Contre le travail le dimanche ?

//Contre le travail le dimanche ?

Contre le travail le dimanche ?

Travail_dimanche.jpg Ce n’est pas ma position. Mais, au moins, défoulez-vous sur le blog ! Et cessez de bourrer nos boites à lettres électroniques ! Vous savez parfaitement que la technologie nous permet, dès lors que les mots « travail dimanche » sont dans vos mails de les rediriger directement vers les « éléments supprimés ». En outre, je vous alerte sur le fait que le copier / coller donne une très fâcheuse image de la défense d’une cause qui me semble mériter un examen approfondi et serein. Pour que vos « représentants » soient attentifs et responsables, ne soyez pas infantiles et menaçants. Ceci étant, je n’ai aucun intérêt à vous dire cela, sauf à vous respecter en vous disant non pas ce que vous souhaitez entendre mais ce que je pense en sincérité.

By | 2017-03-13T11:30:46+00:00 16 juillet 2009|Réflexion|28 Comments

28 Comments

  1. PPlambert 16 juillet 2009 at 21 h 37 min

    Je vous invite à écouter la position à la fois mesurée et pragmatique de Jean Dionis Du Séjour (NC), Député-maire de la ville d’Agen.
    http://www.youtube.com/watch?v=CaQh

  2. koz 16 juillet 2009 at 22 h 56 min

    Oui, Monsieur le Sénateur. je suis contre le travail le dimanche, et triste que la Présidence et le Gouvernement aient cru utile de se lancer dans cette bagarre-là. Triste et, aussi, choqué, qu’ils n’aient pas hésité à présenter, via un député correctement aiguillé, une proposition de loi qui ressemble à un camouflet mesquin et indigne à ceux des députés qui ont eu le front de s’opposer à la première mouture.

    Tout d’abord, savez-vous qu’il vous est possible, par une règle de messagerie similaire, de diriger ces mails vers un dossier d’où vous pourriez voir s’incrémenter le compteur de l’inquiétude des français ? Libre à vous de ne pas lire ces mails, mais prenez en compte cette opposition.

    Pourquoi y suis-je opposé ? Pour des raisons multiples. Je vous renverrais bien à mon billet à ce sujet, ‘Seuls les poissons morts nagent avec le courant’.

    – A un niveau plus ou moins symbolique, je ne pense pas que la réponse à la crise que nous vivons, soit l’ouverture d’une autre possibilité de faire scintiller les enseignes des supermarchés (et là, voyez-vous, je renvois à un autre de mes billets, Serait-ce le moment ?, sinon je vais faire long);

    – Je trouve essentiel de garantir un jour de congé commun à la majorité des français afin de favoriser une activité sociale qui ne soit pas nécessairement productive. Il ne me semble pas non plus indifférent que le dimanche marque une journée différente, une journée qui ne soit pas dédiée à l’activité, à la production. C’est peut-être symbolique, et on a beau jeu de moquer le symbolique, mais je crois pouvoir imaginer que vs n’êtes pas de ceux-là;

    – Ensuite, je ne crois même pas que cette réforme soit demandée par les français. Elle est de l’ordre de ces réformes de principe, idéologiques, auxquelles on s’accroche parce qu’on les a promises durant une campagne;

    – Nul ne sait quel bénéfice l’économie française on en retirera. Et pourtant, on fait cette réforme. Pourquoi ? Par dogmatisme ?

    – Lors de la présentation du projet de loi en décembre, les partisans du travail dominical faisaient valoir que celui-ci serait soumis au volontariat, et à un doublement du salaire le dimanche. Les libéraux ironisaient sur le fait que l’on puisse se méprendre sur la bonne volonté des employeurs, et croire qu’ils puissent rendre ce volontariat illusoire.

    On constate aujourd’hui que le volontariat et le doublement de salaires ne seront pas de mise dans les « zones touristiques ». Dans ces zones, pas de volontariat, pas de doublement de salaire. Si on lit attentivement le texte, on constate, a contrario, que l’on pourra refuser l’embauche d’une personne qui refuserait de travailler le dimanche et que l’on pourra sanctionner et même licencier une personne qui refuserait de travailler le dimanche. Félicitations aux rédacteurs !

    Par conséquent, dans certaines zones, le volontariat est légalement exclu… dans d’autres, il sera seulement probablement fictif.

