« On se bouge dans l’Orne » contre la morosité !

Dans l’Orne, pas question de céder à la tentation de la morosité, ni de la fatalité ! Cette tonicité, cette vivacité doivent être contagieuses et c’est pour remonter le moral des troupes que Ouest France avec le partenariat du Crédit Agricole de Normandie et du Conseil général de l’Orne, a imaginé cette opération bien nommée : « on se bouge dans l’Orne ». Le Département, échelon de proximité, s’est naturellement et promptement associé à cette démarche, participative, positive.
Phase 1 : un vote sur Internet jusqu’au 5 décembre. Ce sont les internautes qui ont voté pour désigner les trois lauréats du prix « On se bouge », dans la catégorie innovation, coup de cœur et rayonnement de l’Orne parmi 19 candidats.
Phase 2 : la soirée « On se bouge » organisée  à l’Hôtel du Département, Maison de tous les Ornais, pour la remise des prix sous l’égide de deux parrains exemplaires, chefs d’entreprises dans l’Orne. Sylvain Bacon a pris les rênes de Moteurs JM (Domfront) et Martin-Pierre Rapeaud est, lui, à la tête de Manuplast (La Ferté-Macé). De très beaux parcours qui doivent être, pour  chacun, une source d’inspiration.
Ce n’est pas tout mais le palmarès alors ? Le voici :
Prix  de l’innovation : Laurent Masson concepteur d’une orthèse anti ronflements (Montsecret).
Prix coup de cœur : Thierry Potier, Planet undies (Argentan). Commercialisation de sous-vêtements par internet.
Prix du rayonnement de l’Orne que j’ai eu le plaisir de remettre  à  Thomas Turland, jeune designer installé à Argentan qui dessine des objets en 3D.
Bravo à tous pour cette audace et ces très belles entreprises.

 

Pour l’instauration d’un principe de « réglementalité » !

Oui, je sais vous me direz que le mot n’existe pas, que ce n’est pas sans raison, et qu’il va encore falloir assimiler un concept de plus.

Certes, mais si tout le monde sait ce qu’est la « réglementation » car ceux qui ne le savent pas ne peuvent pas être Français, il y aurait beaucoup d’avantages à ce qu’un principe de « réglementalité » soit institué pour précisément conjurer le mauvais sort fait à la France à cause d’une prolifération mortelle de réglementation.

imageNotons qu’il existe déjà le principe de constitutionnalité, celui de conventionalité, celui de légalité. Curieusement, celui de « réglementalité » n’existe pas. Le pouvoir réglementaire peut donc abuser de ses droits en permanence sans que personne ne puisse s’y opposer.

Ce risque n’est pas théorique, puisque c’est ce qui se produit tous les jours ! Les Préfets reçoivent 320 pages de circulaires par jour ouvré qu’ils doivent imposer aux collectivités locales et aux Français. L’état de droit ou la primauté du droit oblige toute personne publique ou privée à se soumettre au respect du droit, et en premier lieu « la puissance publique ». Oui, la puissance publique est soumise au droit, contrairement à ce qu’elle croit sans doute. Le respect de la hiérarchie des normes constitue l’une des plus importantes garanties de cet état de droit. Or, les compétences des différents organes de l’Etat doivent être précisément balisées et les normes qu’ils édictent ne sont opposables qu’à condition de respecter l’ensemble des normes de droit supérieures. Au sommet figure naturellement la Constitution, suivie des engagements internationaux, puis la loi. Cet ordonnancement juridique s’impose à l’ensemble des personnes juridiques. L’Etat pas plus qu’un particulier ne peut méconnaître ces principes sauf à encourir une sanction juridique notamment dans l’exercice de son […]

Des taxis verts électriques à Paris !

La révolution écologique ne se produira pas sans une révolution technologique. Laquelle ne produira elle-même ses précieux effets que trop tardivement sans l’affirmation dès maintenant d’une volonté politique historique.

La ville de Paris a une occasion magistrale d’exprimer cette volonté en réunissant en une seule action : protection de l’environnement, relance de l’industrie, mobilisation générale et projection d’une image positive dans le monde.

