Alençon

/Alençon

Démissionner de la fonction de Maire n’est pas chose aisée ! Votons Christine Roimier !

Il y a 15 ans, à quelques jours près, j’ai été contraint à démissionner de la belle fonction de Maire d’Alençon, à laquelle j’avais été élu l’année précédente pour la 3ème fois consécutive. Cette obligation découlait de mon entrée au Gouvernement. Sauf que personne, ni le Président, ni le Premier Ministre ne nous avait informés de cette obligation avant d’accepter nos fonctions. Le droit ne le prévoyant pas à l’époque. Il fallut s’en accommoder. En classant des archives, je retrouve la lettre que j’ai alors adressée aux Alençonnais pour leur dire clairement et sans ambiguïté le choix unanime de notre majorité pour que Christine Roimier me succède. Pour avoir été confronté à ce dilemme, je sais mieux que tout autre à quoi serait confronté Joaquim Pueyo s’il était réélu député. Lui sait d’ores et déjà que le cumul est impossible, puisqu’il l’a voté ! Il a donc eu le temps d'y réfléchir. Afin de nous faire notre idée sur ce qui relève de sa convenance personnelle ou de l’intérêt général, il nous doit donc la transparence en particulier sur la personne qui lui succéderait. La question est d’autant plus pertinente qu’il y 3 ans, lors des dernières élections municipales, à 86 voix près sur 8.800 votants, Christine Roimier aurait été élue Maire. Si Joaquim Pueyo n’avait pas l’intention d’aller au terme de son mandat, il eut mieux valu alors qu’elle exerce la fonction de Maire qu’elle connaissait parfaitement. Puisqu’il a choisi la Mairie, alors votons massivement dimanche prochain pour Christine Roimier comme députée.  

By | 2017-06-12T21:42:59+00:00 12 juin 2017|Alençon, Orne, Politique|0 Comments

Le temps passe vite !

En rangeant mes archives, je retrouve par hasard un des rares articles auxquels a bien voulu se soumettre Catherine, mon épouse. Jean-Marie Foubert avait sans doute déployé une importante diplomatie pour la faire y consentir. L’amusant de la situation est que cet article a exactement 30 ans, jour pour jour. Au final, il s’est passé beaucoup événements entre deux, mais les fondamentaux sont restés intacts. La petite Elise qui avait alors 6 ans vient de nous offrir la joie d’un troisième enfant, le treizième de nos petits-enfants. Pour le reste, je crains d’être resté coléreux, mais de moins en moins absent :) Mais comme le temps passe vite ! Trop vite, n’est-ce-pas ?

By | 2017-05-29T20:48:57+00:00 28 mai 2017|Alençon|0 Comments

Sur les pas des Saints Louis et Zélie Martin : des milliers de pèlerins en Alençon

Plusieurs milliers de pèlerins en Alençon : du jamais vu dans notre chef-lieu de l’Orne qui s’est trouvé propulsé sous le feu des projecteurs, une semaine après la canonisation, par le Pape François à Rome, des époux Martin. Quelle joie d’accueillir chez nous, tout au long de ce week-end, des visiteurs venus des quatre coins de France, mais aussi d’Italie, d’Espagne, des Etats-Unis, du Brésil. Sur les pas de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, ses parents ouvrent la voie d'un réel développement du tourisme religieux dans notre département. Â nous de le construire dès maintenant de manière très professionnelle.   La basilique Notre-Dame d’Alençon, que Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, qui présidait la grand-messe, verrait bien devenir « Basilique Saint-Louis et Sainte-Zélie Martin » était remplie de monde, tout comme ses abords, mais aussi différentes rues du centre-ville. Et la foule était encore au rendez-vous pour le concert de clôture donné par la Schola de l’Orne, sous la direction d’Anne-Marie Hue-Concé ; un régal !   Louis Martin (1823-1894), l’artisan horloger, et Zélie Guérin (1831-1877), la dentelière au « Point d’Alençon », seront à nouveau à l’honneur à Alençon, le jeudi 19 novembre à 20 heures. Notre Conseil départemental de l’Orne se fera un immense plaisir de leur ouvrir ses portes, pour une conférence du Père Thierry Hénault-Morel. Lui-même descendant des Martin, le prêtre est l’auteur d’un tout nouvel ouvrage retraçant la vie du couple, au travers d’archives inédites. L’occasion de (re)découvrir, sur fond de la grande histoire, la chronique d’une famille enracinée au Pays d’Alençon, au cœur du XIXe siècle, et dont le rayonnement grandissant pourrait bel et bien contribuer à celui de l’Orne.   Nous y croyons.

