Urgences : la vérité est dans les faits !

Home/Orne/Urgences : la vérité est dans les faits !

Urgences : la vérité est dans les faits !

Ouest-France a le grand mérite d’avoir établi un dialogue avec le Directeur de l’hôpital. Dialogue impossible jusqu’alors. Au point de lui avoir proposé, lors des vœux du Conseil Départemental, de lui offrir des timbres, s’il n’avait pas les moyens de répondre à mes interrogations. En fait, interrogations des patients et des contribuables.

S’il existe des déferlements actuellement, c’est bien les démissions de médecins ! Quant aux supposés mensonges, rumeurs et interprétations, venons-en aux faits !

Les fiches projets du GHT (groupement hospitalier de territoire), adressées à l’Agence Régionale de Santé concernant le SAMU/SMUR ont conduit à la démission des Chefs de service. Il suffit de lire leurs lettres pour comprendre.

Mutualiser la nuit profonde, c’est transférer les appels à Caen ou à Rouen, mutualiser les transports secondaires, c’est supprimer l’équipe SMUR n°2 et donc supprimer l’équipe médicale pour l’hélicoptère SMUR. Derrière ces jolis mots technocratiques, c’est tenir pour caduques les accords intervenus à l’automne 2016 !

Si les médecins démissionnaires ont mal interprété les intentions du directeur de l’hôpital, que celui-ci nous l’écrive dans le journal, cela tiendra lieu de procès-verbal, mais dans la réponse de ce jour, on ne lit rien de tel !

Par pure bienveillance, je ne parle même pas du Pôle public de médecine générale sur le site d’Alençon, non concerté avec les médecins libéraux.

Les mensonges ou interprétations, à la vérité, sont dans les silences, les expressions ambiguës, les projets de GHT non transparents.

Doit-on continuer à cacher le management indigent de ce Directeur ? Alors que les chefs de service démissionnent que les médecins partent. Il suffit d’en faire le décompte depuis deux ans, période durant laquelle la direction a voulu apprendre la médecine aux médecins. Comment expliquer que lors des 12 années antérieures, il n’y a eu aucun désaccord au SAMU SMUR ? Peut-être parce que la direction respectait alors que le directeur médical du SAMU SMUR gère et organise ? Oui ou non ?

Pour éviter, les supposés mensonges, rumeurs et interprétations que le Directeur nous dise clairement que le projet de GHT prévoit que le SAMU fonctionnera à H24 et aura à sa disposition, au départ d’Alençon, 2 équipes SMUR à H24, et un hélicoptère SMUR comme prévu dans le SROS et le SIOS. En précisant qu’il revient au directeur médical du SAMU d’organiser l’Aide Médicale Urgente, en lien avec tous les partenaires.

Enfin, pour ma part, je ne me cache pas derrière un organe pour assumer mes responsabilités. La direction de l’hôpital est une instance, le directeur en est une autre. Que la direction soit solidaire de son directeur me semble naturel, mais la responsabilité ne se divise pas. M. Geffroy, Directeur, n’a pas que des défauts. Je le crois un « cost-killer », c’est à dire un chasseur de coût très efficace. Comme budgétaire, je ne saurais barguigner sur cette qualité, mais le bon « cost-killer » est celui qui chasse d’abord les coûts inutiles, et non pas les plus utiles. Or, en l’espèce, il s’agit de sauver des vies ! C’est le métier des urgences.

Enfin, le Conseil Départemental consacre plus de 550.000 euros par an à cette politique. Il est légitime à demander des comptes. Soit dit en passant il est bien le seul à payer (comme collectivité). Il ne manquerait plus qu’on lui donne des leçons. Viendra vite le temps où ce seront les contribuables qui en donneront !

Lire aussi et partager : https://tinyurl.com/zyccxeu

Article paru dans Ouest-France

By | 2017-03-13T11:23:27+00:00 16 février 2017|Orne|0 Comments

Leave A Comment