Orne

/Orne

Johnny rassemble les générations.

Sans le vouloir, Johnny Hallyday avait incarné « l’idole des jeunes », symbole flamboyant des baby-boomers, traduisant le rock, le twist, se révélant une voix supérieure à quasi toutes les autres. Traversant les générations dans un fracas permanent mais survivant à tous les excès. Une personne timide presque embarrassée d’être traitée en héros. Il est parti sobrement, emporté par la maladie malgré un combat de géants. La cérémonie de ses obsèques aurait pu basculer dans la démesure. Elle a été parfaite. Elégante. Emouvante. Digne. Mariant le profane et le sacré avec tact. Voilà bien longtemps que les Français n’étaient pas allés si nombreux à la messe, en même temps. Les textes, les célébrants, clercs ou laïques ont été plus qu’à la hauteur. Le message d’amour et de paix a dominé tout à long. Belle réponse à tous les absolutistes criminels qui ensanglantent la planète. La leçon visible de « l’au revoir » de Johnny est qu’il reste une immense capacité de rassemblement du Pays. Une envie refoulée de dépassement. Une disposition naturelle et partagée à l’émotion collective pourvu qu’elle soit positive et qu’elle fasse sens. Qu’elle dépasse les clivages traditionnels. Les croyances. Les classes sociales. Les goûts. L’autre leçon est qu’il faut maintenir éveillée et productive la génération des « teenagers » devenus « thirdagers ». Elle est la 1ère à vivre plus longtemps que toutes les précédentes. Elle doit transmettre et tendre la main aux générations suivantes. Veiller à laisser place tout en accompagnant. Sans lâcher prise, lorsqu’il s’agit de l’essentiel. Notre Johnny a su rester en surplomb sans créer d’ombre mais au contraire en faisant germer de jeunes pousses qui, si nombreux, lui rendaient hommage aujourd’hui. Il nous arrive de nous désespérer de nous-mêmes. Aujourd’hui, nous pouvions être fiers. Merci à la famille et aux organisateurs de cette belle et impressionnante émotion nationale. Elle invite à [...]

By | 2017-12-09T21:41:00+00:00 9 décembre 2017|Orne|0 Comments

L’autopartage des voitures électriques : l’Orne département pilote en France !

Le journal Le Monde salue dans sa rubrique Smart Cities, l’initiative du Conseil Départemental de l’Orne de mettre sa flotte de voitures électriques à la disposition de la population moyennant une participation financière symbolique. Le développement durable, le respect de notre environnement n’est pas pour nous un discours à la mode, c’est une pratique que nous voulons partager avec tous. Nous invitons tous les Ornais à utiliser ce nouveau service, car il est exemplaire de modernité, de d’anticipation, d’usage partagé. Parvenons à en faire une épidémie de bonnes pratiques, par l’exemple. Pour s’inscrire cliquez ici. Et comme nous ne faisons rien sans aller au bout de notre logique, nous avons réservé dans notre parking des emplacements privilégiés pour les voitures électriques de nos visiteurs.

By | 2017-10-24T14:56:57+00:00 24 octobre 2017|Énergie, Orne, Transports|0 Comments

Tisser de la confiance pour repartir de l’avant.

Lors de la primaire de la droite, avec tous les collègues qui soutenaient la candidature d’Alain Juppé dans l’Orne, nous avions invité Edouard Philippe à Alençon, plus exactement à Cerisé, chez notre ami Patrick Cousin. La soirée avait été très réussie et les amis qui soutenaient Bruno Lemaire nous avaient apporté fort gentiment leur aide. La nouvelle donne nous appelle à prendre nos responsabilités. C’est pourquoi je travaille du mieux que je peux auprès du notre Premier Ministre Edouard Philippe. Je souhaite sa réussite. Oh, je sais combien son parcours est jonché d’obstacles, pour ne pas dire de dangers mortels. Mais, il nous appartient aussi dans la vie d’accepter nos risques pour sortir des impasses dans lesquelles on nous a emmenés.   S’agissant des normes, je n’ai aucun doute sur sa volonté d’en finir avec cette logorrhée législative et réglementaire qui paralyse le Pays.   S’agissant des relations financières avec les collectivités locales, j’observe et participe avec attention aux travaux qui sont menés, notamment dans la mission qui vient d’être lancée. Mon optimisme est plus prudent, car l’appareil technocratique qui le forme est disproportionné par rapport aux élus. Comme il n’est guère dans ma nature d’être intimidé, j’entends bien exprimer mes convictions avec toutes leurs forces, et essayer de sortir de l’enlisement dans lequel on est. S’agissant des départements, je connais le sujet par cœur et je m’y sens à l’aise. C’est plus compliqué pour d’autres échelons.   Au congrès des départements de France, à Marseille, vendredi dernier Edouard Philippe a été fidèle à sa nature : sincère, et soucieux de trouver des solutions équilibrées. Je m’appliquerai à faire en sorte que le Conseil Départemental de l’Orne conserve les moyens de son action auprès des Ornaises et des Ornais.

