Hier, deux ministres nous ont fait l‘honneur et l’amitié de choisir notre Conseil départemental pour tenir une séance solennelle sur le thème de la simplification notamment celle bénéficiant aux collectivités locales.

Cette visite ministérielle a été pour moi l’occasion de remercier Jean-Vincent Placé, revenu sur les terres de son enfance, et Estelle Grelier,  pour leur engagement conjoint et déterminé en faveur du difficile chantier de la simplification normative.

J’ai indiqué ma conviction profonde que nous sommes en présence d’un vrai trésor caché, tant les mesures de simplification peuvent générer des moindres dépenses, libérer l’investissement des collectivités locales, ou encore améliorer l’accessibilité du service public.

La méthode utilisée pour élaborer les mesures est pertinente, puisqu’elle s’appuie sur un dialogue continu, en amont et en aval, avec les collectivités locales. Une démarche dont le Conseil d’Etat pourrait s’inspirer.

Nous sommes placés face à un mur relatif à la « légistique », tant la méthode utilisée pour rédiger les textes est devenue source de casse-tête chinois.

Le Conseil d’Etat, dont l’expertise légistique est remarquable, pourrait de temps en temps se déplacer en province, pour mesurer sur place la dure réalité à laquelle sont confrontées nos collectivités.

Dans ces aventures, il faut nourrir des grandes ambitions pour obliger chaque pan des administrations centrales à bouger, et parfois accepter des avancées modestes, pour les faire progresser ensuite.

L’Orne se propose de rester la Capitale permanente de la simplification en France !

Vous pourrez lire, si le sujet vous intéresse, la revue de presse de ce jour.

« 1 de 9 »