Notariat

/Notariat

Audition du Président et du Bureau du CSN depuis Singapour par visioconférence.

Par |2017-10-12T09:21:45+00:0010 octobre 2017|Notariat|

Ce mardi, j’ai eu le plaisir et l’honneur d’être auditionné par le Président Didier Coiffard et le Bureau du Conseil Supérieur du Notariat, sur les questions de neutralité technologique dans la transition [...]

Les notaires Ornais ont toujours été en avance sur l’électronique !

Par |2017-09-14T19:23:12+00:0014 septembre 2017|Notariat, NTIC|

Mon ami Jérôme Verrier, en postant une photo de son 1er Macintosh, me rappelle un souvenir que partagera mon vieux complice Guy Rivière. En 1985. Bof, c’était simplement il y a 32 [...]

Pourquoi j’affirme l’utilité irremplaçable du Notariat !

Par |2017-03-13T11:25:24+00:009 septembre 2014|Notariat|

Cette vidéo, retrouvée grâce à l'exquise délicatesse de Jacques Vautier, Président du 98ème Congrès des Notaires de France, se tenant à Cannes, où j'étais passé quelques mois après ma nomination comme ministre [...]

Agir, la preuve que c’est toujours possible et c’est affaire de volonté !

Par |2017-03-13T11:27:13+00:001 mars 2013|Notariat|

Il est devenu à la mode de considérer comme impossible de faire bien plusieurs choses à la fois. Je ne suis pas convaincu. Au contraire, je pense que l’exercice conjoint de plusieurs [...]

La Confiance, la foi et le notaire !

Par |2017-03-13T11:31:19+00:0013 avril 2009|Notariat|

La Tribune de Christine Kerdellant dans l'Express le 19 mars denier, intitulée « la confiance et la foi » m'inspire la réflexion suivante : Pourquoi les gouvernements, pourquoi les acteurs économiques de renommée mondiale ont-ils tant et si longtemps sous-estimé la condition essentielle de la prospérité ? La confiance !

Les historiens décriront sans doute l'aveuglement mortifère dont nous sortons. Une confusion grave des esprits s'est installée entre les deux concepts de libéralisation et de régulation. La nécessité évidente de sortir de l'économie administrée, de libéraliser les activités de marché, à raison de la globalisation, crevait les yeux. Mais plus nous libéralisions, plus la régulation devait être renforcée. Plus les Etats, plus l'Union Européenne encourageaient un marché libre, plus ils devaient, en regard, édicter des règles claires et simples. Ainsi, il aurait dû revenir, dans les domaines de leurs compétences, aux Officiers dépositaires de l'Autorité Publique d'en garantir le respect. C'est tout le contraire qui s'est produit. Les Etats ont voulu rester acteurs, gendarmes, pompiers et donneurs de leçons. L'échec mondial est consommé. Il s'agit maintenant de bâtir un système nouveau, solide et sérieux.