    Dans ces conditions, une personne qui aura simplement besoin d’un travail – dans des circonstances économiques qui ne placent spécialement pas les demandeurs d’emploi en position favorable – pourra se trouver obligé de sacrifier son dimanche et, potentiellement, sa vie de famille.

    Passons sur les risques de généralisation du travail à d’autres secteurs (secteurs de service etc.). Il reste que l’on se trouve face à un texte aux conséquences graves – dont j’aimerais savoir la valeur constitutionelle, au regard de l’égalité des français devant la loi, notamment, mais je ne peux pas faire de recherches, là… – pour un bénéfice inconnu. Bref, une belle manifestation de dogmatisme.

    Je vous fais confiance pour ne pas considérer cela comme un simple défoulement.

  3. Antoine 16 juillet 2009 at 23 h 14 min

    Vous avez raison d’utiliser des guillemets lorsque vous parlez de « représentants ». C’est une façon honnête de constater les limites de la démocratie représentative ou plus simplement de parler de la FICTION JURIDIQUE de la représentativité.

    Du Traité de Lisbonne en passant par la loi sur l’audiovisuelle et HADOPI, on constate que, dans sa majorité, la classe politique n’est que la représentante d’elle-même, une caste de notables obsédés par leur carrière, qui n’hésitent pas à enfreindre la séparation des pouvoirs, prêts à se soumettre aux lobbies qui les courtisent, ignorants les quelques principes fondamentaux, la devise, la Constitution et le Bloc de Constitutionnalité et qui s’écrasent devant l’Exécutif pour être bien en cour.

    De la même façon que vous redirigez automatiquement les mails dans la corbeille, nous pourrions aussi décider de considérer comme INOPPOSABLE tout le vomi législatif et réglementaire que l’Etat crache chaque jour.

    Avant de taxer vos concitoyens d’infantiles, commencez par ne pas être paternaliste – lors d’interviews – et infantilisant – avec Twitter. Cessez de ne pas parler du fond.

    P.S.: UMP ou Chrétien-Démocrate, il faut choisir.

  4. Al-Kanz 16 juillet 2009 at 23 h 15 min

    Dites, quelle est la part de « non » catho ? On comprend qu’il n’apprécie guère que l’on remplace la messe à l’église par la messe au supermarché.

  5. Vivemen10manch 16 juillet 2009 at 23 h 34 min

    Je vais vous faire plaisir, je suis de gauche et pourtant ça ne me parait pas scandaleux de travailler le dimanche… Du moment que seuls ceux qui le souhaitent le font… Si ça doit partir sur des dérives du genre « pas de bras, pas de chocolat !! » ou tu taffes ou tu dégages, là ça le fait déjà moins… Après si les gens veulent bosser parce que le dimanche pour certains c’est mieux bla bla bla, bah pourquoi pas… on ne va pas non plus l’interdire…
    Mishakhal

  6. In globo 16 juillet 2009 at 23 h 46 min

    Le travail le dimanche est déjà une réalité et son élargissement est sans doute inévitable. Par contre chacun sait que sur le plan économique il n’y a pas grand chose à en attendre. Les Français qui veulent acheter une voiture, un jean ou un voyage le feront le samedi ou sur internet si leur magasin préféré est fermé le dimanche. Par contre quelle misère de vouloir supprimer le seul jour non consacré exclusivement à la production et à la consommation. De tous temps il y a eu des jours sacrés, des périodes de jeune. Renoncer à ces moments de « récupération » spirituelle, c’est accepter l’anéantissement de l’être humain, son immersion dans le monde matériel, en somme sa mort cérébrale ! C’est dit…

  7. Jean-Baptiste Balleyguier 16 juillet 2009 at 23 h 47 min

    Monsieur le sénateur,

    je viens de découvrir votre billet. J’aimerais à ce titre réagir, et d’abord sur la forme. Comment ! Un post de blog pour remplacer le emails des électeurs ? Dois-je vous rappeler qu’en tant que sénateur vous représentez la nation toute entière ? Que vous devez être à l’écoute de tous les individus qui la composent et pas seulement de ceux qui ont une opinion qui concorde avec la votre ? Et pourtant vous oseriez filtrer les mails comportant le sujet « travail dimanche » au motif qu’ils vous incomoderaient et seraient des copier-coller ? Mais seraient-ce des copier-coller, ne devriez-vous pas (à tous le moins) les comptabiliser ? Cette attitude, qui se rapproche du dédain, n’est pas digne de votre condition noble de sénateur.
    Par ailleurs, le fait de changer de « canal » pour recueillir les avis, montre la piètre attention que vous portez aux électeurs, la plupart étant plus habitués à la technologie mail, qu’à celle du blog…