GreenCarIl lui suffit de créer 1.000 licences de taxis verts électriques. Cette décision s’autofinancerait par une création de valeur évidente. Les licences de taxis sont très chères. Elles financeraient largement l’investissement dans les automobiles électriques dont la construction relancerait une industrie à la peine. Elle créerait un « choc » psychologique d’une portée mondiale sur la nécessité de vivre autrement la ville. D’inventer une ville ouverte, fluide, et sereine, grâce à des voiture propres et silencieuses. Une vraie révolution dans les déplacements. Rendre la ville plus propre, plus agréable, plus respirable nécessite d’inventer une nouvelle génération de taxis sans équivalent à ce jour, nulle part au monde. Il va de soi que ce ne sont pas les compagnies actuelles qui en auront la volonté, car la rentabilité ne peut être immédiate, ce ne sera pas davantage les artisans qui en auront pas les moyens. La puissance publique locale doit donc s’impliquer totalement. Le montage financier n’est pas complexe. Les infrastructures sont déjà en cours de réalisation grâce à Autolib. Elles doivent être multipliées, ce qui serait une manière supplémentaire d’inciter les particuliers à s’équiper désormais en voiture électrique. Les parisiens, les touristes, les taxis verts nouveaux, inventeront une autre manière de vivre la ville ensemble et s’associeront pour relever ce défi urbain historique.

Afin de ne faire exercer à la ville le métier de « compagnie de taxis », même verts, […]

Et si François Bayrou était au 2ème tour contre François Hollande ? ?

Cette hypothèse est naturellement réfutée par l’UMP sur un argument appris par cœur ; « c’est de la politique fiction » comme si le vote des Français relevait de la fiction lorsqu’il ne se porte pas sur Nicolas Sarkozy.

L’explication est un peu courte. Dans l’émission Dimanche+ sur Canal+ j’ai répondu franchement que cette hypothèse avait ma faveur et que je souhaitais qu’elle permette un choix aux Français qui serait enfin nouveau.

De toute manière, notre démocratie va périr si elle ne repose plus que sur deux centrales d’achats de suffrages que sont devenus les deux grands partis (UMPS) qui n’imaginent même que les Français puissent avoir l’audace de ne pas obéir à la répartition des parts de marché électoral qu’ils se sont partagés.

Allez vive la France, Peuple libre qui conservera jusqu’au bout la libre expression de son choix malgré le matraquage télévisuel qu’il subit.Votons @Bayrou au premier car il sera au deuxième tour et Président dans la foulée.

Cliquez pour voir partie de l’émission cliquez là : http://www.dailymotion.com/video/k2JO0v9sYBmG5r2LLJ5

De l’obligation de réserve et de la politique !

Des élections nationales, présidentielles et législatives pointent à l’horizon et les questions relatives à l’obligation de réserve ne vont pas manquer d’être évoquées, brandies, réfutées. Bref, avant que le tintamarre ne commence, je préfère m’essayer à une définition personnelle.

D’abord, l’obligation de réserve figure dans de nombreux textes mais sa définition reste imprécise. Dès lors, ceux qui y sont soumis se doivent d’avoir une éthique propre de son respect qui soit la meilleure et surtout la plus élégante possible.

Cette obligation ne vise pas à transformer une personne en charge de responsabilités attachées à l’autorité publique en sous-citoyen. Ce qui serait une négation du respect de la personne humaine, de son honneur et de sa dignité.

En revanche, cela suppose infiniment de discernement afin que cette personne, moi en l’occurrence, veille à tout instant à ce que son et donc mon comportement soit en phase avec un corps de principes et de valeurs qui sont ceux de l’Institution à laquelle j’appartiens.

Afin de garantir l’indépendance et la réputation de cette Institution, je dois éviter toute situation de nature à porter atteinte à son impartialité et à sa neutralité. J’entends par impartialité que mon opinion dans l’exercice de mes activités professionnelles reste formée sans préjugé ni parti pris. J’entends par neutralité de ne pas mettre en avant mon appartenance à ladite Institution ni ma collaboration à ses travaux dans le cadre de mes engagements politiques. Si je venais à être candidat à une élection nationale, je demanderais à être placé en position de disponibilité pendant la durée de la campagne officielle.

