Non classé

/Non classé

CO2 : L’Europe décadente !

Au risque de me mettre tous mes amis à dos, je veux dire mon désaccord absolu sur l’absence de courage dont l’Europe fait preuve pour enfin prendre la mesure de l’enjeu de la lutte contre les effets mortifères des gaz à effet de serre. C’est précisément, parce que nous voulons préserver notre économie et nos emplois que rien n’est plus urgent qu’oser trier parmi les activités, celles dont la modernisation permettrait de réduire nos émissions de dioxyde de carbone (CO2). Certaines industries, l’agriculture, l’habitat vont continuer inévitablement à émettre. Voilà pourquoi, nous ne devons pas tarder à changer d’urgence de paradigme pour l’automobile. La presse nous rapporte que Bruxelles cèderait au lobby automobile. Comment comprendre ? Nous avons la chance d’avoir les constructeurs les plus puissants du monde. Leurs laboratoires de recherche et de développement détiennent des potentiels de progrès incommensurables. Allons-nous nous offrir le ridicule de les voir aller produire et vendre leurs modèles hybrides et électriques en Asie, en continuant ainsi à user jusqu’à la corde, en Europe, leurs chaines de production de diesel et d’essence ? La ritournelle de devoir amortir d’abord leurs investissements en ce domaine nous est chantée depuis des décennies ! je l’entendais déjà quand j’étais rapporteur général du Budget, il y a plus de 20 ans, ça suffit ! L’approche française et européenne de l’automobile est devenue ridiculement désuète et ruineuse. Cessons de faire de cet engin un symbole d’une réussite sociale. Ce n’est qu’un objet pour nous déplacer. En détenir la propriété et l’usage exclusifs n’a plus aucun sens. C’est à l’économie collaborative de prendre le relais. Et le passage, au moteur électrique, en même temps s’impose. Rien ne sert d’attendre, sauf à vouloir précipiter notre dégringolade en 2ème division mondiale. Nos constructeurs sauraient parfaitement s’adapter. Pour l’heure, ils n’y ont financièrement tout simplement pas [...]

By | 2017-11-13T18:57:17+00:00 13 novembre 2017|Non classé|0 Comments

Les #Normes sont le marronnier journalistique du mois d’août.

Elles restent un sujet majeur de finances publiques. Et de démocratie ! Aucun outil sérieux n'existe pour en connaître de coût exact, le prescripteur et les effets. Ce sujet constitue une forme de mensonge budgétaire qui trompe tout le monde. Une seule personne détient le pouvoir réglementaire : le Premier Ministre ! Mais il le délègue à ses ministres ! Qui délèguent à leur tour à leurs administrations ! Lorsque celles-ci se font "retoquer" leurs idées géniales, au motif qu'elles coûtent trop cher, elles s'empressent de les transformer en "Normes" dont l'exécution est enjointe aux Collectivités Territoriales ou la Sécurité Sociale, dans les comptes desquelles se retrouvent ces dépenses inutilement coûteuses. Ce qui permet aux Gouvernements (aucun n'y a manqué) de dénoncer l'excès de dépenses des autres administrations. Sans se rendre compte qu'il s'agit des factures de ses propres décisions. Lors de chaque quinquennat, il nous est promis "un choc de simplification". Il se transforme immédiatement en nouvelles normes supposément pour rationaliser les précédentes. Le tout s'achevant en nouvelles dépenses ! https://t.co/bzKyNcbOay http://bit.ly/2wpV2SI

By | 2017-09-05T10:11:00+00:00 8 août 2017|Non classé|0 Comments

Suppression de la réserve parlementaire : un probable neutron législatif.