By | 2017-03-13T11:24:38+00:00 27 octobre 2015|Alençon|0 Comments

Terrain des gens du voyage : Joaquim Pueyo en mode « polémique », dommage !

  Ce matin, la presse fait largement état de notre différend concernant la localisation de ce terrain. Ouvrir une polémique publique sur un débat jusqu'alors interne n’est pas du meilleur effet pour commencer l’année. Mon état d'esprit restera, quoi qu’il arrive, positif et pacifique. On peut parfaitement traiter paisiblement de sujets nécessitant des ajustements sans tapage médiatique. Nous avions d’ailleurs commencé à le faire oralement sans fracas inutile. S’il s’agit d’un feu de Bengale électoral, ne comptons pas sur moi pour ce genre d’artifice. Nos concitoyens attendent mieux de nous. Prétendre que la position du Conseil Général est une surprise témoigne d'un début d’amnésie ou de mauvaise foi. Depuis l’origine, nous contestons cet emplacement. Il posera très rapidement des problèmes incommensurables. Tous les procès verbaux de réunions en témoignent. De nombreux écrits également. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut rien entendre. Si l’on cherche à faire cautionner par le Conseil Général un choix de localisation erroné. La réponse est non. Avec d'autres, je me suis trop battu, pendant 20 ans, pour arracher et organiser ce carrefour routier exceptionnel et historique, au croisement de l’autoroute A 28 et de la Nationale 12, pour encourager aujourd’hui financièrement un insensé désordre d’utilisation des espaces destinés au développement économique et à l’emploi. Comment oublier, en effet, toutes ces années d’efforts partagés pour obtenir ces infrastructures ! Comment oublier qu’elles sont la clé du développement de l’agglomération d’Alençon et de l’Orne. Y implanter une zone d’habitat, au pied de l’autoroute, au milieu de l’extension souhaitable et future de l’aire de la dentelle, la porte d’entrée sud du département, est une offense au simple bon sens. J’ai clairement indiqué au Président de la Communauté Urbaine, lequel le sait donc parfaitement, que notre désaccord ne porte pas sur le financement. Mais uniquement sur l’emplacement. Il [...]

By | 2017-03-13T11:25:17+00:00 13 janvier 2015|Alençon|0 Comments

La renaissance du quartier Guynemer

Dans la gestion locale, il  faut savoir garder son calme face aux réactions parfois exacerbées de la population concernée devant un projet de rénovation de quartier. Le cas du quartier de Guynemer à Alençon en est une illustration d'anthologie. Lorsque j'ai présenté, en qualité de Président de la Communauté urbaine d'Alençon, le projet de réhabilitation aux habitants de Courteille fin 2009, je me suis heurté à de vivres protestations et à des doutes sur le fait que nous ne pourrions jamais faire quelque chose "d'aussi bien pour le quartier (Revue de presse) Sept ans après, nous inaugurons aujourd'hui ce quartier totalement rénové, avec une architecture classique, ambitieuse qui marque une vraie renaissance sous le dessin magique de l'architecte Marc Breitman. Je sais gré à mon successeur à la Présidence de la Communauté urbaine d'avoir maintenu ce beau projet et de l'avoir conduit à son terme.  