    Sur le fond : les arguments en opposition présentés par les représentants, me semblent parler par eux-mêmes, et je pense qu’il est difficile d’en apporter de nouveaux, tant ils sont de bon sens : élargir l’ouverture des commerce n’entrainera aucune hausse de la consommation (dois-je vous l’avouer Mr le Sénateur ? l’argent des ménages ne pousse pas sur les arbres, il ne se multiplie pas comme par enchantement).
    Par ailleurs, tenter d’augmenter ainsi la consommation, c’est faire baisser mécaniquement le peu d’épargne restante, ce qui signifie encore moins d’argent directement disponible sur les marchés financiers (même si le volume est en soi, faible), donc moins de liquidités disponible au prêt, donc moins d’investissement, donc moins d’innovation. Cette loi casse nos capacités de croissance à long terme.
    Pousser les ménages à épargner en baissant les charges sociales, en baissant la TVA et en augmentant les taux me semble une bien meilleure idée.

    Par ailleurs, il y a évidemment l’argument social : que feront nos citoyens qui devront travailler le dimanche (je dis bien « devront »), tandis que le reste de la famille les attendra gentillement au foyer ? Et nous propose-t-on réellement, comme sortie « familiale », « culturelle », du dimanche la sortie au supermarché ? Cette proposition de loi est tout simplement destructurante, à l’heure où tous les sondages montrent que dans un contexte de grave crise économique nos concitoyens se réfugient dans les valeurs fondamentales, dont le contexte familial.

    Enfin, lorsque tous nos concitoyens pourront/devront travailler le dimanche : Monsieur le Sénateur, qui viendra consommer ?

  8. Albert 17 juillet 2009 at 1 h 02 min

    Sans prendre position sur ce sujet, sachez que je trouve ce post tout à fait désolant pour un élu de la République.

  9. Giambattista 17 juillet 2009 at 2 h 16 min

    Soit, on peut être pour ou contre le travail le dimanche. C’est un débat tranché dès la fin du XIXe – début XXe. Le Play, De Mun, Jaurès et bien d’autres s’y sont opposés et ont eu gain de cause.
    Ceci étant, le débat ne concerne pas la généralisation du travail le dimanche, mais l’extension des dérogations. Il y a là une nuance non négligeable …On pourrait considérer de ce point de vue et assez légitimement que la majorité n’a, pour une fois, pas bien fait son marketing politique, se laissant embarquer dans la problématique ainsi énoncée: pour ou contre+travail+dimanche, etc … Au-delà de cette première lacune, il semble que le texte lui-même ne soit pas tellement de nature à favoriser le dialogue social, contrairement à ce qui se fait depuis plus de 10 ans, qu’il comporte des imprécisions et des éléments juridiquement discutables….
    Je me permets de vous joindre un lien vers le blog suivant qui fait état de cette partie de la critique:http://www.friedland.ccip.fr/1404_b
    ..Ce qui n’enlève en rien la première à la première remarque.

    Enfin, l’obstination gouvernementalo-majoritaro-parlementaire pourrait laisser penser que les représentants des institutions dirigeantes préparent leur bilan et leur rhétorique pour 2012: « regardez, nous l’avions dit; nous l’avons fait » … Et ce, envers et contre tous ou presque … Sacrifiant à un intérêt général pour le moins putatif un bien commun évidemment souhaitable … Que ceux qui ont des oreilles pour entendre …
    JB