L’article d’un ami, sur le vote récent de la majorité de l’Assemblée Nationale, m’incite à émettre un avis de praticien de la matière budgétaire. Ce texte est au mieux ridicule et au pire trompeur ! Il est au mieux ridicule, puisqu’il consiste à supprimer ce qui n’existe pas. La loi est un acte de majesté et non un acte de communication, un slogan racoleur, un subterfuge, un trompe l’œil destiné à laisser croire qu’une question est résolue parce qu’elle aura été griffonnée dans le marbre de la législation. Cette mesure ressemble à une espèce de capucinade hypocrite destinée à manifester une dévotion bigote à une nouvelle divinité républicaine. La bien mal nommée « réserve » n’existe pas ! Sauf à considérer que le surplus, c’est-à-dire les 99,9 % du budget seraient laissés à la discrétion de l’Exécutif. C’est-à-dire exactement le contraire du principe des démocraties parlementaires qui confèrent au Parlement le pouvoir d’autoriser les crédits au Gouvernement. Même les monarchies constitutionnelles fonctionnent ainsi. Pas les démocraties dites « populaires », il est vrai. Cette « réserve » est tout simplement une convention non écrite « d’affectation » d’une infime partie du budget pour des actions locales, mal ou insuffisamment couvertes par les politiques publiques nationales. Lorsqu’avec Didier Migaud nous avons porté la LOLF, c’est-à-dire notre nouvelle constitution financière qui régit les finances de l’Etat, nous n’avons jamais traité de ce sujet, tant il ne relève pas de la loi. Par nature même, cette « affection parlementaire » s’effectue par amendement du Gouvernement lui-même. Je n’ai pas souvenir qu’il ait proposé ce type d’amendement contraint et forcé. S’il reconnait aux parlementaires le mérite de la connaissance de leur territoire, par ses amendements, il répond à des besoins locaux non couverts par les politiques nationales. Pour le dire plus franchement encore, cette « attention » locale est aussi un bon moyen de susciter des bonnes volontés [...]

By | 2017-08-01T00:11:04+00:00 31 juillet 2017|Non classé, Politique|2 Comments

In memoriam François Digard

Pourquoi sommes-nous si imprévoyants, pourquoi laissons-nous le temps filer, sans rendre visite ou inviter les amis qu’on aime ? J’en veux au quotidien qui consume nos vies et les asservit à l’horizon étriqué de l’instantané. Aujourd’hui, François Digard, Maire Honoraire de Saint-Lô est parti. Vite. Je ne savais pas qu’il était malade. Je m’en veux. J’aurais tant aimé lui redire mon affection. Mon amitié. Le plaisir que j’avais à partager notre complicité, avec Jean Callewaert. Avec François, nous nous sommes liés d’une amitié indestructible à Madère, en octobre 1988, lors d’une Assemblée des Régions d’Europe. Nous étions l’un et l’autre vice-président du Conseil Régional, et candidats potentiels à la Mairie de nos villes. Lui pour Saint-Lô, moi pour Alençon. Nous avons passé des dizaines d’heures à partager nos réflexions, sur la fonction de Maire, sur le destin délicat de nos villes moyennes, sur leurs qualités irremplaçables, leurs risques, leur place dans l’intercommunalité, leurs relations avec les départements, les régions. Leurs projets. Leurs moyens. L’art et la manière de donner sens au « vivre ensemble ». François était très engagé. Il aimait la politique. Il en connaissait tous les mérites. Et les limites. Il décelait déjà ce que la fonction de premier magistrat supposerait de distance avec l’esprit partisan. Il s’y tiendra avec rigueur. Il a été un grand Maire. Comme tous les grands élus, il habitait la fonction, il avait épousé sa ville. Et l’aimait, et aimait sa population, comme on aime sa famille. Il s’y est consacré de toutes ses forces. Il était droit. Fidèle. Exigeant sur les principes de loyauté, de sincérité, dans un univers qui n’en abuse jamais. D’autres sauront mieux que moi évoquer son œuvre. Ce soir, je voulais simplement témoigner de sa préparation exigeante à la responsabilité municipale, et évoquer l’ami, la belle personne qu’il [...]

By | 2017-07-31T12:13:46+00:00 31 juillet 2017|Non classé|0 Comments

Superbe découverte en Essonne !