By | 2014-10-21T13:52:53+00:00 17 octobre 2014|Alençon|0 Comments

12 août 1944, Alençon libérée, 12 août 2014, Alençon se souvient

12 août 2014, une journée toute en émotion et en retenue. Voici 70 ans, Alençon est libérée par la 2ème DB, sans aucun coup de feu. Aujourd’hui, elle se souvient de ses héros. Ce sont des hommes courageux, déterminés, épris de justice et de liberté : ils incarnent une nation sereine, audacieuse et confiante. Leclerc et la 2ème DB sont chers au cœur des Alençonnais et des Ornais. De son côté, le Conseil général de l’Orne, dès son installation au sein du Quartier Lyautey, s’est associé à l’hommage vibrant rendu à Leclerc et à ses hommes. Le 17 septembre 2012, l’Hôtel du Département, maison commune de tous les Ornais, a ainsi été l’écrin d’une belle cérémonie en leur honneur. Ce 12 août, de la Croix de Médavy au Monument Leclerc avec une halte à la nécropole des Gateys, nous sommes allés à la rencontre de nos héros et de notre histoire. Dans quelques jours, le 22 août, nous célébrerons 70 ans de paix et de liberté et la fin de la bataille de Normandie au Mémorial de Montormel. Cet héritage précieux mais si fragile, nous nous engageons plus que jamais à le préserver, toutes générations confondues.

By | 2014-08-13T16:54:18+00:00 12 août 2014|Alençon|0 Comments

Une nouvelle tribune pour l’hippodrome d’Alençon

2014, année exceptionnelle pour le cheval dans l’Orne…. Et pour l’hippodrome d’Alençon doté, désormais, d’une nouvelle tribune avec un espace de réception et restauration offrant une vue panoramique sur la piste de l’hippodrome, comme à Vincennes ! Ce bel équipement, qui doit donner plus de relief et de prestige encore aux courses et à cette fabuleuse piste en herbe, très prisée par la profession est une œuvre collective. C’est également un symbole fort du dynamisme, de l’engagement et de la détermination d’Alain Roussel, président de la Société des courses d’Alençon, la plus vieille institution de la ville. Le cheval, c’est toute sa vie. Il entraîne les trotteurs que son épouse élève. Belle complémentarité. Son arrière grand-père était Jockey, son grand-père éleveur et son père, jockey- entraîneur. Un superbe pedigree si je puis dire et surtout, la passion en héritage. Bravo et merci cher Alain d’accentuer, ainsi, l’éclat de notre cité des Ducs, de l’Orne, terre d’excellence équine. La magie des courses, nous la devons à l’énergie et à l’enthousiasme d’Alain Roussel et de tous les bénévoles auxquels je veux rendre hommage. Rien n’est possible sans eux et je suis persuadé que la réussite de notre département repose sur l’émergence de nouvelles solidarités. C’est ce même élan humain qui garantira le succès des Jeux Equestres Mondiaux, en août prochain. La magie des courses, nous la devons aussi, tout naturellement, à nos éleveurs, à nos entraîneurs, à nos drivers. Cette année encore, l’Orne a tenu son rang lors des deux très grandes épreuves que sont le Prix du Cornulier et le Grand Prix d’Amérique. Bravo à tous et rendez-vous dès le 6 avril, date de la première course de la saison à l’hippodrome d’Alençon.

By | 2017-03-13T11:25:45+00:00 27 février 2014|Alençon, Cheval|0 Comments

Me lâcher les baskets !