By | 2017-10-23T11:54:27+00:00 22 octobre 2017|Orne|0 Comments

Santé : mettre les points sur les I !

Le journal Ouest-France mène actuellement une enquête sur la démographie médicale, les pôles de santé et autres initiatives visant à préserver un accès aux soins digne de ce nom pour tous les Ornais. Selon une ligne éditoriale qui est propre au journal, tous les acteurs sont interrogés, sauf le Conseil Départemental de l’Orne qui est la collectivité qui investit le plus d’argent en ce domaine. On peut lire dans les articles des points de vue assez baroques dont on peut se demander si les auteurs ont la moindre connaissance du sujet sur lequel ils s’expriment. À les lire, il semblerait que les élus ne fassent rien ! Pour ma part, je peux témoigner que mon prédécesseur Gérard Burel, mon successeur Christophe de Balorre, et moi-même pendant bientôt 10 ans, nous avons tous les trois, avec le soutien de notre assemblée unanime, fait le maximum ! Et souvent au-delà de nos capacités contributives. Et que nous aurions aimé être plus souvent écoutés et soutenus. S’agissant des pôles de santé libéraux, comme des maisons de santé, était-il besoin de les régir d’un carcan bureaucratique aussi compliqué ? Comment les administrations centrales ont-elles pu être assez éloignées des réalités pour complexifier encore plus la vie des élus locaux ? Lesquels doivent aussi mettre les professionnels de santé d’accord entre eux, ce qui n’est pas toujours le sport le plus facile. Bref, le bon sens et le minimum de l’esprit de responsabilité serait que la controverse cesse et que chacun balaie devant sa porte. Ainsi tout le monde s’y retrouverait. S’agissant du Conseil Départemental de l’Orne, sous l’autorité de son Président Christophe de Balorre, il ne perd pas son temps dans des polémiques aussi inutiles que dissuasives. Il choisit d’agir et d’ouvrir des surfaces de cabinets médicaux et assimilés, sans chercher à courir le marathon de toutes les [...]

By | 2017-10-17T13:47:20+00:00 17 octobre 2017|Orne, Santé|0 Comments

L’Orne pionnière dans la location de voitures électriques.

Notre service de locations de voitures électriques Autofree61 connaît un grand succès. Il résulte de la volonté conjointe partagée avec Christophe de Balorre, président du Conseil Départemental de l’Orne et Jérôme Nury, vice-président, et votre serviteur. Devant le succès constaté, nous avons décidé de faire l’acquisition de 44 voitures électriques. Deux Zoé, dont l’autonomie atteint les 300 kilomètres en été et 220 kilomètres en hiver, ont été présentées au cours de la Semaine de l’électromobilité. Le Département disposera, d’ici à fin 2018, de 70 véhicules électriques qui représenteront 30% de la flotte berline et utilitaire, répartis dans tout l’Orne. Autofree61 est un service accessible à tous, économique pour les usagers et qui s’est avéré utile dès son lancement. Notre volonté de répondre aux besoins des Ornais fait partie de nos préoccupations au quotidien. Dans une interview que j’ai accordée à Radio Sweet FM, je rappelais à quel point notre engagement dans le développement durable se voulait exemplaire, afin d’encourager les Ornaises, les Ornais et les autres départements à nous suivre dans cette voie.

