PNO

/PNO

Le mythe de la fibre à l’habitant.

La lettre EcoNormandie dans sa dernière livraison traite du très haut débit et reprend l’antienne pourtant déjà usée de la « fibre à l’habitant », comme l’alpha et l’oméga du très haut débit pour tous. Comme il s’agit d’une vielle lune largement soutenue par le secteur du BTP plus que par celui du numérique, je n’y aurais pas prêté attention. Mais une contre-vérité manifeste s’est glissée dans l’article. Il y est indiqué, je cite que « du côté des réseaux d’initiative publique aussi, l’horizon s’éclaircit. À l’exception de l’Orne dont la position commence à évoluer... » Cette présentation - condescendante, pseudo méprisante quand les régionaux parlent de l’Orne, - illustre une carence importante de maîtrise des enjeux. Le Conseil départemental de l'Orne revendique de ne pas avoir choisi, en priorité, de créer des « réseaux d’initiative publique » mieux connus sous le sigle de RIP. Tout simplement parce que leur modèle économique n’était pas viable ! Et c’est maintenant démontré en France entière. Les appels au secours par tous auprès de l’Etat sont révélateurs et significatifs ! En revanche, le programme de THD de l’Orne est le plus avancé de Normandie. Ce que l’article ne dit pas. Si l’on prend l’indicateur du nombre de prises éligibles par tête d’habitants, l’Orne est le 1er département de Normandie. Nous travaillons d’arrache-pied à ce que le ratio « prises éligibles/nombre d’abonnés » monte, car c’est le seul indicateur du montant d’argent public consacré par abonné. Là encore, l’Orne est la plus vertueuse ! Une opération de sensibilisation a été lancée par le Conseil Départemental de l’Orne, auprès des tous les titulaires de prises éligibles, pour qu’ils s’abonnent à la fibre. Nombreux d’entre eux ne le font pas alors que le montant de l’abonnement est le même. Tout simplement parce que le niveau actuel [...]

By | 2017-07-11T09:41:40+00:00 9 juillet 2017|NTIC, Orne, PNO|0 Comments

16 000 foyers connectés d’ici la fin de l’année !

En 2016, notre assemblée départementale avait voté 1,5 million d’euros de crédits supplémentaires, portant le montant de l’investissement à 10,1 millions d’euros, pour booster le Plan numérique ornais (PNO) et avancer d’une année la fin de notre programme. Nous allons tenir ce cap avec l’achèvement du fibrage des 109 sous-répartiteurs téléphoniques fin 2017 ! Le coût global de l’opération atteint 20 millions d’euros. Près de 16 000 foyers bénéficieront de cette montée en débit. La montée en débit de l’Internet progresse chaque mois dans le département. Fin 2016, 9 527 lignes montées en débit, représentant plus de la moitié de ces « armoires numériques » (fibre au village), seront en service !  Après 10 premiers sous-répartiteurs fibrés à titre expérimental en 2015 et les retombées immédiates appréciées de la population (accès au débit de 60 Mb/s voire 80 Mb/s) 47 sous-répartiteurs ont ainsi été fibrés en 2016. Cinquante-deux le seront en 2017. Ils amélioreront le débit Internet pour plus de 6 000 nouvelles lignes ornaises. Parallèlement, un autre axe important du PNO avance. Il s’agit du déploiement de deux plaques FttH (fibre à l'habitant) sur les territoires des communautés de communes d'Argentan et de L'Aigle. Les schémas d'ingénierie sont achevés et une Délégation de service public (DSP) permettra de mener les procédures nécessaires au lancement des travaux, pour lesquels 2 millions d'euros sont inscrits au budget 2017. Fin 2020, ce sont ainsi 20 000 prises qui devront être réalisées sur les zones d’Argentan et de L’Aigle pour un coût estimé d’environ 25 millions d'euros.  Au-delà de la « fibre au village », c’est donc la « fibre à l’habitant » à laquelle le Conseil départemental s’attaque en 2017. Rappelons que de leur côté, les opérateurs réalisent, à leur propre initiative, des plaques FTTH sur les territoires de la Communauté urbaine d’Alençon et de la [...]

By | 2017-03-13T11:23:28+00:00 19 janvier 2017|Orne, PNO|0 Comments

Optimiser la réception du téléphone mobile à l’intérieur des bâtiments

Cela vous est évidement arrivé avec votre téléphone mobile : un écho dans l’oreille, des conversations hachées, un interlocuteur qui s’impatiente. Plutôt agaçant non ? Il suffit de peu pour rompre la communication à l’intérieur d'un bâtiment et notamment de son domicile. Pour la rétablir, il existe des solutions développées notamment par le Groupe Orange, partenaire de longue date du département de l'Orne, dans sa démarche de montée en débit internet. Quelles sont-elles ? Femtocell d’Orange est une solution grand-public reposant sur un petit boitier à brancher sur sa Box internet (option gratuite, avec seulement 19,90€ facturés au titre des frais de mise en service). Son utilisation nécessite un abonnement Internet ADSL, VDSL ou Fibre. La Femtocell d'Orange est compatible avec la plupart des box du marché et donc d'autres opérateurs, et offre une couverture jusqu'à 20 mètres pour 8 utilisateurs en simultané et détenteur d'un mobile 3G ou 4G (les mobiles 2G ne sont pas compatibles). Pour en savoir plus : http://reseaux.orange.fr/outils#la-femtocell-d-orange et http://sites.orange.fr/shop/forfaits_mobiles/options/fiches/femtocell-orange.html Pour mieux communiquer en mobilité, captez l’innovation. Et n'oubliez jamais l'#Orne fait la course en tête.