Cette expression communément utilisée par les jeunes convient parfaitement à mon état d’esprit, à propos des élections municipales d’Alençon. J’ai donné mon sentiment à la télévision en octobre dernier, ainsi qu’en témoigne la vidéo jointe, je n’ai rien à y ajouter. Je ne souhaite pas ternir par des considérations électorales la belle histoire qui m’unit à ma ville d’Alençon, depuis tant d’années, et que je n’ai aucune envie de voir souillée par des parti-pris électoraux dans lesquels je n’ai plus ma place, puisque je m’en suis retiré, il y a plusieurs années, par ma propre volonté. Je suis né à Alençon et j’ai depuis longtemps choisi d’y fixer, le moment venu, ma dernière demeure. J’ai été Maire pendant 13 ans et Président de l’intercommunalité pendant 17 ans. A ma connaissance aucun élu n’a exercé ces fonctions plus longtemps. A raison de l’âge des acteurs en présence, il est probable que ce ne sera plus le cas avant un quart de siècle, au mieux. Je ne vois donc pas à quelle obligation j’aurais manqué. Comme Maire honoraire, je m’applique à être digne de cette distinction. Bien au contraire, je suis toujours touché quand nos concitoyens me témoignent, à chaque rencontre, de leur fidélité au regard du redressement financier, de la réhabilitation exceptionnelle du patrimoine, de la création de la Communauté Urbaine qui ont été réalisés durant mes mandats. J’ai quitté la fonction de Maire quand j’ai été appelé au Gouvernement. On a fait alors obligation aux Ministres de quitter leurs fonctions municipales, sans les avoir prévenu avant. J’avais promis à ma successeure que je ne demanderai pas à retrouver mes fonctions à la sortie, j’ai tenu parole. En quittant celle de Président de la CUA, j’avais promis de revenir, ce que j’ai fait. Je lis ici où là, que je fuirais [...]

By | 2017-03-13T11:25:46+00:00 7 février 2014|Alençon, Communauté Urbaine|0 Comments

« On se bouge dans l’Orne » contre la morosité !

Dans l’Orne, pas question de céder à la tentation de la morosité, ni de la fatalité ! Cette tonicité, cette vivacité doivent être contagieuses et c’est pour remonter le moral des troupes que Ouest France avec le partenariat du Crédit Agricole de Normandie et du Conseil général de l’Orne, a imaginé cette opération bien nommée : « on se bouge dans l’Orne ». Le Département, échelon de proximité, s’est naturellement et promptement associé à cette démarche, participative, positive. Phase 1 : un vote sur Internet jusqu’au 5 décembre. Ce sont les internautes qui ont voté pour désigner les trois lauréats du prix « On se bouge », dans la catégorie innovation, coup de cœur et rayonnement de l’Orne parmi 19 candidats. Phase 2 : la soirée « On se bouge » organisée  à l’Hôtel du Département, Maison de tous les Ornais, pour la remise des prix sous l’égide de deux parrains exemplaires, chefs d’entreprises dans l’Orne. Sylvain Bacon a pris les rênes de Moteurs JM (Domfront) et Martin-Pierre Rapeaud est, lui, à la tête de Manuplast (La Ferté-Macé). De très beaux parcours qui doivent être, pour  chacun, une source d’inspiration. Ce n’est pas tout mais le palmarès alors ? Le voici : Prix  de l’innovation : Laurent Masson concepteur d’une orthèse anti ronflements (Montsecret). Prix coup de cœur : Thierry Potier, Planet undies (Argentan). Commercialisation de sous-vêtements par internet. Prix du rayonnement de l’Orne que j’ai eu le plaisir de remettre  à  Thomas Turland, jeune designer installé à Argentan qui dessine des objets en 3D. Bravo à tous pour cette audace et ces très belles entreprises.  

