Sénat

/Sénat
Sénat 2017-03-13T11:23:25+00:00

senat

« A mes yeux, la politique est synonyme de service : un sénateur doit être au service des élus et des communes comme un maire sait si bien l’être au service des habitants. »

1er Mandat de 1992 à 2001

Alain Lambert a été élu sénateur de l’Orne, le 27 septembre 1992. D’abord rapporteur spécial du budget du Ministère de la Justice (1992-1994), il a été élu rapporteur général du budget (1995-1998), puis président de la Commission des Finances en octobre 1998.

Le Sénateur, un homme de terrain

Le sénateur est au service de son département, des maires, de leurs projets d’aménagement, d’animation et de promotion de leurs communes. Pour Alain Lambert, le désenclavement routier et autoroutier de l’Orne est une priorité, car de lui dépend le développement. Dès les débuts de son mandat sénatorial, il a rappelé les gouvernements à leurs devoirs, plaidé pour le respect du calendrier en multipliant les interventions et les contacts au plus haut niveau. En sa qualité de rapporteur général, puis de président de la Commission des finances, il a également soutenu les communes dans leurs projets tant au plan législatif que financier.

Le rapporteur spécial du budget du ministère de la justice 1992 – 1994

Pendant 2 années Alain Lambert fut rapporteur spécial du budget du ministère de la Justice. Il a présenté des rapports annuel sur le budget de la Justice.

Le rapporteur Général du budget du Sénat 1995 – 1998

Le rapporteur général est chargé au sein des deux assemblées de l’examen et du contrôle des finances publiques, comme de tous les textes ayant une incidence financière ou budgétaire. Il rapporte l’ensemble des lois de finances et établit, au nom de la Commission, les trois ou quatre tomes du «Rapport général» sur le projet de loi de finances, ainsi sur les projets de loi de finances rectificative, de règlement, les mesures urgentes à caractère fiscal et financier (MUFF) ou les diverses dispositions d’ordre économique ou financier (DDOEF).

Le Président de la commission des finances du Sénat 1998 – 2002

Le président de la Commission des finances définit les orientations politiques de la Commission et les expose en séance publique. Il a la faculté d’intervenir à tout moment en séance publique. Il participe à la Conférence des présidents qui détermine l’ordre du jour du Sénat.

Retrouver les nombreux rapports d’Alain Lambert, propositions de loi et interventions sur les pages archives de la rubrique Sénat.

Lire le Bilan des 9 années

2ème Mandat de 2001 à 2002

Le 23 Septembre 2001, Alain Lambert est ré-élu sénateur de l’Orne, au 1er tour avec 57% des voix, il est également réélu Président de la Commission des finances en Octobre 2001.
Le 7 Juin 2002, Alain Lambert a démissionné de son mandat de sénateur, à la suite de sa nomination au gouvernement. Sa suppléante, Brigitte Luypaert lui a succédé.

3ème Mandat de 2004 à 2010

Le 26 Septembre 2004, Alain Lambert est réélu sénateur de l’Orne, au premier tour, avec 65 % des voix.
Entre 2004 et 2008, Alain Lambert deviendra successivement :

  • rapporteur spécial du budget des transports terrestres et intermodalités
  • rapporteur spécial de la mission de contrôle budgétaire
  • rapporteur spécial du budget de la mission transports et de la mission contrôle et sanction automatisés des infractions au code de la route
  • rapporteur spécial du budget de la mission écologie, développement et aménagement durables
  • rapporteur spécial de la mission de contrôle budgétaire sur la reforme des ports autonomes

En 2008, il devient Vice Président de la commission des finances du Sénat

Il a été nommé membre de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations en 2008. Il a été vice-président de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation du Sénat. Il est Président de la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) depuis sa création en Novembre 2008. Il a été Président de la Délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation du Sénat entre octobre 2009 et octobre 2010.

Le 13 octobre 2010, sur proposition du Premier ministre, Alain Lambert est nommé conseiller maître à la Cour des comptes, mettant fin ainsi, pour incompatibilité, à son mandat de sénateur.

Autres documents

Vie du Sénat

16 juin 2008 – Les 6 engagements pour le Sénat

08 novembre 2006 – Projet de Loi de Finances initiale 2007

1992-2001 – 9 années de mandat sénatorial au service de l’Orne et de la République

Élections sénatoriales 2001

Profession de foi d’Alain Lambert et Gérard Burel