus tôt, une bien triste nouvelle avait envahi l’hémicycle : la disparition de notre ancien collègue et ami, Jackie Legault, élu du canton de Longny-au-Perche pendant un quart de siècle. Nous avons observé à sa mémoire un instant de recueillement, reconnaissants de l’œuvre accomplie au service du Perche et de l’Orne toute entière, qu’il affectionnait tant. La séance, reprise, une orientation forte s’est dégagée : préserver une grande capacité à investir à un plus haut niveau, pour l’avenir de l’Orne et des Ornais : c’est la volonté constante du Conseil départemental, clairement réaffirmée ce matin encore, lors du Débat d’orientation budgétaire. Les contours du prochain budget ont été tracés, en fixant les masses budgétaires et les principaux objectifs à atteindre. La priorité des priorités (également exigée par la loi) étant d’assurer sainement l’équilibre de ce budget 2017 et des suivants. La tâche n’est pas aisée ; elle se complique même ! Les transferts successifs de compétences aux Départements, par l’État, en ont fait des opérateurs de politiques publiques dont ils ne maîtrisent qu’à la marge les contours et niveaux de prestations. Et la conjoncture économique ne nous aide pas, ne laissant présager, à moyen terme, ni une dynamique des recettes du Département, ni un repli de ses dépenses sociales. S’ajoute au tableau, la poursuite annoncée de la baisse drastique des dotations de l’État : -3,8M€ par rapport à 2016 ! Comme cette année, le principe de crédits limitatifs par programme sera reconduit en 2017, seul moyen de sécuriser notre exécution budgétaire, à l’heure où la fragilité des finances des Départements ne cesse de croître. Tant que l’Etat n’aura pas apporté de réponse structurelle à la problématique du financement des allocations individuelles de solidarité (RSA, APA), cet « effet de ciseaux », maintes fois dénoncé, va [...]

By | 1 octobre 2016|Orne|0 Comments

Rencontre sur la « légistique » au Sénat

Ce lundi 26 septembre, au Palais du Luxembourg, s’est donc tenue ma rencontre, fixée de longue date, avec d’éminents hauts-fonctionnaires de la Haute-Assemblée, responsables des missions institutionnelles du Sénat. Le thème retenu était celui de « la simplification des normes ». Chacun comprendra qu’il était pour moi impossible de manquer cette belle et exemplaire invitation au dialogue. Le Président Gérard Larcher donne une impulsion forte sur ce thème, et il a bien voulu sceller une Charte avec le CNEN que je préside, afin d’unir nos forces pour relever le défi qui nous est lancé par la dégradation de la qualité du droit en France. Cette rencontre très technique s’inscrivait dans ce cadre. En fait, nous avons fait une demi-matinée de « légistique » qui est une science visant à améliorer la qualité des textes produits par l’administration, à proposer des méthodes et outils pour élaborer et rédiger ces textes de normes. L’animation d’un réseau de hauts-fonctionnaires déterminés à travailler tous ensemble pour sortir de l’impasse de la complexité de notre réglementation est essentielle. N’ayons pas peur des mots, il s’agit d’un sujet fondamental pour le bon fonctionnement de notre démocratie. Nos travaux ont été passionnants, c’est une faveur de pouvoir échanger avec des professionnels, chacun du plus haut niveau dans sa discipline. Dès l’ouverture, nous sommes convenus : de l’urgence d’agir vite et fort, de nous interdire le renvoi de la responsabilité sur les autres, et d’ouvrir des pistes concrètes de solutions. Nous avons donc privilégié toutes les questions de « bonnes pratiques » dans l’écriture du droit, et travaillé sur les outils susceptibles d’être mis en place afin d’assister à la rédaction des normes. Je suis rentré heureux et confiant dans ce réseau de bonne volonté qui se nourrit au fil du temps. Ayant été Sénateur vingt ans, et après m’être appliqué et impliqué fortement, je [...]

By | 28 septembre 2016|CNEN, Normes, Sénat|0 Comments

La reprise ne peut qu’être progressive.

Le journal Ouest-France a esquissé quelques traits de mon calendrier de retour à la vie normale. En fait, suivant à la lettre les prescriptions des médecins, je m’applique à respecter le calendrier qu’ils m’autorisent. Des rendez-vous informels, en nombre raisonnable, se tiennent déjà à mon domicile. Grâce au télétravail, je suis en contact permanent avec le siège du Conseil Départemental au Quartier Lyautey. Les sorties publiques ne sont pas encore autorisées, tant que mes défenses immunitaires n’auront pas été suffisamment reconstituées, et que mon état de fatigue accumulée n’aura pas été résorbé. La représentation extérieure est excellemment assurée par les vice-présidentes et vice-présidents et je les en remercie très chaleureusement. Une exception a été faite hier pour me rendre au Sénat. Il s’agissait d’une réunion très technique de « légistique » avec d’éminents juristes du Sénat. Il nous aurait fallu 6 mois pour retrouver une date, ce n’était pas facile. J’ai été choyé comme un patient fragile, et nous avons admirablement travaillé. Je présiderai la session trimestrielle du Conseil vendredi. Là-encore, les conditions le permettent, à raison de la connaissance des dossiers et de l’agencement idéal des lieux. Aucun autre engagement public n’a été pris à ce jour. Certains ne seraient d’ailleurs pas compatibles à raison des rendez-vous médicaux. Pour le reste tout va bien. Le programme de retour à la normale se déroule exactement dans la trajectoire définie par les médecins auxquels je veux rendre un hommage appuyé et reconnaissant. Prenez soin de vous ! NB. – Pour l’anecdote la photo d’Ouest-France a été prise le jour de la cérémonie au Pin, en l’honneur de nos médaillés olympiques. Le sourire cache un début fulgurant de la maladie, j’ai peiné à monter sur la scène et j’ai été incapable de présider le cocktail, il a fallu bien vite me reconduire chez moi.

By | 27 septembre 2016|Non classé|1 Comment