Les Conseils Départementaux deviennent riches de nouveaux Présidents, jeunes, pétris de talents, doués d’une vision de l’avenir de leur territoire. Aujourd’hui, j’ai eu la chance d’être invité par mon ami François Durovray, Président du Conseil Départemental de l’Essonne qui m’avait fait l’amitié de sa visite, dans l’Orne, en juillet dernier. L’homme est humainement délicieux, et politiquement dense et construit. Quand j’utilise le vocable « politique », c’est évidemment au sens grec du terme, puisque nos échanges ont peu porté sur l’actualité partisane. Nous avons au contraire échangé sur les communautés humaines dont nous avons la charge, sur les territoires que nous administrons, sur cette relation intime entre les personnes et le terroir ou l’espace commun sur lequel ils partagent leurs vies. Sur les échelons territoriaux, leur pertinence, leur utilité, les services qu’ils rendent, le tissu démocratique qu’ils fertilisent. Le droit qui les régit. Les interactions qu’ils tissent. Leur gouvernance. La conciliation du temps long avec l’impératif démocratique de réponses rapides. Rares sont les élus qui fondent leur action sur une réflexion approfondie. Je veux témoigner qu’une nouvelle génération éclot. Qu’elle sait pourquoi elle s’engage et comment il faut anticiper les équations du futur difficiles à résoudre. Une rencontre comme aujourd’hui est un bain de jouvence pour un vieil élu comme moi. Je traverse l’Essonne plusieurs fois par semaine, sur l’autoroute A11, sans vraiment m’en apercevoir Dans mon imaginaire, il s’agissait d’un département totalement urbain, fragment d’un découpage territorial probablement administratif. Quelle erreur. Il s’agit, presque 50 ans après sa création, d’une sorte de France à l’échelle d’un département, composée de populations urbaines, périurbaines, rurales, de paysages somptueux, de centres de recherches, et de terres agricoles. Le tout s’organisant progressivement pour faire société ensemble. La vision de François Durovray est constitutive d’une société à visage humain. D’une mosaïque de personnes et de pays différents [...]

By | 2017-04-27T23:16:48+00:00 27 avril 2017|Non classé|0 Comments

Haras du Pin : la 1ère du nouveau spectacle fait le plein !

C'est devant des tribunes pleines et débordantes d'enthousiasme, dans le manège d'Aure fraîchement rénové que Pieric et Toma ont présenté un nouveau spectacle équestre ce dimanche 2 avril à 15h30. Ces artistes passionnés ont travaillé en étroite collaboration avec les agents du Haras national pour réaliser ce spectacle totalement inédit. Leur entente a été remarquable. Tous méritent nos chaleureux compliments et nos plus vifs encouragements. Ils ont fait un vrai "tabac". Les spectateurs étaient comblés. Une ambiance du tonnerre a envoûté les 200 personnes installées dans les meilleures conditions de confort pour goûter ce spectacle de très haute tenue. Le Show est plein d'humour, venez tous le voir, vous serez enchantés. Coup d'essai et coup de maître qui annonce une saison d'exception pour notre Haras du Pin qui va nous épater cette année !  

By | 2017-04-03T11:33:17+00:00 2 avril 2017|Non classé|0 Comments

In memoriam Françoise Comte

Françoise Comte nous a quittés le 18 janvier 2017. Elle laisse, à jamais, dans nos cœurs, l’empreinte d’un courage, d’une force et d’une détermination inouïes. Nous étions rassemblés, ce mercredi 25 janvier, pour rendre hommage à une grande figure de la Résistance ornaise dont la personnalité aura profondément marqué tous celles et ceux qui ont eu le privilège de la rencontrer. Déroulons un peu le fil de sa vie. Madame le Préfet a prononcé un éloge lumineux sur cette existence d’exception.… Françoise Paysant est née en 1926 au cœur d’une famille de résistants. De celles qui refusent la fatalité, la défaite de l’armée française en 1940 et l’Occupation. Ses parents Édouard et Madelaine partagent la volonté de s’opposer à l’envahisseur. Avec toutes les prises de risques et les conséquences qui en découleront. Ils veulent défendre, de toutes leurs forces, la liberté toujours si exigeante et fragile. Françoise, alors adolescente, prendra part à ce combat. Son père ne tarde pas d’ailleurs à employer cette vive intelligence pour servir sa cause. Elle mémorise alors des messages qu’elle doit transmettre à Robert Aubin, le chef départemental de l’Organisation Civile et Militaire qui réside à Fontenay-sur-Orne. Elle transporte également des documents dissimulés dans le guidon de sa bicyclette ou encore dans des bidons d’huile. Destination : Argentan où l’attend M Rousseau…. La jeune fille déploie des trésors d’inventivité. Au Havre, alors qu’elle accompagne son père, elle dessine le plan d’un site stratégique. Le destin de cette famille unie bascule en 1943. Le 4 juillet, l’une des forteresses volantes qui viennent de bombarder deux usines du Mans est abattue et s’écrase à Saint-Clair-de-Belfonds. 7 des 9 membres d’équipage parviennent à ouvrir leur parachute. Edouard Paysant, responsable de l’organisation des opérations aériennes, décide de tout tenter pour mettre ces aviateurs en sécurité. Il y parvient mais s’expose. [...]