By | 2017-10-17T11:10:14+00:00 17 octobre 2017|Énergie, Orne, Transports|0 Comments

Quand on sème le vent on récolte la tempête

La lecture de Ouest-France de ce matin illustre avec limpidité l’effet boomerang qui attend tout élu se livrant à une improvisation mal maîtrisée en séance  publique. L’effet loupe de la presse frappe de plein fouet. La plume de Daniel Miette est fine. Claire. Elle découpe avec la précision d’un scalpel les arguments mal ficelés de ceux qui cherchent à l’instrumenter. Suivant le déroulement de la séance sur le Web, à raison d’obligations à Paris, je me doutais qu’il y avait beaucoup d’imprudence à se prononcer contre l’avis d’une commission, sur la foi d’une seule déclaration, inspirée par d’autres considérations locales. Le sujet n’avait en fait aucune importance. Il aurait été plus habile de suggérer d’ajouter au rapport qu’il serait demandé une participation à la commune, laquelle l’aurait accepté probablement sans la moindre hésitation. Vouloir régler des comptes personnels en séance publique n’est pas une manière appropriée. Y participer quand on ne connait pas l’histoire locale est imprudent. Suivre les recommandations souriantes de la minorité est naïf. Autant je n’ai jamais été partisan des majorités « régiments », autant il ne me semble pas opportun de se mettre en mode « colonies de vacances » car les plus ingénus pourraient, à leur tour, un jour se trouver fort dépourvus. Pour les débutants le mieux est de suivre l’intuition du Président.  

By | 2017-10-03T18:11:19+00:00 3 octobre 2017|Orne|0 Comments

Haras et Chirurgie peuvent réaliser ensemble des merveilles !

Le 25 septembre dernier, le Président Christophe de Balorre et Arnaud Rousseau, en charge de la filière équine au Conseil départemental de l’Orne, ont été invités par le Président du Conseil Départemental de Bas-Rhin Frédéric Bierry pour visiter ce que sont devenus les Haras Royaux de Strasbourg ! Inédit ! Ils ont été accueillis au sein de l’IRCAD, Institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif, ainsi que dans son complexe hôtelier installé dans les anciens Haras royaux, à Strasbourg. Ils ont été reçus d’une manière merveilleuse dans ce centre privé (presque unique au monde) de recherches médicales de pointe, fondé par le professeur Jacques Marescaux en 1994 et localisé sur le site de l’Hôpital civil. C’est le Professeur Marescaux qui a été le premier chirurgien à opérer à distance entre les USA et la France ! Une pointure mondialement connue. D’une simplicité extraordinaire m’a rapporté Christophe. L’IRCAD s’est lancé, en 2010, dans un vaste projet de réhabilitation d’anciens haras nationaux édifiés sous Louis XV, pour y installer un hôtel de charme, une brasserie et un biocluster dédié au transfert de technologie dans le domaine médico-chirurgical. La brasserie est gérée par Marc Haerberlin, célèbre étoilé alsacien. L’objectif de l’IRCAD : augmenter son attractivité auprès des chirurgiens en formation et des experts internationaux tout en disposant d’une structure d’hébergement et de restauration de grande qualité non loin de l’Institut. Cette expérience est instructive pour l’Orne car elle enseigne que rien ne remplace l’audace et une convergence improbable d’objectifs. Elle illustre, remarquablement, l’incroyable champ d’exploration possible pour la réhabilitation des patrimoines de prestige. L’IRCAD mérite toute notre attention non seulement en matière de chirurgie du futur, mais aussi par sa façon de révolutionner les haras et en faire des ambassadeurs de l’excellence française. Pole position d’un Institut de recherche et de [...]

By | 2017-10-02T15:21:18+00:00 2 octobre 2017|Orne|0 Comments

Croire dans la force des produits locaux : écouter Dominique Tibéri.