Voilà, j’espère n’avoir rien oublié d’important. Je demande aux journalistes de me faire l’amitié de ne jamais citer l’Institution à laquelle j’appartiens car cela déclenche des alertes google qui freinent ma […]

Pour notre terre, être exemplaire

Alain Lambert, président du Conseil général de l’Orne et Christophe Hervé, directeur d’EDF Collectivités Territoriales Ouest, ont signé une convention « Certificats Equilibres ». Le Conseil général s’engage ainsi à acheter uniquement de l’électricité issue de sources d’énergies renouvelables, produites sur le territoire national : énergie éolienne, solaire, géothermique, marémotrice…

Le Conseil général est une institution de proximité qui se doit d’être exemplaire en matière de développement durable. Sa politique, simple et ambitieuse s’articule autour de 5 axes prioritaires : la rénovation des bâtiments, l’insertion professionnelle, la gestion des déchets, l’organisation des déplacements sans compter l’entretien et l’aménagement des routes. En modifiant en profondeur et pour longtemps son comportement, le Département incite les Ornaises et les Ornais à adopter de nouvelles pratiques de consommation.

Concrètement, il s’assure que l’équivalent de sa consommation annuelle électrique – pour l’ensemble des bâtiments départementaux (collèges compris) provient de sources d’énergie verte, avec peu d’émissions de CO2. Il s’engage à acheter des certificats verts qui attestent que pour chaque MWh consommé par les bâtiments du Département, EDF injecte 1 MWh d’électricité issu de sources d’énergies renouvelables sur le réseau électrique métropolitain.

Cette belle initiative s’inscrit pleinement dans le prolongement de la politique départementale en matière de développement durable et de maîtrise de l’énergie déjà mise en oeuvre dans les bâtiments du Conseil général, notamment dans les collèges: logiciel de suivi des consommations électriques, rénovations visant à optimiser les consommations d’eau, de chauffage et d’électricité. Elle s’accompagne aussi d’actions de communication en direction des plus jeunes. Avec un objectif très précis : leur faire très vite prendre conscience de la nécessité de maîtriser leur consommation énergétique en les associant à la réflexion qui ne peut être que collective.

C’est ensemble, tous ensemble que nous parviendrons à défendre […]

Le co-working ou la rencontre des compétences et des talents !

Le co-working ou travail collaboratif  est né aux Etats-unis. Son objectif est des plus simples, il s’agit de regrouper en un seul et même lieu des professionnels indépendants d’horizons différents afin de provoquer une entraide et des associations heureuses (un graphiste et un développeur web). cette forme d’organisation du travail originale et efficace permet à chacun d’effectuer ses propres missions tout en créant un lien avec son voisin, un réseau, en partageant expertises et expériences.

Le coworking a traversé l’Atlantique sous la forme de cantines numériques ou encore de ruches ! J’ai pu découvrir qu’il en existait à Nantes et à Rennes à la lecture d’un article publié par Ouest France, le 10 mars dernier. Vous ne serez pas surpris si je vous dis pleinement adhérer à ce concept novateur tant il correspond à l’idéal de transversalité et de mutualisation que je défends avec ardeur dans mon département de l’Orne.

Ainsi, la pépinière d’entreprises en cours de création dans l’enceinte même du Conseil général tient à faciliter, à stimuler ces belles synergies entre hommes et femmes de talents et de compétences. Outre les bureaux, équipés en haut voire très haut débit internet qui seront à  la disposition des entreprisses, de vastes salles de réunions devraient encourager ces échanges que j’espère fructueux.

Les sommets les plus hauts sont inaccessibles à l’homme seul, la réussite, le succès ne peut se concevoir qu’ensemble, tous ensemble. Telle est ma conviction profonde. Il ne s’agit pas de renoncer à son idendité, à son projet mais de les sublimer, de les nourrir pour le meilleur !

Une boutique hors du commun !

Amandine et Sacha, deux français, ont monté une petite e-boutique de décoration très originale. En effet, la boutique de décoration est itinérante c’est à dire qu’elle se déplace au fil des mois à travers l’Asie pour proposer des articles différents et originaux : « C’est un peu une nouvelle façon de voyager pour nos internautes et de trouver des objets de décoration qu’ils ne trouveront nul part ailleurs ! »
Que pensez-vous de cette idée originale ?