  10. Giambattista 17 juillet 2009 at 2 h 21 min

    Soit, on peut être pour ou contre le travail le dimanche. C’est un débat tranché dès la fin du XIXe – début XXe. Le Play, De Mun, Jaurès et bien d’autres s’y sont opposés et ont eu gain de cause.
    Ceci étant, le débat ne concerne pas la généralisation du travail le dimanche, mais l’extension des dérogations. Il y a là une nuance non négligeable …On pourrait considérer de ce point de vue et assez légitimement que la majorité n’a, pour une fois, pas bien fait son marketing politique, se laissant embarquer dans la problématique ainsi énoncée: pour ou contre+travail+dimanche, etc … Au-delà de cette première lacune, il semble que le texte lui-même ne soit pas tellement de nature à favoriser le dialogue social, contrairement à ce qui se fait depuis plus de 10 ans, qu’il comporte des imprécisions et des éléments juridiquement discutables….
    Je me permets de vous joindre un lien vers le blog suivant qui fait état de cette partie de la critique:http://www.friedland.ccip.fr/1404_b
    ..Ce qui n’enlève en rien la première à la première remarque.

    Enfin, l’obstination gouvernementalo-majoritaro-parlementaire pourrait laisser penser que les représentants des institutions dirigeantes préparent leur bilan et leur rhétorique pour 2012: « regardez, nous l’avions dit; nous l’avons fait » … Et ce, envers et contre tous ou presque … Sacrifiant à un intérêt général pour le moins putatif un bien commun évidemment souhaitable … Que ceux qui ont des oreilles pour entendre …
    JB

  11. machu pichu 17 juillet 2009 at 6 h 42 min

    Merci pour cette tribune libre de défoulement sur le projet de loi du travail le dimanche.

    Déjà Monsieur le Ministre, je tiens à vous annoncer de but en blanc que ce projet mérite quand même le devoir de sortir de ses gonds.

    Ensuite Monsieur le Ministre, l’estime et le respect que je vous consacre m’autorise sans doute à vous annoncer que le défoulement citoyen sur ce sujet est tout de même la preuve rassurante que les électeurs français conservent encore leur choix d’opinion et que ce n’est pas un abruti fini qui se fait royalement chier le dimanche parce qu’il se lasse de sa miss Botox et d’euro-Disney qui va finir par nous obliger à travailler le seul jour de repos citoyen que la république française nous autorisait jusqu’à présent !

    Bon Dieu, ma compagne travaille en espagne, ma famille, je ne la vois que le dimanche parce que je suis sûr qu’elle ne peut pas refuser ma visite, les enfants de mes voisins, je le sais, je les vois, s’éclatent uniquement le dimanche parce que leur papa taffe la nuit à Orly… Alors quoi, même ce jour sacré que Dieu nous a consacré en France, vous voulez nous le supprimer ?

    Bon Dieu ! C’est quoi votre idéal ? Que les hommes deviennent des insectes à l’image des fourmis, à travailler, puis travailler et encore travailler ?

    Si Sarko et vous-même n’avez plus de gosses à voir et élever, cela vous regarde mais jusqu’à présent, la France permettait aux citoyens français de consacrer ce seul jour de repos dominical à le consacrer exclusivement à sa famille !

    Et puis voilà… l’UMP veut nous le foutre dans le fion !

    Allez hop ! Le dimanche, tu travailleras aussi parce madame Obama n’arrivait pas à faire ses courses de luxe le dimanche.

    Alors Monsieur le Ministre, écoutez-bien ce que je vais vous écrire.

    Je n’ai jamais pollué votre boîte mail pour revendiquer mes opinions car je vous aime et respecte plus qu’aucun autre politique de notre France mais sincèrement, le dimanche reste fondamentalement consacré à la famille et une famille sarkozyste, avec des gosses qui partent en vrille parce que leur papa consacrent tous les jours de sa vie à imposer sa domination sur un peuple faible et dénué de tout jugement, je n’en veux pas en mon pays.

    Monsieur le Ministre : Le dimanche est devenu en France le jour de la famille et même moi qui suit musulman, je préfère conserver mon dimanche plutôt qu’un énigmatique vendredi, consacré presque exclusivement à la prière.

    Ce sont les fondamentaux que l’autre abruti souhaite effriter et détruire.

    Que nous restera-t-il ensuite ? Bientôt, plus d’Internet parce que ce sera pire qu’un excès de vitesse de plus d’1 Km/heure sur route, il ne restera plus de jour chômé comme le dimanche pour le consacrer à ses proches et bientôt l’individualisation de notre société sera le fer de destruction de nos vies d’insectes !

    Bon Dieu ! réveillez-vous ! La France est en passe d’imposer une société insecticide, dénuée d’humanisme !