Très agréable moment que d’écouter, par hasard, l’interview donnée par Dominique Tibéri, à Florence Belkacem sur Radio Classique vendredi soir. Il vante la qualité des produits locaux Ornais où depuis longtemps il se fournit. Il est d’ailleurs venu sur place, il y a quelques temps, et rencontré notre Président du Conseil Départemental de l’Orne, Christophe de Balorre. Cette ITW en dit long sur la vision qu’ont les parisiens qui réfléchissent à la qualité de vie de leurs enfants. J’ai été frappé par l’importance qu’il donne à la traçabilité des produits, à leur qualité, leur authenticité. Par le fait qu’il existe une cuisine dans chaque école du 5ème arrondissement de Paris laquelle confectionne les repas cuisinés sur place. Il insiste sur la nécessité de vaincre l’inertie administrative qui ne jauge la qualité qu’à travers les circulaires. S’agissant de notre croyance dans nos chances dans les produits locaux, je pense sincèrement que nous sous-estimons la demande. Les consommateurs achètent trop et mal. Trop cher. De mauvais produits. Sans origine. Ou ayant tellement voyagés qu’ils sont perdu leur saveur. Les centrales d’achat n’ont pas seulement vaincu la production et les producteurs mais aussi la qualité. Ils nous font manger de la cochonnerie. Ne nous laissons pas berner par ces petits marquis de la concurrence, nouvelle idéologie totalement inappropriée au domaine alimentaire. Nous voulons manger sain ! Nous voulons connaitre le producteur afin qu’il nous explique son produit, nous le présente, et nous dise les bienfaits qu’il nous apportera. La régulation du prix se fera sur la qualité et non sur la quantité comme aujourd’hui. Dans cette discipline de la qualité l’Orne a tous les atouts pour réussir. Nous devons en faire notre marque ! Pour revenir à l’ITW de Dominique Tibéri, dans sa partie politique, j’ai aimé sa distance au regard des appartenances partisanes. Sur [...]

By | 2017-10-02T08:43:17+00:00 2 octobre 2017|Orne|0 Comments

1ère sortie officielle du Sénateur Sébastien Leroux.

Grâce à Servanne Desmoulins-Hémery, l’Orne accueillait cette année les Journées d’étude de l’Association des Conservateurs des Antiquités et Objets d’art de France, à la Halle aux Toiles à Alençon, ces 28 et 30 septembre 2017, sur le thème : Objets en devenir – création et innovation. Ayant promis de longue date ma participation pour le discours de clôture et bloqué à Paris pour des obligations liées à mes activités au CNEN, j’ai demandé à Sébastien Leroux, notre nouveau Sénateur de bien vouloir me remplacer et ainsi effectuer sa 1ère sortie officielle devant un parterre de savant. Il est bien connu qu’il vaut mieux se lancer dans le grand bain du 1er coup, c’est le plus sûr moyen de tenir le rang auquel on vient d’être élevé. Des retours qui me sont parvenus, il s’est super bien débrouillé. Les classes effectuées dix années durant au Conseil départemental de l'Orne, aujourd'hui présidé par Christophe De Balorre permettent de bien connaitre les sujets. Bravo et merci à Servanne pour son talent en ce compris son accueil au nouveau Sénateur. Copie de l’intervention du Sénateur sur le lien suivant ici.  

By | 2017-09-30T16:22:24+00:00 30 septembre 2017|Orne|0 Comments

La ville à la campagne et vice-versa.

Aujourd’hui, c’était le comice agricole du canton de Damigny dont je suis l’élu. Il se tenait à Saint-Nicolas-des-Bois, un village niché au milieu de la forêt, membre de la Communauté Urbaine d’Alençon. Les paysages sont somptueux et les habitants merveilleux d’hospitalité à l’image de leur jovial Maire Gérard Lemoine. Le Président du Comice, Eric Morin, lui-même Maire de Gandelain était au four et au moulin. L’accueil était d’une grande cordialité, simplicité, amitié, fraternité même. Cet événement illustrait la symbiose qui existe entre nos villes moyennes et leur environnement rural. Oui, les villages sont la ville à la campagne. Ils ne sont pas morts. Ils sont même moins menacés qu’ils ne l’ont été dans le passé. Le nouveau catéchisme sur les métropoles mondiales les a remis en tête du palmarès de la qualité de vie. Veillons bien à ne pas laisser liquider l’agriculture qui est le cœur de vie de ces immenses espaces peu peuplés mais dépositaires d’une culture millénaire. Et faisons-en sorte de nous battre pour qu’ils ne soient pas les laissés pour compte de la couverture numérique et mobile. Le Conseil Départemental de l’Orne, et son Président Christophe de Balorre feront tout pour qu’il en soit ainsi. Merci aux équipes du comice et de la commune qui se sont autant investies.  