Rendez-vous sur le site http://www.designandasia.com/ !

Le consommateur, relais du citoyen?

« Il faut dire aux Français: si vous aviez prévu de passer un moment en famille, de consacrer un peu de votre budget aux fêtes de Noël, faites-le parce que c’est aussi un acte citoyen », a affirmé le secrétaire d’État chargé de l’industrie et de la consommation, porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, le 23 décembre sur LCI. Ainsi, consommer pourrait constituer un « acte citoyen ». La formule du porte-parole du gouvernement relève plus de la maladresse que de la volonté de réduire le citoyen à un consommateur. En tout cas, elle pose une question qui n’est pas dénuée d’intérêt : le consommateur peut-il prendre le relais du citoyen ?
(Lire la suite…)

Sauvons la culture générale!

La culture générale, un élément de discrimination ? Cette discipline très particulière pourrait, semble-t-il, disparaître des concours de la fonction publique au profit de questions de bon sens. Dommage ! Les évolutions éventuelles ne devraient-elles pas concerner surtout l’information et la préparation des candidats ?

(Lire la suite…)

Le travail le dimanche et la valeur du temps passé avec les siens

Ce texte a été rédigé par par Thomas Colin. Il n’est sous mon nom que pour des raisons techniques. Le 7 novembre 2008, le député Richard Mallié a déposé une proposition de loi visant à élargir les possibilités d’ouverture dominicale des commerces. Traditionnellement, il existe deux justifications à la législation sur le repos dominical :
- La nécessité de protéger les travailleurs ;
- Et la volonté de promouvoir une concurrence saine et loyale.

(Lire la suite…)

Les droits de l’Homme ont 60 ans!

Comment conjurer les atrocités commises au cours du second conflit mondial ? Comment réunir des peuples dévastés, déchirés par la souffrance et les incompréhensions, comment protéger l’individu et laisser triompher l’humain, retenir le souffle de la démocratie? La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme devait être la réponse, aus yeux de l’Organisation des Nations Unies, de ces dirigeants qui décidèrent d’étoffer la Charte au moyen d’une feuille de route garantissant les droits de chaque personne, en tous lieux et en tous temps. Qu’en est-il aujourd’hui? Eleanor Roosevelt et René Cassin ont-ils encore des raison d’être fiers de leurs héritiers ?

(Lire la suite…)

Pour ou contre le travail le dimanche ?

Les Français sont très partagés sur le travail du Dimanche. Droite, gauche, salariés, employeurs… personne n’est insensible au sujet.

Au-delà de votre choix que vous pouvez faire par le questionnaire automatique, il nous semble très intéressant que vous nous donniez vos principaux arguments afin de faire vivre un vrai débat sur cet important sujet ! Merci d’avance !

Obésité : la taxe nutritionnelle fait son retour !

Le Figaro nous fait part de la volonté du Gouvernement de lutter contre l’obésité en comblant le trou de l’assurance-maladie… Ce serait en substance l’objet d’un nouveau rapport de l’Inspection générale des affaires sociales et de l’Inspection générale des finances, remis fin juillet à la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, et au ministre du Budget, Eric Woerth. Les sodas, glaces, chips ainsi que les produits de la restauration rapide seraient concernés, nous apprend mardi le quotidien «Les Echos». Un projet déjà envisagé en février dernier par Eric Woerth qui attendait à l’époque un rapport sur «la pertinence et la faisabilité d’une taxe nutritionnelle.»
Qu’en pensez-vous, cela semble une bonne idée ?

Match nul entre Free et Neuf Cegetel

La compétition entre Free et Neuf Cegetel bat paraît-il son plein. Les deux rivaux s’affrontent devant les tribunaux qui les renvoient dos à dos. Chacun contestant l’argumentaire commercial de l’autre. Un petit conseil d’ami, en passant. Et si vous choisissiez d’un commun accord comme argumentaire la satisfaction de vos clients ? (Lire la suite…)

Real Time Analytics