    C’est ça que vous voulez pour nos enfants, histoire de rembourser l’endettement irresponsable de nos ainés ?

  12. Naouak 17 juillet 2009 at 7 h 24 min

    Toujours plus de fonctionnaires, moins de cotisants pour les retraite du privé, pas touche aux régimes spéciaux et aux monopoles publics. Il faudra bien travailler plus pour payer plus d’impôts. Alors on commence par quoi ? supprimer les 35 h ou travailler le dimanche …

  13. DO 92 17 juillet 2009 at 9 h 07 min

    Je voudrais que notre société privilégie un jour commun à tous pour se rencontrer, vivre ensemble, pour la famille. Quand un des deux dans un couple travaille le samedi, il ne reste que le dimanche pour se voir, pour rencontrer la famille ensemble, pour voir ses enfants, les enfants plus âgés qui ont fait leur nid ailleurs, pour les amis, pour de nombreuses activités associatives et cultuelles.
    Le travail le dimanche va bien sûr concerner les commerces en premier. Des ouvertures additionnelles le dimanche vont forcément déplacer des achats, des zones de chalandise. En conséquence, volontairement mais contre leur gré de nombreux autres commerces vont devoir ouvrir le dimanche pour moins perdre du chiffre d’affaires et éviter de mettre leur affaire en péril. Qui va donc travailler le dimanche ? Ceux qui travaillent déjà le samedi, et parmi ces personnes de nombreuses personnes à revenus bas, des mères élevant leurs enfants seules.

    On installe donc la société dans une dualité redoutable : ceux qui choisissent leur rythme de vie, calés sur la semaine du lundi au vendredi, et ceux de l’autre coté qui se verront privés de vie sociale et familiale, ainsi que leurs familles et enfants. Cette dualité s’ajoute à d’autres coupures, par exemple celle qui sépare ceux qui sont dans un emploi stable, et ceux et celles dont l’emploi est mouvant, fait de changements d’emploi plus fréquent.
    Le tourisme a bon dos dans l’argumentation. Je ne vois pas en quoi un touriste a besoin de l’ouverture de TOUS les commerces sur des zones très étendues.

    Je pousse un peu le trait, mais c’est la tendance qui se dessine.

    La vraie « flexibilité », honnête et équitable est celle qui organise la vie économique du lundi au samedi pour tous. Au delà des aspects coûts, la loi des 35 heures a manqué de vision en imaginant essentiellement les journées de 7 heures. A sa place, 36 heures sur 9 demi-journées aurait été un débat intéressant, facilitant aussi l’accès aux administrations.

    Merci de me donner la parole

  14. Dominique M 17 juillet 2009 at 9 h 54 min

    La France est vraiment « malade » de lois, souvent mal votées, mal appliquées et se révélant néfastes avec le temps. D’autant que personne n’assure le « nettoyage » des lois obsolètes…Pour ma part, laissons travailler ceux qui veulent au moment où ils veulent. C’est déjà le cas de tous ceux qui génèrent leur propre activité et à leur risque. Pourquoi faut-il que l’on décide en permanence à la place des intéressés? D’autant que si le 14 juillet est la fête nationale, elle n’est pas celle de l’abolition de la monarchie. On est juste passé d’une monarchie héréditaire à une monarchie élective.
    Alors, que le souverain et sa cour veuille bien décider pour son bon peuple de le laisser (sur)vivre et gagner son maigre salaire!

  15. Jean-Louis Soularue 17 juillet 2009 at 11 h 45 min

    Le message est clair :

    A celles et ceux qui, en le respectant, veulent écrire par mail à leur Sénateur non pas ce qu’il souhaite entendre, mais ce qu’ils pensent en sincérité, sur le travail le Dimanche…

    CIRCULEZ !… Y A RIEN A VOIR !…

  16. Emmanuelle Colombani 17 juillet 2009 at 18 h 36 min

    Monsieur le Sénateur,

    Sur le principe-même, vous avez entièrement raison.
    Quand la mobilisation se rapproche du « spaming », que ce soit à propos du travail dominical ou des petites pillules bleues, le seul but atteint est l’exaspération. C’est contre-productif.
    Mieux vaut signer des pétitions, en ligne pourquoi pas, il existe des sites très bien faits pour cela, et en envoyer le lien aux parlementaires.