By | 2017-03-13T11:23:28+00:00 26 janvier 2017|Non classé|0 Comments

Une session musclée en investissements !

Notre session du Conseil Départemental d’hier vendredi a été ponctuée par une détermination absolue des élus d’investir massivement pour l’avenir de l’Orne et des Ornais. Quelques exemples : Maison Universitaire de santé pluri-professionnelle : une 1ère en France ! Une école de pédicurie, podologie et psychomotricité sur le site universitaire d’Alençon. Internet : 5,55 M€ pour booster la montée en débit. Haras du Pin : les premiers travaux du « Grand projet ». « Ornimmo » pour aider l’immobilier d’entreprise en proximité. Logement et foyers-logements : aides à la pierre en faveur de l’autonomie. Le Conseil s’est également prononcé sur la mise à 2X2 voies de la RN154-RN12 entre Nonancourt et Dreux, sur le découpage des arrondissements, sur la marque Orne-Métropole pour soutenir l’Agence départementale Ingénierie 61, sur l’aide aux étudiants en médecine, sur le développement de StarTech-Normandy pour l’accès au meilleur de notre technologie. Toutes les explications figurent dans le document ci-joint. C’était une grande et belle session d’un Conseil Départemental aux sensibilités politiques diverses mais unies sur une volonté commune d’investir pour le futur. Si les départements n’existaient pas, il faudrait les inventer !

By | 2017-03-13T11:23:30+00:00 3 décembre 2016|Non classé|0 Comments

Quand l’ignominie tutoie le ridicule, mieux vaut en rire !

Faire d’une banalité un événement Victime d’un pépin de santé assez grave, en août dernier, j’ai bien cru ma dernière heure arrivée. C’était pénible à la pensée de quitter les miens. Mais je ressentais presque une forme de soulagement, face à l’ampleur des empoisonnements incessants d’une vie d’élu. Le journal Ouest-France, dans sa livraison d’aujourd’hui, nous en donne une belle illustration. Me voilà rangé au banc des voyous, des bandits, des forbans. Oh, ce n’est pas tant l’article lui-même qui est en cause, mais l’interprétation qui en est déjà faite sur les réseaux sociaux. Et parfois même émanant de signatures honorables de Ouest-France Rennes, que je croyais mieux inspirées. La démocratie chrétienne à la mode Ouest-France, c’est la morale pour les autres et l’audience pour nous. Un thriller hollywoodien de pacotille Éloigné de France actuellement pour me soigner et me reposer, il se trouve qu’une visite m’a été rendue par des enquêteurs ! Je dis bien des enquêteurs. C’est-à-dire des gendarmes chargés de procéder à une enquête.  De se renseigner. Non pas de m’arrêter, ni de me signifier une condamnation. Non, simplement de se renseigner. Et voilà que cela devient un scénario policier, une sorte de thriller hollywoodien, faisant frémir le lecteur, le mettant sous tension afin de le tenir en haleine, et surtout lui faire acheter le journal jusqu’au dénouement de l’intrigue. Grâce à un mélange d’espionnage et d’épouvante. Une dispute entre plaideurs professionnels La réalité est infiniment plus simple. À Nonant le Pin, une guerre d’intérêts purement privés est menée avec des moyens financiers d’un niveau tel que l’on peine à en imaginer le montant. Il est même surprenant que la presse n’ait jamais pensé à en évaluer le niveau. Mon sentiment est qu’en comptant les coûts des procédures passées et celles à venir, le million d’euros sera dépassé, c’est dire si nous [...]

By | 2017-03-13T11:23:31+00:00 18 novembre 2016|Non classé|1 Comment

Pourquoi je soutiens Alain Juppé !