By | 2013-12-14T11:03:54+00:00 14 décembre 2013|Alençon, Collectivités Locales, Idées, Orne|0 Comments

L’apprentissage : un enjeu pour l’Orne

Ce vendredi 11 octobre, tous les acteurs impliqués dans les processus de l’apprentissage se sont retrouvés au Conseil général, au Quartier Lyautey à Alençon, sous la présidence conjointe de Yannick Soubien, Vice-président du Conseil régional et de votre serviteur. Pour nous, pouvoirs publics, et pour les entreprises, comme pour les jeunes, l’apprentissage est le meilleur antidote au chômage, tout en favorisant l’insertion professionnelle. Il constitue à la fois une solution alternative au système scolaire classique, en permettant de lutter contre le décrochage scolaire, et une alternative au chômage qui sévit beaucoup chez les jeunes. Ces formations sur mesure, constituent aujourd'hui en France un secteur en forte croissance, tiré par la promesse d'une véritable plus-value en termes d'efficacité pour l’apprenti et d'un retour sur investissement garanti pour l'employeur. La qualité de la main d'oeuvre est le facteur décisif de la compétitivité des territoires. La réussite de l'apprentissage est donc décisive tant pour les jeunes Ornais que pour l'économie ornaise. L’orne a la chance de posséder 4 établissements de formation (CMFAO/3IFA CFA/Bâtiment, CFA/TP, CFA/IRSAP (service à la personne). Bien qu’ils soient géographiquement proches, ils ont avancé de manière non coordonnée. Aussi, nous sommes convenus, lors de cette réunion,  de réfléchir tous ensemble à la réalisation d’une entité d’apprentis mais plus encore de formation grâce à la mise en place de synergie voire de mutualisation entre les différents partenaires pour tendre à la création d’un vrai campus à l’américaine. Pour mériter le label de campus, le Conseil général, la CUA, aux côtés de la Région pourraient se répartir les tâches pour offrir la mise en place d’équipement et de service en commun : Equipement WIFI Cartes à puces pour l’accès aux services Centre Numérique d’Information et d’Orientation Bureau des apprentis Renforcement de l’Anglais etc… Les institutions présentes autour de la table étaient : le [...]

By | 2017-03-13T11:26:07+00:00 15 octobre 2013|Alençon|0 Comments

Retour aux sources à Semallé ce matin !

Ce samedi 28 septembre, rendez-vous aux portes d’Alençon, à Semallé, pour inaugurer de nouveaux équipements, financés pour partie par la Conseil Général de l’Orne. Equipement vitaux pour ces petites communes proches d’une grande ville…afin d’éviter qu’elles ne demeurent dans l’ombre des plus grandes ou qu’elles ne deviennent des espaces dortoirs. Nous avons inauguré l’assainissement collectif, la création d’un lotissement, des aménagements routiers….signes manifestes de dynamisme. Un réseau en appelant un autre, le réseau d’assainissement sera prochainement suivi de celui du haut débit numérique. Dans le cadre du Plan numérique ornais (PNO), qui trace les routes numériques du territoire, nous avons positionné Semallé dans les 10 premières communes à bénéficier de la montée en débit sur les 109 programmées sur tout le territoire. J’ai été élu pour la 1ère fois au Conseil Général dans ce canton, il y a 28 ans. Semallé avait largement contribué à mon élection. C'était une bonne occasion pour revenir aux sources de mon engagement. Pour rappeler d'abord que j’avais eu la chance que Patrick Baclé, mon associé, habitant de Semallé, disparu trop tôt, m’ait alors permis de m’engager dans vie publique. Ensuite pour remettre à l’endroit des étapes de cette vie publique présentées trop longtemps et trop souvent à l’envers. Né politiquement dans ce canton, je n'ai pour autant pas contracté de syndrome d’excursionniste électoral, contrairement à une légende soigneusement entretenue par certains . J’ai conquis électoralement ce canton deux fois en 25 ans. Ma vocation n'a cependant jamais été d'accomplir une course électorale permanente. C'est la construction de l’avenir d'abord d'Alençon puis ensuite de l’Orne qui m'a passionné. J'ai aussi saisi cette opportunité pour clairement revendiquer à nouveau le bien fondé de mon élection à Saint Céneri. Election qui m'a permis alors de retrouver la Présidence de la Communauté Urbaine, interrompue à cause de mon [...]