  17. do 18 juillet 2009 at 2 h 20 min

    que faites vous des femmes seules avec des enfants qui travaillent déjà le samedi dans la distribution et qui ne verront plus leurs enfants le dimanche? ni les soirs, d’ailleurs, c’est déjà le cas. Et que faites vous de ces enfants?
    Il n’y a pas encore assez de suicides en France à votre goût?

    Vous, les politiques, ne défendez que Vos intérêts (politiques, économiques, stratégiques), pas les intérêts des français! Et vous ne voyez pas plus loin que le bout de vos nez: Un enfant qui ne voit pas sa mère ou son père est en danger. Le dimanche sert à la famille.
    Mais vous dites clairement que l’avis des français ne vous intéresse pas, alors, à quoi bon faire un blog?

  18. Caton 18 juillet 2009 at 11 h 17 min

    France : Terre de liberté ? ou NON ?
    Il est des sujets chaque jours plus tabous
    La religion ( sauf les Catholiques)
    La politique ( surtout sur les partis dits « Extremes » … car les communistes ne le sont pas ? )
    La vie privée ( Surtout celle des politiques)
    Les droits de l’homme ( surtout s’sils sont antinomyque avec les interets dit « superieurs » de la Nation )
    La guerre ( Surtout n’en parlons que le moins possible .. et toujours les mêmes arguments .. Pas une guerre mais opération de maintien de la paix )
    L’enseignement ( Sujet hautement explosif …. donc distribution de diplômes bidons pour allez pointer chez ANPE pour faire des CV en SMS ou en Twitter)
    Le travail ( Ou des gens aillant un salaire garanti, une securité de l’emploi, des avantages sociaux de CE vont expliquer aux employés de commerce comment il doivent refuser de bosser dans une entreprise de 2 salariés !)

    On a plus qu’une seule liberté : parler du beau temps , de Loft story et de consommer

    Alors consommons aussi le dimanche !

    Georges Orwell s’est trompé de 35 ans … ce n’est pas 1984 mais 2009

  19. raleur 19 juillet 2009 at 10 h 32 min

    les hasards des mutations de fonctionnaires m’ont valu un exil très agréable en Alsace de 1986 à 1994 avant de pouvoir revenir dans la Normandie de mon enfance. Là bas la Loi locale interdit le travail du dimanche (si ma mémoire est bonne, les boulangers peuvent faire des pâtisseries mais pas de pain) et cette fermeture ne m’a jamais gêné car il suffit de s’organiser en achetant deux fois plus de pain le samedi matin (passé 14 h les boulangers n’ont plus de pain). Je n’ai jamais eu l’impression que cette interdiction de travail dominical fût un frein à la prospérité de cette région. Je suis donc très perplexe sur l’argument de création de richesse par le travail dominical. De plus l’argument du volontariat du salarié n’est pas recevable car dans le dialogue salarié employeur, l’un des partenaire a beaucoup plus de poids que l’autre. Le comportement du gouvernement dans cette affaire comme dans plusieurs autres me fera voter à gauche après quarante ans de vote à droite dès l’an prochain aux régionales.

  20. Alain Lambert 19 juillet 2009 at 11 h 31 min

    Je sous suggère la lecture du rapport présenté au Sénat par Isabelle Debré au nom de la commission des affaires sociales, déposé le 16 juillet 2009, soit jeudi dernier.

    Il s’agit d’une proposition de loi réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce principe dans les communes et zones touristiques et thermales ainsi que dans certaines grandes agglomérations pour les salariés volontaires

    Lorsque vous aurez lu ce rapport, merci d’y apporter vos commentaires, ils seront les bienvenus. Convainquez vraiment tous ceux qui pensent que le harcèlement électronique par mail des parlementaires portera ses fruits. Alors qu’ils ne feront qu’indisposer ceux qui n’acceptent pas les pressions d’où qu’elles viennent. Mon amicale recommandation est de vous exprimer sur ce blog, ce sera infiniment plus efficace, croyez-moi !

    Pour le rapport : copiez ce lien : http://www.senat.fr/rap/l08-561/l08

  21. Thibaut LANOY 19 juillet 2009 at 12 h 05 min

    Bonjour Monsieur le Sénateur,

    Je commence ici mes commentaires sur ce rapport .

