La LOLF

Accueil/La LOLF

"Dette publique : discours de la méthode", RFFP n°100

Par |2017-03-13T11:36:23+01:0020 janvier 2008|La LOLF|

Dans un billet, du mercredi 19 décembre 2007, que vous pourrez lire en cliquant ici, Alain Lambert vous présentait l'excellent numéro spécial 100 de la RFFP intitulé : "Nouvelle gouvernance financière publique : Grands enjeux de demain".

Je me permets de compléter son billet en vous proposant de lire sa tribune, intitulée "Dette publique : discours de la méthode", qui est parue dans cet ouvrage collectif :

"Dette publique : discours de la méthode"

Sur le bulletin de salaire de tout jeune Français débutant aujourd'hui dans la vie active s'inscrit en négatif une ligne intitulée : « contribution au remboursement de la dette sociale ». Cette ligne ampute son pouvoir d'achat, et le conduira nécessairement à réduire la gamme de sa voiture ou de son mobilier, ou plus simplement à se priver de quelques sorties au cinéma ou au restaurant. Il ne sait pas pourquoi il paie cet impôt et pour cause : il était à peine né ou enfant quand cette dette a commencé à être constituée par ceux-là mêmes qui n'ont pas payé une partie des soins dont ils ont bénéficié à l'époque. Cet impôt ne finance aucun service public dont ce jeune pourrait bénéficier aujourd'hui.

LOLF – La gestion pluriannuelle progresse

Par |2017-03-13T11:36:51+01:0014 novembre 2007|La LOLF|

C'est le titre de l'article paru dans la Lettre du Gouvernement de novembre. Déjà en 2000, lors de nos réflexions préalables à la LOLF, avec Didier Migaud, nous avions lancé l'idée de la pluriannualité. Dans le rapport intitulé « Doter la France de sa nouvelle constitution financière » que j'ai rédigé au nom de la Commission des finances du Sénat en octobre 2000, j'écrivais au sujet de l'annualité qu'elle était devenue « synonyme de myopie budgétaire ».
Aujourd'hui, tout le monde s'accorde sur les faiblesses de la gestion annuelle pour différentes raisons. La première est que la gestion annuelle rend impossible toute grande réforme structurelle, d'autant plus que, dans la réalité, le pilotage des crédits serait plutôt infra-annuelle. Par ailleurs, l'annualité oblige à consacrer beaucoup de temps à la gestion et donc trop peu de temps à l'analyse de la dépense.

Lundi, sous la coupole …

Par |2017-03-13T11:36:55+01:008 novembre 2007|La LOLF|

Lundi prochain 12 novembre, à l'Institut de France, en Séance publique annuelle, sous la coupole, l'Académie des Sciences Morales et Politiques devrait nous délivrer, à Didier Migaud et moi, un beau message [...]

Grâce à la LOLF, la commission des finances établit le palmarès des 10 services de l’Etat les mieux pilotés

Par |2017-03-13T11:37:51+01:001 août 2007|La LOLF|

M. Philippe Marini (UMP, Oise), rapporteur général, a rendu public, au nom de la commission des finances, présidée par M. Jean Arthuis (UC-UDF, Mayenne), le rapport relatif au projet de loi de règlement du budget de 2006, dans lequel il présente notamment un palmarès des services de l'Etat les mieux et les moins bien pilotés, en s'appuyant sur les informations fournies, pour la première fois cette année, dans le cadre de la LOLF.
Selon les critères retenus, de nature purement quantitative, reconnaissons-le, les dix programmes les mieux pilotés sont généralement des programmes de nature financière, peut-être les plus faciles à gérer, comme celui finançant les primes accordées par l'Etat dans le cadre des plans épargne logement (PEL). Cependant sont également particulièrement bien pilotés le programme relatif à la prise en charge des demandeurs d'asile, et celui concernant les prisons et la réinsertion sociale des détenus.

Réglons maintenant le problème de la dette, vraiment !

Par |2017-03-13T11:38:33+01:0017 mai 2007|La LOLF|

Par Christian de Boissieu et Jean-Hervé Lorenzi, respectivement président du Conseil d'analyse économique et président du Cercle des économistes, dans le Figaro du 15 mai.

Je vous invite vraiment à lire leur tribune publiée dans le Figaro qui souligne l'importance du combat contre la dette, le consensus qui s'était dessiné pendant la campagne pour mener ce combat, et la nécessité d'ouvrir un chemin concret pour y parvenir. Ils citent l'outil qu'avec Didier Migaud, la LOLF, nous avons conçu pour avancer sur cette voie exigeante. Ils recommandent d'utiliser la « fenêtre de tir » offerte par cette volonté politique partagée et le début d'une législature pour s'y consacrer pleinement. Sur ce blog qui s'est intitulé, dès son ouverture, comme « le blog de la LOLF », n'hésitez pas à intervenir à ce sujet et à faire vos propositions, notamment si vous êtes acteurs de l'action publique.

La LOLF et la nouvelle gouvernance financière de l’Etat, par Michel Bouvier et André Barilari

Par |2017-03-13T11:39:20+01:0017 mars 2007|La LOLF|

Je vous recommande vivement la seconde édition, qui vient de paraître, intitulée : « La LOLF et la nouvelle gouvernance financière de l'Etat », signée par les deux experts en finances publiques : Michel Bouvier* et André Barilari*.

De la genèse de la réforme à sa mise en oeuvre, le lecteur ne peut qu'apprécier cette mine d'informations présentée avec tant de pédagogie !

Je vous laisse découvrir la présentation de l'auteur :
La mise en place de la loi organique du 1er août 2001 (LOLF) est un défi sans équivalent pour l'administration française, tant par l'ampleur des structures administratives concernées, le nombre de fonctionnaires impliqués que la profondeur des changements qui en résulte. Elle requiert non seulement le maniement de nouveaux concepts, la création de nouveaux mécanismes, la mise en place de nouvelles règles du jeu, de nouveaux équilibres de pouvoir mais aussi, depuis les instances de décision politique jusqu'aux unités opérationnelles, de nouvelles valeurs. Le processus de modernisation de la gestion publique dont est porteur le texte n'est pas étroitement financier, il est de nature à transformer l'Etat en profondeur...