By | 2017-03-13T11:24:20+00:00 22 février 2016|Orne, PNO|0 Comments

La montée en débit est un sujet trop important pour être confié à des technocrates !

Un plan irréaliste dès l’origine. - Le plan France Très Haut Débit a été lancé en septembre 2013. Conçu en laboratoire à Paris par des technocrates n’ayant jamais traversé le périphérique, il a été fondé sur une idée intelligente en milieu urbain, celle de « la fibre à l’habitant ». Intelligente en milieu urbain, elle est insensée en milieu rural, et irréalisable dans un délai prévisible. Une solution raisonnable a fini par être retenue, celle de la fibre à l’habitant en milieu urbain, et la fibre au village en milieu rural. Cette fibre au village permettant de fibrer les sous-répartiteurs et de réaliser une importante montée en débit pour les abonnés en milieu diffus. Ce plan d’ensemble vise à doter le territoire français d’un réseau internet rapide et performant à l’horizon 2020. Pour atteindre cet objectif, il mobilise un investissement de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’État. Une Commission européenne maraboutée par l’obsession de la concurrence. - La Commission européenne partenaire de ce plan s’y est soudain attaquée, depuis octobre dernier, car elle a cru y voir des subventions déguisées à l’opérateur Orange. Au motif que celui-ci pourrait bénéficier en qualité d’opérateur historique d’une modernisation de son réseau à moindre frais. Alors que l’instruction du dossier est toujours en cours, la Commission est incapable de donner la date approximative à laquelle sa décision sera rendue. Cette réaction de la Commission est typique de sa confusion permanente entre fin et moyen. La fin, c’est le développement économique, social et en la circonstance numérique de l’Europe. Le moyen c’est utiliser les solutions technologiques les plus appropriées pour atteindre cet objectif dans les meilleurs délais. Elle mélange les deux et le moyen exclusif de la fibre l’emporte sur la fin qui est d’offrir du [...]

By | 2017-03-13T11:24:20+00:00 21 février 2016|PNO|0 Comments

Internet : L’#Orne championne en France de la montée en débit !

Les 10 sous-répartiteurs expérimentaux inaugurés Ce 9 février 2016 marque la fin d’un cycle d’expérimentation important pour notre beau département de l’Orne. Avec ceux de Saint Ellier-les-Bois et d’Echauffour, ce sont les 10 sous-répartiteurs expérimentaux fibrés qui sont désormais inaugurés. Un vrai travail d’équipe. J’ai inauguré celui de St-Ellier ce matin et Jérôme Nury celui d’Échauffour cet après-midi. Saint-Ellier-Les-Bois Échauffour             Cette expérimentation s’avère un grand succès. Nos habitants ruraux remercient le Conseil Départemental d’avoir veillé à ce qu’ils puissent bénéficier d’une montée en débit simultanément à l’implantation de la fibre dans les villes, et notamment pour l’instant à Alençon et Flers. Le Schéma directeur d’aménagement numérique qui nous avait été imposé en 2011 reposait sur la création, en première phase, d’un réseau très haut débit public départemental de collecte, mode d’action exigé par l’État et nécessaire à l’attribution des subventions. Cela aboutissait de construire des infrastructures numériques exactement en parallèle de celles déjà existantes. Nous n’avons pas non plus voulu créer immédiatement un Réseau d’Initiative Publique pour nous retrouver ensuite sans opérateur, comme de nombreux départements sont piégés actuellement. Le rapport coût/efficacité était catastrophique et son rendement exagérément différé au regard des besoins immédiats exprimés par les Ornais. Leur proposer d’attendre 2030 dans nos campagnes nous semblait tout simplement impossible. En 2013, nous avons décidé de transformer le SDAN en Plan numérique ornais (PNO), misant en premier lieu sur l’optimisation des infrastructures déjà existantes. Le Département et ses partenaires agissent donc en complément de ces réseaux : l’Orne était alors pionnière en matière de convergence des actions publiques et privées à tous les niveaux. Maintenant, nous passons à la seconde étape : le fibrage de 109 sous-répartiteurs téléphoniques d’ici fin 2017. Il représente un coût global de plus de 20 M€. En [...]

By | 2017-03-13T11:24:23+00:00 9 février 2016|PNO|0 Comments