    Pouvez-vous tout d’abord m’expliquer la raison pour laquelle « aucun usage de consommation exceptionnel n’est constaté dans l’agglomération lyonnaise » ? Cet argument me parait tout de même léger … j’ai cru comprendre qu’il s’agissait plutôt d’une levée massive de boucliers des élus de l’agglomération .

    Pourquoi ne pas garder l’idée de porter à huit le nombre de dimanches ouverts par an, sur autorisation du maire ? Pour avoir sondé un grand nombre de commerçants lillois je peux affirmer que c’est ce caractère exceptionnel qui était privilégié . L’exception faisant augmenter les ventes , contrairement à la banalisation qui lisse la consommation .

  22. Caton 19 juillet 2009 at 13 h 38 min

    A ceux qui sont contre le travail le dimanche : plutôt que de gloser , agissez !!

    Cessez donc de consommer ce jour là : Pas de boulangerie , pas d’achat de dépannage a l’épicier du coin ,de restaurant , pas musée ou de cinéma , de TV ou de radio , ni d’électricité ou d’eau .. car il y a des femmes et des hommes au travail derrière ces services. N’allez pas non plus a l’hôpital pour un bobo qui peut attendre.

    Et n’oubliez pas les bénévoles .. qui travaillent gratuitement pourquoi leur imposer votre opinion , vous souhaitez les empêcher d’oeuvrer…

    Vous ne voulez pas du travail le dimanche .. rester dans votre lit , ne consommez rien … les travailleurs de ce jour là n’aurons plus d’objet .

  23. sylvie 19 juillet 2009 at 14 h 29 min

    BONNES
    2009-07-19 (confirmé) [mère au foyer]
    ça me semble tellement évident que je ne comprends pas cette « race d’humains » qui veut faire travailler au maximum d’autres humains sans tenir compte de leur bien être ,de leur santé,de leur équilibre familiale. Il faut arrêter tout ça sinon ça risque de « péter »

  24. Naouak 19 juillet 2009 at 19 h 37 min

    @ raleur
    En poussant l’argument jusqu’au bout … Les boulangers n’ont qu’à travailler que le lundi, on naka prendre ses précautions pour acheter ce jour là son pain pour les 6 jours restant, puisqu’il parait que c’est sans effet sur la création de richesse. Et même, si ils font le pain le lundi matin, yaka faire ses reserves pour 6 jours et demi (cherchez le bug dans le raisonnement)

  25. Hervé 19 juillet 2009 at 22 h 25 min

    Je suis partagé.

    D’un côté, compte tenu de la crise, tout doit-être tenté pour relancer l’économie et freiner la croissance du chômage. Et donc pourquoi pas ouvrir le champ du travail dominical, du moins clarifier sa règlementation.

    D’un autre, je pense que les hommes ne vivent pas que de pain …

  26. Naouak 20 juillet 2009 at 19 h 21 min

    @ Hervé
    Je suis d’accord sur l’idée que l’homme ne vit pas que de pain… C’estr peut être le seul vrai bon argument que j’ai noté. Et avant de penser au travail du dimanche, commencçons par supprimer les restrictions au travail tout court, à commencer par les 35 heures.

  27. Caton 21 juillet 2009 at 19 h 55 min

    Naouak … J’approuve aussi l’élimination de cette loi liberticide sur les 35 heures

    Lois imbéciles de toutes manières … Ma mère faisait des 50 par semaines , travaillant les dimanches aussi , en faisant des ménages chez divers personnes . Elle a pu ainsi m’offrir des etudes , grâce a sa volonté et ses sacrifices.

    Si elle avait respecté les 40 heures ou les 39 …mes etudes cela aurait été quoi ? Je serais devenu un employé fils d’employés , petit fils de métayer … Au bas de l’échelle sociale …

    Facile d’être socialiste , contre le travail du dimanche , quand on est fille ou fils de haut fonctionnaire , ou bien salarié d’une grande entreprise publique ou privé, avec ses privilèges de CE et primes diverses .

    N’oubliez pas les employés de commerces ou des artisans !

  28. Jean Marc GALVAN 25 juillet 2009 at 20 h 19 min

    Bonjour
    Si le travaille le dimanche est bon pour les uns il est bon pour les autres c’est le principe de l’égalité.
    Aux prochaines élections ce serra le critère principal de ma décision.
    Ca c’est claire.

Leave A Comment