By | 2017-09-17T21:01:18+00:00 17 septembre 2017|Orne|0 Comments

La nature en fête au Quartier Lyautey

S’est tenue cet après-midi la visite officielle de la Saint Fiacre et de la Fête de la Courge dans la Cour d’Honneur de l’Hôtel du Département, à l’initiative de la Société d’Horticulture de l’Orne (SHO). Le Président Christophe de Balorre a bien voulu me confier cette agréable mission tant il connait ma sensibilité pour le patrimoine végétal et notre partenariat renforcé avec notre Académie d’Horticulture Ornaise. Nous avons fêté le succès de l’exposition « la Main Verte, l’horticulture pour tous » dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine. La SHO est un des bras armés du département pour la mise en valeur de la nature. Elle compte une jeunesse accumulée de 170 ans cette année. Elle est notre partenaire pour l’embellissement de nos jardins et de notre Patio. En présence du Maire d’Alençon, Emmanuel Darcissac, nous avons exprimé notre gratitude aux membres de cette association pour maintenir leur haut niveau d’expertise, soutenir des cœurs de métiers, l’art des jardins et la transmission des savoir-faire aux générations montantes. Bravo à ses dirigeants, la Présidente Catherine Fravallo, le Président d’Honneur Patrick Boivin, et le Président de l’Amicale Saint Fiacre Claude Lelièvre. Vous verrez sur les photos les magnifiques présentations que nous avons pu découvrir.

By | 2017-09-16T21:42:24+00:00 16 septembre 2017|Orne|0 Comments

In memoriam Paul Vannier.

Paul est parti. Vite. Comme beaucoup, je ne savais pas qu’il était autant malade. Son passage si rapide sur l’autre rive nous laisse glacés. Démunis. Privés d’un dernier échange. D’un remerciement pour son engagement. Nous ne naviguions pas dans les mêmes eaux politiques. Et c’était sans importance. Puisque nous allions vers le même cap. Chacun à sa manière. Issus des mêmes racines chrétiennes sociales. Comme Maire, puis comme Président, je veux témoigner de l’inlassable générosité de Paul. En tout. Mais plus encore dans le sport et l’action sociale. Alençon-Médavy perd à nouveau un de ses plus grands serviteurs. Une image reste gravée dans ma mémoire. Le visage de Paul, illuminé de joie, quand la course s’était affichée sur les Champs-Élysées à Paris, grâce à Jean-Claude Decaux. L’action sociale perd, elle aussi, beaucoup. Paul avait la fibre pour déceler les dangers qui tournoient autour de la jeunesse, ou les risques inaperçus du grand âge. Il venait discrètement les confier. Pour les résoudre. Jamais pour se faire valoir. Au contraire, cherchant dans la discrétion les solutions les plus sages et durables. On ne peut pas dire au revoir à Paul, sans avoir une pensée pour Marcel et son épouse, pour Jean-Marie parti si tôt. Dire à Pierre qu’on pense à lui. Et à Frédérique son épouse, à ses enfants et à ses petits-enfants que Paul était un grand Monsieur. Généreux. Humble. D’autant plus grand. Courage !

By | 2017-09-15T22:36:20+00:00 15 septembre 2017|Orne|2 Comments

Le Conseil départemental à fond pour l’électromobilité

Le Conseil départemental de l'Orne s’est fermement engagé dans l’innovation territoriale pour l’électromobilité. J’avais eu le plaisir de lancer Autofree 61 avec Jérôme Nury. Service de location de véhicules électriques, expérimenté avec succès à Tinchebray. Fort de ce premier succès, avec le Président Christophe de Balorre, nous avons décidé de poursuivre nos investissements en faisant l’acquisition de 44 voitures électriques. Deux Zoé, nouvelle génération, dont l’autonomie atteint les 300 kilomètres en été, et 220 kilomètres en hiver, ont déjà rejoint notre flotte de véhicules électriques. Le Département disposera ainsi de 70 véhicules électriques qui représenteront 30% de la flotte berline et utilitaire, répartis dans tout l’Orne. Autofree61 est un service accessible à tous, économique pour les usagers et qui s’est avéré utile dès le lancement. Le principe est assez simple : les utilisateurs peuvent louer les véhicules sur la plateforme clem.mobi. Le 26 avril 2017, nous mettions à la libre disposition du public six véhicules électriques, les week-ends, jours fériés et du lundi au vendredi à partir de 17h30 et jusqu’à 8h le lendemain. Ce premier essai, très positif, a permis de poursuivre la réflexion et d’engager dès la fin de l’été un partage des véhicules électriques sans aucune contrainte pour les Ornais et les agents du Conseil départemental. Grâce à la plateforme de réservation clem.mobi, agents et Ornais réservent leur voiture quand ils le veulent. Ils prennent possession de la voiture sans contrainte liée aux horaires. La règle est simple et égalitaire : le premier qui a réservé est prioritaire. Selon leurs besoins, les utilisateurs louent des Zoé (berline) et Kangoo (utilitaire). L’expérience montre qu’il n’y a aucun risque de manquer de voitures de service. En s’engageant de manière concrète pour une diminution des rejets de gaz carbonés, le Département de l’Orne se veut exemplaire et encourage les Ornaises, les Ornais et [...]