Une amitié fidèle et de longue date nous unit. Élu Rapporteur Général du Budget au Sénat, lui étant Premier ministre, je l’ai souvent rencontré, et nous nous sommes liés d’amitié. En toute simplicité. Sans calcul ni stratégie. Uniquement dans l’esprit de servir notre pays du mieux que nous pouvons. Et nous ne nous sommes jamais perdus de vue. Je l’ai même reçu à Alençon, comme collègue, lorsque nous étions ensemble présidents de nos communautés urbaines. L’homme privé est bien différent de l’homme public. Ce qui me surprend toujours, malgré nos 20 ans de connaissance mutuelle, c’est la différence entre l’homme privé et l’homme public. L’homme privé est chaleureux, simple, respectueux et fidèle en amitié. L’homme public paraît parfois rigide, distant. Ma conviction est qu’il est d’une pudeur excessive. Il n’aime pas se livrer en public. Je le comprends. La communication politique moderne conduit au déshabillage un peu indécent pour l’intégrité de la personnalité des élus. À mon très modeste niveau, je l’ai vécu tant de fois. Pour exister entre Trump et Poutine, la France doit jouer son meilleur atout. Dans la période dangereuse que traversent le monde, l’Europe et la France, Alain Juppé est, de loin, le plus expérimenté de tous les candidats. Il a été Premier ministre, ministre des Affaires Étrangères, ministre de la Défense. Il restera dans l’histoire aussi comme un grand maire de Bordeaux. Il connaît les affaires publiques du bas jusqu’en haut. Oui, pour exister entre Trump et Poutine, la France doit jouer son meilleur atout. Ne l’opposons pas à François Fillon. Depuis quelques jours, la presse et les sondeurs habituels nous rebattent les oreilles d’une concurrence entre Alain Juppé et François Fillon. Ils sont, certes candidats, tous les deux. Légitimement. Ce sont deux personnes éminemment respectables. Personnellement, si l’un des deux n’avait pas été candidat, [...]

By | 2017-03-13T11:23:32+00:00 17 novembre 2016|Non classé, Politique|0 Comments

Le déclin de l’empire américain ?

L’apport des civilisations aura presque toujours été la culture et la prospérité. Une fois un certain niveau de développement atteint, elles se gâtent et déclinent. En cela, elles ressemblent aux êtres humains dont elles sont le produit. Avec l’élection de Donald Trump, assiste-t-on à « la chute de l’empire américain » ? Et donc d’une certaine forme de civilisation occidentale ? Comme l’annonçait un célèbre film franco-québécois, il y a déjà 30 ans. Il ne faut certes pas précipiter notre analyse. Cependant, soyons conscients que nous sommes face à un séisme, à interpréter comme un dernier avertissement avant l’accident démocratique. Nous dansions joyeusement au bord du gouffre, sans bien nous rendre compte que notre démocratie représentative était malade. Désormais nous sommes prévenus. Note civilisation, comme toutes, recèle de nombreuses choses critiquables, mais elle a cependant produit de nombreux fruits. Il serait dommage de les voir anéantis en une seule génération. Son premier péché est de s’être crue éternellement supérieure aux autres. Alors que toutes sont vulnérables, à l’image des humains dont elles sont le portrait. Leur évolution passe généralement par trois stades : l’avènement, l’apogée et le déclin. Nous avons dépassé depuis longtemps le stade de l’avènement. Personne n’oserait prétendre que nous traversons l’apogée. Alors gardon-nous de ne pas nous précipiter vers le déclin. Il est vrai que le thème du déclin de l’Occident n’est pas nouveau. Il s’agit d’un thème récurrent, qu’on ne cesse de comparer à la chute de l’Empire romain. Mais ce n’était jusqu’alors qu’une hypothèse, une parole en l’air. N’est-elle pas en train de devenir réalité ? Une disqualification aussi fracassante du politique en est un symptôme inquiétant. Nos contemporains sont déboussolés. La politique traditionnelle a perdu à leurs yeux sa crédibilité d’organisatrice irremplaçable du système démocratique. Ils sont à la recherche d’une autre voie, plus franche, plus vraie, plus proche. Plus [...]

By | 2017-03-13T11:23:32+00:00 9 novembre 2016|Non classé|0 Comments

In memoriam Jackie Legault

Cet après-midi, nous avons accompagné notre ami Jackie Legault, ancien maire de Longny-au-Perche, Conseiller Général Honoraire de l’Orne, ancien Vice-président de notre Assemblée, jusqu’à sa dernière demeure. Un hommage départemental lui a été rendu. Je l’ai prononcé au nom de tous mes collègues, en témoignage de notre amitié et de reconnaissance pour notre ami disparu. Jackie était un homme engagé, droit, loyal, discret, efficace, fidèle à des valeurs. J’ai essayé dans l’éloge que j’ai rédigé de le restituer dans la dimension vraie de son humanité. Que sa famille soit assurée de notre reconnaissance et de notre profond soutien. Qu’elle sache aussi combien Jackie demeure présent, vivant, à travers l’œuvre qu’il a construite au service de tous les Ornais. Lire ici son éloge.  