By | 2017-03-13T11:26:11+00:00 28 septembre 2013|Alençon, Communauté Urbaine, NTIC, Orne|0 Comments

Festival d’Alençon : la dentelle à l’honneur

Du 27 au 29 septembre prochains, la première édition du Festival d’Alençon, Fil et Dentelle, sera l’occasion de célébrer un trésor de notre Département : la dentelle. Je vous invite à venir participer à cette grande fête autour du fil et du Point d’Alençon, fierté locale de réputation mondiale inscrite depuis 2010 par l’UNESCO sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Au programme, salon à la Halle au Blé avec stands de professionnels et de collectionneurs, ateliers découvertes dans les cafés et restaurants de la ville, conférences à la Halle aux Toiles ou encore expositions. L’art du fil sera évoqué sous toutes ses formes. C’est à cette occasion que le Conseil général de l’Orne a choisi de présenter sa nouvelle exposition à l’Hôtel du Département : De Fil en Aiguille. Grâce à de nombreux documents mis à disposition par les Archives départementales, elle retrace l’histoire de l’industrie textile dans l’Orne, depuis ses débuts il y a près de 900 ans, jusqu’à son âge d’or au XIXe siècle. Au travers des photographies, plans d’usines et échantillons, du chanvre, du lin et de la dentelle, on y découvre un magnifique patrimoine culturel que chaque Ornais doit aujourd’hui préserver. Nous vous attendons avec impatience, de toute la France et du monde entier, notamment tous ceux qui aiment la dentelle. La vraie ! L’authentique !     Plus d’infos : http://www.festivaldalencon.com/ http://www.orne.fr/agenda/exposition-fil-aiguille

By | 2017-03-13T11:26:13+00:00 24 septembre 2013|Alençon|0 Comments

La nouvelle résidence Charles Aveline d’Alençon

L’inauguration d’un nouvel établissement d’accueil pour personnes âges les EHPAD - nos anciennes maisons de retraites - est toujours un moment émouvant. Ce fût encore davantage le cas pour le nouvel EHPAD Charles Aveline à Alençon, qui grâce aux énergies et volontés conjuguées de nombreux acteurs locaux, a permis en à peine un an de voir la construction d’un beau bâtiment flambant neuf. Il propose des équipements à la fois individuels et collectifs, un pôle bien-être pour prendre soin de soi mais aussi pour les plus vulnérables un pôle santé et une importante unité Alzheimer. L’investissement est important plus de 8 millions d’euros (dont 1,2 M€ financé par le Conseil général) ; il est à la hauteur de la mobilisation du Département pour accompagner nos aînés et leur proposer des conditions de vie optimales y compris les plus vulnérables. Les projections démographiques qui nous annoncent inexorablement un important vieillissement de la population française et ornaise ne doivent pas malgré tout nous rendre pessimiste. C’est une source d’opportunités, ce n’est pas une charge, voire un danger. Je pense sincèrement que les séniors sont un formidable capital de savoir, de connaissances, d’expérience, de sagesse aussi, dont il est à regretter qu’il ne soit pas suffisamment utilisé et transmis. L’évolution démographique de la France et de l’Orne doit être envisagée comme un vecteur de développement économique, notamment en termes de création d’emplois, de nouveaux métiers qui s’offrent à nous. Nous devons saisir et former le mieux possible les jeunes générations à l’accompagnement de nos ainés. L’évolution démographique de la France et de l’Orne est source d’innovation, l’ouverture de la Maison domotique d’application pédagogique à quelques pas d’ici en est la preuve. C’est un modèle de technologies d’avenir, de nouveautés au service du maintien à domicile. J’en suis certain bien d’autres innovations vont se [...]