By | 2017-09-15T21:01:18+00:00 15 septembre 2017|Énergie, Orne, Transports|0 Comments

L’Orne au 20 heures de France 2 !

  Facebook inscrit l’Orne parmi les départements les plus performants en réseaux sociaux ! Bravo au patron du restaurant le « Normandy » à Sées qui a choisi d’émettre sa propre annonce de recrutement sur Facebook, en offrant une prime aux candidats qui souhaiteraient se faire embaucher. Cette initiative audacieuse nous démontre la schizophrénie de l’administration française, dans notre cas, celle du service public de l’emploi. À l’heure où toutes les campagnes politiques scandent la baisse du chômage, où le taux de celui-ci est à 9,6% selon les chiffres Insee du premier trimestre 2017, que plus de 100 000 postes dans l’hôtellerie-restauration qui ne trouvent pas preneur en France, malgré que les territoires se dotent de formations qualifiantes, la moitié des projets de recrutement dans l’Orne sont « difficiles à pourvoir », nous informe le journaliste ! La réalité est finalement toute autre que celle du marché, on a pas pensé à mettre en relation les demandeurs et les offreurs d’emplois… Un exemple à suivre !

By | 2017-09-06T17:08:01+00:00 6 septembre 2017|Orne|0 Comments

« L’imputabilité », une proposition pour sortir du réflexe bureaucratique français

La modernisation de la gestion publique se heurte inévitablement au réflexe bureaucratique français dans sa force d’inertie. La confiance à priori faite aux acteurs est sans cesse contrariée par un corpus réglementaire réaffirmant l’irréfragable prééminence de la lettre d’un texte au dépend de son esprit et de son efficacité. Aucun problème pour engager une dépense inutile et dispendieuse pourvu qu’elle soit sertie des clous dorés de la régularité. Nier l’esprit d’une réforme ou d’une mesure, ou pire la combattre, peu importe, pourvu qu’on ait l’ivresse du respect bigot de la lettre. A défaut de pouvoir inverser une tendance si ancienne, ancrée depuis Richelieu, selon certains, essayons ensemble de fabriquer de nouveaux outils susceptibles de neutraliser ce funeste réflexe. Dès lors que les textes publiés chaque jour ne favorisent aucune adaptabilité possible aux circonstances de chaque espèce, pourquoi ne pas créer une « check-list », c'est-à-dire une « liste d’imputabilité », datée, construite pour conserver une traçabilité de la mise en œuvre, lorsqu’elle ne correspond pas exactement à la lette du texte. Lors du contrôle, chacun pourrait suivre le déroulement de la chaine de décision. Ainsi l’échelon de décision qui se refuse à toute interprétation facilitatrice sera identifié. Aujourd’hui, le niveau de complexité et de rigidité de l’action confiée à 95% des fonctionnaires n’ayant finalement le droit de décider de rien est sidérante. Les moyens humains, budgétaires, juridiques, et matériels de leur mission sont émiettés, parcellisés, éclatés, cloisonnés de telle sorte que la moitié de leur temps est consacrée à naviguer dans cette mer de difficultés administratives. Les rapports s’entassent pour dénoncer cette situation. Rien n’y fait. La logique verticale d’airain émanant des centrales tient lieu de principe quasi constitutionnel. Le dialogue n’existe pas et chaque texte nouveau achève comme en apothéose notre autisme administratif national. La vérité oblige à dire [...]

By | 2017-09-01T10:10:31+00:00 1 septembre 2017|Orne|1 Comment