By | 2017-03-13T11:23:53+00:00 5 octobre 2016|Non classé|1 Comment

La reprise ne peut qu’être progressive.

Le journal Ouest-France a esquissé quelques traits de mon calendrier de retour à la vie normale. En fait, suivant à la lettre les prescriptions des médecins, je m’applique à respecter le calendrier qu’ils m’autorisent. Des rendez-vous informels, en nombre raisonnable, se tiennent déjà à mon domicile. Grâce au télétravail, je suis en contact permanent avec le siège du Conseil Départemental au Quartier Lyautey. Les sorties publiques ne sont pas encore autorisées, tant que mes défenses immunitaires n’auront pas été suffisamment reconstituées, et que mon état de fatigue accumulée n’aura pas été résorbé. La représentation extérieure est excellemment assurée par les vice-présidentes et vice-présidents et je les en remercie très chaleureusement. Une exception a été faite hier pour me rendre au Sénat. Il s’agissait d’une réunion très technique de « légistique » avec d’éminents juristes du Sénat. Il nous aurait fallu 6 mois pour retrouver une date, ce n’était pas facile. J’ai été choyé comme un patient fragile, et nous avons admirablement travaillé. Je présiderai la session trimestrielle du Conseil vendredi. Là-encore, les conditions le permettent, à raison de la connaissance des dossiers et de l’agencement idéal des lieux. Aucun autre engagement public n’a été pris à ce jour. Certains ne seraient d’ailleurs pas compatibles à raison des rendez-vous médicaux. Pour le reste tout va bien. Le programme de retour à la normale se déroule exactement dans la trajectoire définie par les médecins auxquels je veux rendre un hommage appuyé et reconnaissant. Prenez soin de vous ! NB. – Pour l’anecdote la photo d’Ouest-France a été prise le jour de la cérémonie au Pin, en l’honneur de nos médaillés olympiques. Le sourire cache un début fulgurant de la maladie, j’ai peiné à monter sur la scène et j’ai été incapable de présider le cocktail, il a fallu bien vite me reconduire chez moi.

By | 2017-03-13T11:23:54+00:00 27 septembre 2016|Non classé|1 Comment

Reprise progressive de l’activité du blog.

Pendant la phase aiguë de sa maladie, le Président Alain Lambert n’a pas souhaité publier sur ce blog, étant attaché à préserver d’abord l’autonomie de sa vie privée, mais aussi le fait qu’il ne pratique pas « l’écriture déléguée ». Lorsque nous publions, à sa demande, un texte d’information nous sommes invités à le mentionner, afin que vous sachiez s’il est ou non l’auteur du texte. Son activité va reprendre progressivement, elle se matérialisera prochainement sur le blog. J’ai reçu mandat de vous en informer. Bonne journée. Emeric.

By | 2017-03-13T11:23:54+00:00 21 septembre 2016|Non classé|0 Comments

Astier Nicolas, le cavalier d’or et d’argent de l’Orne !

Quelle fierté pour l’Orne, terre de cheval, département du Haras national du Pin.Fierté pour ses habitants et son Conseil départemental de l'Orne, de voir Astier Nicolas (Astier Nicolas Eventing) - (Astier est bien son prénom), réunir ce soir, autour de son cou, deux des médailles françaises obtenues pour le moment aux JO de Rio. Médaille d’Or par équipe du Concours Complet, c’est lui qui terminait le parcours et ainsi permettait de décrocher le titre. Médaille d’argent du concours individuel obtenue deux heures après. Astier de des attaches familiales dans l’Orne et il nous est très fidèle. Il fait d’ailleurs parti des sportifs de hauts niveaux avec lequel nous avons un concours de partenariat. Il nous avait accordé une ITW en 2013 pour nous parler de ses projets et vous verrez qu’il a atteint tous ses objectifs, ce qui est impressionnant. En même temps, il est simple et modeste, comme tous les grands champions. Actuellement, il gère une écurie en Angleterre de 14 chevaux, qui concourent à tous les niveaux de compétition depuis les jeunes chevaux jusqu’aux 4*. Il anime régulièrement des stages de perfectionnement en France, pour tous les niveaux de compétiteurs. Nous reviendrons sur son parcours qui, à bien des points de vue, est un exemple pour toutes les générations et d’autres disciplines.

By | 2017-03-13T11:23:58+00:00 9 août 2016|Non classé|0 Comments