By | 2017-03-13T11:26:16+00:00 14 septembre 2013|Alençon, Orne|2 Comments

La ténacité pour construire le long terme

La politique est souvent moquée pour son abus de paroles et son insuffisance de résultats. C’est souvent vrai mais pas toujours. Ce matin, j’ai ressenti exactement le contraire. Invité par le Président d’Orne-Habitat Guy Monhée et le Député-Maire d’Alençon Joaquim Pueyo à la pose de 1ère pierre d’une réhabilitation dans le Quartier de Courteille à Alençon pour 82 logements, j’ai ressenti un grand bonheur en constatant combien la ténacité paie et combien elle participe à la construction de l’avenir pour le long terme. Ce n’est pas toujours simple car les mandats d’élus sont à durée limitée et la conduite des dossiers de plus en plus longue. Le Quartier Guynemer avait été souvent remis à plus tard ! Et depuis des décennies ! Tant le bâti était dégradé ! Les habitants s’estimaient mal aimés, jalousaient notamment les grands travaux menés sur Perseigne et ils le vivaient comme une sorte de désintérêt pour leur sort. J’avoue avoir longtemps culpabilisé ! Sans trop savoir, en revanche, comme relever le défi. Alors Conseiller Général de ce canton, je m’étais convaincu, pour qu’il s’agisse d’un vrai défi, de proposer un projet d’une ambition architecturale supérieure à celle entrant généralement dans le modèle financier du logement social. Et c’est ainsi que, grâce à Christophe Bouscaud, mon directeur de cabinet de l’époque, j’ai fait la rencontre d’un talentueux architecte qui avait déjà pratiqué en secteur HLM, en Ile de France, des projets architecturaux de belle ambition. Les quolibets s’abattirent immédiatement sur moi ainsi qu’en témoigne la revue de presse du moment. Mais ils sont l’inévitable rançon de l’audace. Et dans ces cas là, il faut faire le dos rond et continuer sans se laisser désemparer. J’ai remercié chaleureusement Orne-Habitat et le Maire d’Alençon d’avoir conservé l’ambition du projet et de le mettre en œuvre aujourd’hui. Au final, [...]

By | 2017-03-13T11:27:01+00:00 8 avril 2013|Alençon|0 Comments

Inauguration de la Foire d’Alençon, ce 22 février 2013

Comme je suis le seul des quatre intervenants dont le journal Ouest-France n’a pas eu le temps de retranscrire un mot des propos que j’ai tenus, lors de l’inauguration de cette belle foire, je le fais, en partant du principe bien connu que « l’on est jamais mieux servi que par soi-même ». J’ai remercié le Député-maire d’avoir bien voulu associer le Président du Conseil Général à cette cérémonie. Afin de ne pas alourdir les temps de parole, j’ai résumé mon propos en 3 idées simples, sans doute trop banales, mais qui me semblent devoir être souvent réaffirmées afin qu’elles soient bien présentes dans tous les esprits : 1ère idée : Il n’y a pas d’opposition d’intérêts entre un département et sa ville chef-lieu. Il n’y a au contraire que des convergences d’intérêts. Tout ce qui renforce Alençon renforce l’Orne. Et tout ce qui renforce l’Orne renforce Alençon. Ce bel équipement nouveau de Anonva est utile pour Alençon, il l’est pour l’Orne. 2ème idée : Il y a le temps des élections et le temps de l’action. Le temps des élections, c’est celui de la démocratie, le moment pendant lequel chacun fait valoir ses atouts, ses mérites, ses propositions. Le suffrage parle. Lorsque le choix est effectué, nous devons tous travailler en confiance les uns avec les autres et donner le meilleur de nous-mêmes. Les sportifs se disputent aussi au moment de la sélection, mais pendant la partie, la première chose qu’on leur demande est de jouer, de bien jouer, d’être meilleur que les autres, et de gagner, sachant que si on perd, on perd tous ensemble, mais si l’on gagne, on gagne aussi tous ensemble. Il en est ainsi entre les Alençonnais et les Ornais. Et pour finir, j’ai exprimé, à titre personnel, le plaisir qu’il ait été conclu [...]

By | 2017-03-13T11:27:14+00:00 24 février 2013|Alençon|1 Comment