Le psychodrame du Parc Elan. Ou Clochemerle en Alençon

Home/Alençon/Le psychodrame du Parc Elan. Ou Clochemerle en Alençon

Le psychodrame du Parc Elan. Ou Clochemerle en Alençon

Parc_Elan.jpg Pardon aux internautes qui ne sont pas Ornais, mais la chronique quotidienne d’une controverse locale relative au financement du Parc des Expositions d’Alençon (appelé Parc Elan) vire au Clochemerlesque et l’église mérite d’être remise tranquillement au milieu du village.

Notre chef lieu de l’Orne, Alençon, est doté d’un parc expo construit dans les années 1970 dont la réhabilitation est couteuse. Le nouveau Maire d’Alençon souhaite que le Conseil Général vienne au financement à hauteur très élevée. Laissant entendre que, s’il ne le fait pas, ce doit être pour des motifs politiciens ou électoraux. Cette présentation est fallacieuse et ne vise probablement qu’à masquer un cruel manque d’expérience qui peut se comprendre à ce niveau récent de responsabiité.

La réalité est beaucoup plus simple et les débats en cours sur la réforme territoriale le montrent : chaque échelon territorial a ses missions à mener et ses propres équipements à financer. Si certaines responsabilités sont exercées en commun, tel le développement économique, d’autres comme l’entretien, la réhabilitation ou la reconstruction d’équipements restent à la charge de la collectivité propriétaire. Il en est ainsi des parcs expositions qui ne sont financés par AUCUN département de Basse-Normandie ou autres départements limitrophes.

Notre Conseil Général a voulu marquer son soutien par une subvention de 5% soit 560.000 euros. Même le Maire d’Alençon, comme tous ses amis politiques l’ont votée. S’ils avaient trouvé cette somme ridicule, ils pouvaient la refuser. Il est plus facile, mais moins glorieux, d’empocher et d’ensuite organiser sournoisement la controverse en faisant signer des communiqués vengeurs qui transforment la Cité des Ducs en Cité Clochemerle.

Pressentant la difficulté, j’avais très en amont, alerté le nouveau Maire sur l’impossibilité face à laquelle se trouverait le conseil Général de verser une subvention exceptionnellement élevée attendu le risque de précédent qu’elle pourrait engendrer, au moment où les ressources des départements sont mises à l’épreuve avec la montée des dépenses sanitaires et sociales et la réhabilitation de plus de 30 collèges à réaliser. C’est pourquoi, j’avais suggéré que la ville d’Alençon vende au département le théâtre (aujourd’hui utilisé par une association financée à parité par nos 2 collectivités), ce qui aurait eu pour mérite d’offrir de l’argent immédiatement disponible à l’agglomération d’Alençon, pour le fameux Parc Elan, sans solliciter le budget de fonctionnement du département qui n’a aucune marge de manœuvre.

Le Maire n’a rien voulu entendre sans que j’en connaisse le motif et n’en n’a jamais tenu informé aucun de ses collègues de la Communauté Urbaine, ce qui est plus troublant.

L’avenir du Parc Elan, tout comme celui de la ville chef lieu, ne se construira pas dans la polémique et la défausse de ses propres responsabilités sur les autres.

J’aime Alençon, j’y suis né, j’y vis, et j’en ferai ma dernière demeure. J’y ai été élu Maire 3 fois, fait unique dans l’histoire de la Cité, j’y ai créé une Communauté Urbaine, et le bilan de mon action sur le terrain pendant 20 ans est résumé dans un document en ligne sur mon site Internet. Chacun peut porter son propre jugement sur cette action. L’histoire le fera en son temps. Jamais, par honneur, par dignité, par affection, je ne pourrai m’accomoder du déclin de cette agglomération à laquelle j’ai consacré une si grande partie de ma vie. Je l’aiderai donc de toutes mes forces jusqu’à mes derniers jours. Encore faut-il que ceux qui en ont aujourd’hui la charge soient animés de volonté, de foi, et surtout de bonne volonté et de bonne foi pour rassembler au lieu de diviser, pour agir au lieu de pleurnicher. Pour voir grand au lieu de voir petit. Pour l’aimer assez cette belle ville d’Alençon pour la servir plutôt que s’en servir.

Allez hauts les cœurs et tout le monde sur le pont, au travail. Ensemble. Tous ensemble.

By | 2017-03-13T11:30:33+00:00 11 octobre 2009|Alençon|0 Comments

No Comments

  1. Caton 11 octobre 2009 at 23 h 11 min

    Alençon est une ville agréable , et sure .. ( quoique Perseigne … )

    Mais toutes ces querelles concernent le Nouveau parti Socialiste , nommé aussi UMP …Donc je ne peut que râler après la pléthore d’échelons et d’irresponsabilités .

  2. Fantomas 12 octobre 2009 at 10 h 00 min

    Cher parc Elan,

    Au temps de Ferme en Fête, il a été dit que le Conseil général t’aurait lâchement abandonné. C’est vache !

    Tu parles, 560.000€ de la poche des contribuables ornais, ce n’est rien, c’est vrai. Une broutille, je te l’accorde, au regard des pertes de Bernard Madhoff.

    Pour autant, cher Parc Elan, avant d’envoyer le Département rôtir en enfer, sache que ton protecteur, lui-même Conseiller général a voté cette maigre subvention et refusé curieusement ta départementalisation.

    Arghh, je sais combien il est cruel de voir ses illusions se briser net !

    Surtout, ne crains rien, mon parc Elan, ton destin est entre de bonnes mains et surtout, entre de joyeux portefeuilles ! Avec une aide communautaire de 9M d’€, tu seras, mon Parc, pour les années qui viennent, très cher aux Alençonnais !

  3. francis 14 octobre 2009 at 10 h 25 min

    ceci révèle, à mon sens, combien est nécessaire le principe de spécialisation des collectivités territoriales : ce qui est du ressort (et du financement) de la ville ne devrait pas être de celui du Conseil Général, tout au plus de la Communauté de Communes….

  4. Denis 21 octobre 2009 at 17 h 35 min

    Anonyme citoyen de la Communauté Urbaine, j’enrage à l’idée qu’en plus des charges énormes de fonctionnement, il me faille prévoir d’avoir à supporter demain, la charge d’un investissement dispendieux sans espoir de retour sur investissement !
    Inutile et injuste d’accabler le Conseil général, sa position est totalement légitime.
    Quant à l’intervention régionale, incongrue sinon politiquement intéressée, elle aura le don de me dégouter un peu plus du monde politique.
    Mais du coté de la Mairie, s’est-on un peu penché sur la gestion de cet équipement, sur sa marge énorme de progression en terme de rentabilité ?
    Eclairez-nous Monsieur Pueyo, SVP.

Leave A Comment